DE | FR
Le sud et l'est de l'Ukraine dans le viseur de Vladimir Poutine
Le sud et l'est de l'Ukraine dans le viseur de Vladimir Poutineimage: watson/shutterstock

Le parti de Poutine rêverait de créer une «Russie du Sud» en Ukraine

Un «manifeste» montre que les responsables du parti politique «Russie Unie» rêvent d'un nouvel Etat sur le sol ukrainien. Sur le terrain, les choses ne se passent pas vraiment comme prévu pour les Russes.
04.05.2022, 18:1305.05.2022, 07:27
Corsin Manser
Corsin Manser
Corsin Manser
Suivez-moi

La deuxième phase de la guerre d'agression russe est en cours. Après l'échec de la prise de Kiev, l'armée de Vladimir Poutine se concentre sur l'est de l'Ukraine. Alors que les combats se poursuivent, les objectifs des Russes commencent à se préciser.

Un document secret récemment intercepté montrerait que des officiels russes de haut rang veulent créer un nouvel Etat en Ukraine. C'est ce que rapporte «Radio Free Europe», une radio fondée par les Etats-Unis et émettant dans les pays d'Europe de l'Est, d'Asie centrale et d'Asie centrale.

Que dit le document?

Le dossier que les journalistes de la chaîne ont reçu est brûlant: selon le document, des politiciens de haut niveau du parti au pouvoir russe «Russie Unie» auraient rédigé un manifeste pour la création d'un Etat appelé «Russie du Sud».

«L'Ukraine a perdu sa raison d'être en 2014» peut-on lire dans le document. A l'époque, la révolution de Maïdan avait pris fin et le président ukrainien Viktor Ianoukovitch avait été destitué. Le «Manifeste du Conseil populaire de Russie du Sud» reprend le récit selon lequel les Ukrainiens seraient gouvernés par des nationaux-socialistes.

«En réponse à la terreur et à l'imposition totalitaire de l'idéologie du nazisme et des partisans de Bandera par l'ancien État d'Ukraine, nous prenons, sous la forme du Conseil populaire de Russie du Sud, le pouvoir entre nos propres mains et créons un nouvel État de Russie du Sud»,
peut-on lire dans le document.

La propagande russe vise toujours «Bandera» qui était un leader nationaliste ukrainien au 20e siècle. La langue russe doit être reconnue comme langue maternelle et officielle «au même titre que le dialecte ukrainien», poursuit le document.

«Nous formons ce nouvel État sur l'unité de la nation russe tripartite: les Ukrainiens, les Biélorusses et les Russes»
Qui se cache derrière le «manifeste» ?
Selon «Radio Free Europe», des métadonnées indiqueraient que Roman Romanov aurait été impliqué dans la rédaction du document. Il s'agit d'un haut fonctionnaire du parti de Poutine. En outre, le document serait passé entre les mains de Konstantin Malofeev, qui finance depuis longtemps les activités russes dans le Donbass. L'oligarque figure notamment sur la liste des personnes sanctionnées par les Etats-Unis et l'UE.

D'autres référendums prévus

Il est intéressant de noter que la nouvelle «création d'Etat» doit être garantie par un référendum. Lors de l'annexion de la Crimée, Poutine avait déjà fait organiser un référendum pour laisser croire que la population voulait faire partie de la Russie. Selon la Russie, 97% des habitants auraient alors voté en faveur de l'union. Dans les territoires occupés, il n'est toutefois pas question d'«élections libres».

Les 14 et 15 mai, des référendums doivent également être organisés dans les «républiques populaires» de Donetsk et de Louhansk, comme l'ont découvert les journalistes d'investigation du portail Meduza. Kiev a d'abord averti qu'un référendum était aussi prévu dans la ville occupée de Kherson. Le maire, Ihor Kolykhaiev, a toutefois contredit ces rumeurs. Selon lui, Kherson serait plutôt intégrée dans le territoire de la Crimée.

