DE | FR
Présidentielle 2022

Orelsan ou Johnny, choisis ton camp, camarade

Dans sa déclaration de candidature, Eric Zemmour cite la France de Johnny et d’Aznavour, de Brassens et de Barbara. Et la France d'aujourd'hui, c'est qui?
08.12.2021, 16:1909.12.2021, 07:46

Vieille France, doux pays de son enfance: Eric Zemmour, 63 ans, cite des artistes morts et canonisés pour exprimer sa vision politique d'avenir, en mode autoradio sur la route de l'Elysée.

Le clip en intégralité

Brassens, Johnny, Aznavour, Barbara. Un temps que les moins de 40 ans peuvent difficilement connaître, ou pas sur le bout de la langue. Mais les hommages posthumes de ces quatre-là (hommages qui commencent tous par «Le dernier des géants») insistent sur «l'amuuur» qu'ils portaient à la France; ou une certaine représentation de la France, vue de Gstaad (Johnny) ou de Saint-Sulpice (Aznavour).

Cette France que nos parents chantaient à tue-tête était celle du troquet et du sonnet. Pas «que» mais dans la réthorique de Zemmour, ce cadre a l'avantage d'installer une ambiance, de se construire en opposition à la France du bar à chicha et du langage épicène.

Car la France d'aujourd'hui existe, elle est même très écoutée. En guise «d'échantillon représentatif», Yann Zitouni, référence musicale sur La Première, sort trois noms.

Hoshi

Hoshi, de son nom zemmourien Mathilde Germer, fut d'abord une voix qui porte. Elle est maintenant la figure iconique sur laquelle Fabien Lecoeuvre a eu la prétention de cracher. Lecoeuvre, 62 ans, 16 de moins que Johnny et 37 de plus qu'Hoshi, chroniqueur à Europe 1 avant de périr par le glaviot, qualifiant la chanteuse d'«effrayante», lui suggérant de «donner ses chansons à des filles sublimes» et, rappelé au bon souvenir de ses vieux «Play-Boy» froissés, prenant à témoin son audience testostéronée: «Vous mettez un poster de Hoshi dans votre chambre, vous?»

«Quand Hoshi se prend la tête avec Fabien Lecoeuvre, elle existe politiquement et occupe une place, soutient Yann Zitouni. Hoshi, c'est la France du physique, du genre, et du "vos gueules les cons", surtout.»

Gaël Faye

Gaël Faye est un autre auteur-compositeur-interprète, rappeur et écrivain franco-rwandais, 39 ans. «Il a importé une histoire africaine globale, poursuit Yann Zitouni. A travers son filtre, il raconte une France, il entreprend de raconter la France à sa façon, comme il la voit et la vit, et un jour Christiane Taubira apparaît dans l'un de ses albums, et Gaël Faye entre dans une démarche politique, lui aussi.»

Gaël Faye, «Seuls et Vaincus»

Chanson écrite à partir d'un poème de Christiane Taubira, Ministre de la justice entre 2012 et 2016. Vidéo: YouTube/Kathérine Artaud

Orelsan

«On peut dire qu'au fil de ses albums, Orelsan a un vrai parcours politique. Aujourd'hui, il est partout. Il amène (comme d'autres) un ton et une esthétique dans le discours politique. Je ne sais pas s'il s'y retrouve; j'en doute. Bob Dylan, par exemple, n'aimait pas qu'on le désigne comme un chanteur politique, ça lui cassait les couilles. Je ne voudrais pas comparer Orelsan à Dylan, surtout pas, mais il y a un peu cette même façon de voir, pas forcément frontale.»

Johnny répandait un peu les mêmes odeurs d'essence, déjà, sans toujours le vouloir, lui. «Causeur.fr» observe que «par bien des aspects, la France des gilets jaunes ressemble à la France de Johnny: populaire, méprisée», «la France qui souffre, qui fume et qui pollue», la France qui «aime la clope et la bagnole, en un mot la liberté», «la France des siphonnés». Denis Bachelot, journaliste à «Causeur», s'est fait la remarque aux obsèques du «taulier», qu'il préfère appeler «l'idole des jaunes»:

«La dimension identitaire fut occultée. Et pourtant elle crevait les yeux. La foule, à une écrasante majorité, était blanche et populaire»

Dans «Odeur d'Essence», Orelsan lève un poing vaguement rageur, un poing nu à travers les flammes des bagnoles, comme un mégot jeté en passant pour allumer le feu à la France amère (l'odeur d'effervescence), avant de repartir sur son scooter électrique.

«Dans l'ensemble et avec une palette extrêmement large, la France musicale dit beaucoup de choses», affirme Yann Zitouni, avant de rappeler que «si on s'en tient aux chiffres, Indochine et Jul, quoi qu'on en pense, sont les artistes français d'aujourd'hui».

Ceux d'hier, Brassens, Johnny, Aznavour ou Barbara, parlent encore à beaucoup de gens, des mots bleus qu'on dit avec les vieux, mais forcément, c'est toujours la même histoire, cette histoire que Zemmour voudrait réécrire tandis qu'Orelsan lui susurre au loin: «L'histoire appartient à ceux qui l'ont écrite.»

Copin comme cochon: les cadeaux de Noël à moins de 10 francs

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«Qu'ils sortent de la "lose"»: l'appel de Mélenchon aux partis de gauche
Ayant obtenu plus de 21% des voix au premier tour de la présidentielle française, Jean-Luc Mélenchon négocie avec les partis de gauche en espérant devenir premier ministre à l'issue des législatives de juin.

Jean-Luc Mélenchon a appelé samedi les partis de gauche, avec lesquels il a engagé des négociations en vue des législatives françaises de juin, à sortir de «la culture permanente de la défaite». Il a regretté qu'ils se «laissent absorber par leurs enjeux internes».

L’article