Des habitants de la ville occupée de Kherson manifestent contre un référendum.
Des habitants de la ville occupée de Kherson manifestent contre un référendum.image: keystone

Kirill Stremoussov, de l'administration loyale à Moscou, a également déclaré qu'aucun référendum n'était prévu à Kherson. Mais la Russie veut toutefois détacher durablement la région de l'Etat ukrainien. A partir du 1er mai, le rouble sera introduit comme moyen de paiement. «La question d'un retour de la région de Kherson dans l'Ukraine nazie est exclue», a déclaré Stremoussov.

Quelles régions comprendraient le «Sud de la Russie»?

Le «manifeste» ne donne aucune indication concrète sur les régions que devrait comprendre une future «Russie du Sud». Fin avril, le commandant russe Rustam Minnekaïev s'est toutefois exprimé sur les objectifs concrets de l'offensive orientale.

Selon ce membre haut placé de l'armée, il s'agit pour la Russie d'ouvrir une voie terrestre vers la péninsule de Crimée, située sur la mer Noire. Mais elle ne semble cependant pas suffire aux Russes. Minnekaïev a également parlé de séparer complètement l'Ukraine de l'accès à la mer et de créer un corridor vers la province moldave sécessionniste de Transnistrie.

«Le contrôle du sud de l'Ukraine est une autre voie vers la Transnistrie où il y a également des signes d'oppression de la population russophone».

L'offensive piétine

La réalité sur le terrain contredit cette idée. Les Russes parviennent certes à s'emparer régulièrement de petites localités dans l'est de l'Ukraine, mais il y a aussi des contre-offensives ukrainiennes réussies. Les pertes de l'armée russe sont énormes. Un quart des 120 bataillons serait déjà hors de combat, rapportent les services secrets britanniques.

«Il semble que l'offensive orientale soit au point mort»
constate le célèbre expert militaire Mick Ryan sur Twitter.

La visite de Valery Gerasimov sur la ligne de front montre également que les choses ne se passent pas comme prévu pour les Russes, même dans le cadre de l'offensive orientale.

Gerasimov n'est pas n'importe qui, mais le chef de l'état-major russe. Divers médias citent désormais une source russe non officielle selon laquelle Gerasimov aurait été blessé par un éclat d'obus lors de sa visite sur la ligne de front. Cette information n'a toutefois pas été confirmée officiellement.

Vladimir Poutine et Valery Gerasimov: ce dernier s'est rendu sur le front ces derniers jours.
Vladimir Poutine et Valery Gerasimov: ce dernier s'est rendu sur le front ces derniers jours. image: keystone

Selon des experts militaires, le fait que l'officier le plus haut gradé se soit rendu sur le front est tout à fait inhabituel:

«Nous supposons qu'il était là parce qu'on s'est rendu compte qu'ils n'avaient pas encore résolu tous les problèmes»,
a déclaré au New York Times un fonctionnaire américain proche du dossier.

Les stars dans le thème du Met Gala

1 / 9
Les stars dans le thème du Met Gala
source: instagram
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'employé d'un resto casse une étagère de vins à 10 000 francs

Pour plus de (mauvaises) humeurs

Mais pourquoi les Français passent leur temps à râler?

Link zum Artikel

Mourir en ayant l'air con? C'est possible. Roulez en trottinette

Link zum Artikel

Vaud punit Soral pour homophobie, mais oublie son antisémitisme

Link zum Artikel

Pacs pour les hétéros en Suisse: je serai mort avant d'être casé

Link zum Artikel

Un leader UDC qui tient des propos racistes? Sans blague!

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Il ne faut pas humilier Poutine, il faut le ridiculiser
Ce qui se joue en Ukraine est une guerre de civilisation que l'Occident et l'Europe ne peuvent se permettre de perdre. Pour cela, il faudra raisonner le maître du Kremlin, par la force si nécessaire.

J'ignore s'il serait bon ou pas d'humilier la Russie. Ce que je tiens pour certain par contre, c'est que la guerre menée en Ukraine par son armée n'a aucune espèce de justification. Aucune. C'est une guerre rétrograde, imbécile au possible où, animé d'un désir de grandeur, d'un besoin quasi obsessionnel de restaurer un empire autrefois glorieux, on en vient à envahir une nation souveraine et indépendante.

L’article