DE | FR

Instagram, toxique pour les jeunes? «Oui, mais seul, il a peu de pouvoir»

Image: shutterstock/watson
Instagram ronge – et parfois détruit – la santé mentale des jeunes. De nouveaux chiffres le disent. Or, s'il fait émerger beaucoup de souffrance, le réseau renforce-t-il aussi des fragilités déjà existantes? Nous avons posé la question à trois spécialistes.
22.09.2021, 11:3322.09.2021, 17:24
Suivez-moi

Dépression, troubles du comportement alimentaire, automutilation, anxiété, pensées suicidaires. Instagram mine la santé mentale des adolescents et ce n'est (tristement) pas nouveau.

Ce qui l'est davantage, c'est que nous savons désormais que Facebook, qui possède Instagram, est complètement conscient de la toxicité du réseau pour les jeunes. Le Wall Street Journal (WSJ) a déterré, mardi dernier, des documents qui le prouvent.

Le quotidien révèle l'existence d'enquêtes internes menées par la firme de Mark Zuckerberg et ses propres chercheurs auprès de jeunes entre 2019 et 2021. On y trouve des chiffres édifiants. En vrac:

  • 32% des filles disent que le réseau a empiré leur rapport à leur corps
  • Un adolescent sur cinq dit qu'Instagram nuit à son estime de soi
  • 40% des ados se sentent peu attirants et disent que ce sentiment a commencé en navigant sur Instagram
  • 14% d'un groupe de garçons américains ont dit que le réseau les faisait se sentir moins bien dans leur peau
  • Dans un groupe de filles britanniques, 30% disent se sentir «mieux» ou «beaucoup mieux» quand elles utilisent la plateforme, 23% disent qu'Instagram les fait se sentir «un peu plus mal», et 2% «vraiment plus mal».

Derrière chaque chiffre, deux faces: ceux qui souffrent et ceux qui «s'en sortent» mieux, voire tirent du positif. Sans schématiser, nous avons voulu comprendre pourquoi certains jeunes ont plus de risque de sombrer. Et, surtout, si Instagram était le «fautif» ou la «goutte» qui fait déborder «le vase» d'existences plus fragiles que d'autres.

Se comparer, c'est naturel

Avant tout, il est difficile d'aborder les réseaux et l'estime de soi sans parler de la comparaison. Si, en scrollant, les jeunes ne cessent de se comparer aux autres, parfois pour le pire, c'est en fait tout à fait «naturel»: «A l'adolescence, l'idée de la norme est très présente. Le corps change et se comparer, c'est vérifier si celui de l'autre change de la même façon. C'est une façon de se rassurer», développe Marjory Winkler, directrice du site Ciao.ch, dédié aux 11-20 ans.

La comparaison fait donc partie du chemin. Elle est même nécessaire pour des adolescents qui, à travers elle, construisent leur identité et découvrent qui ils sont. Mais elle n'a pas attendu Instagram pour exister. Marjory Winkler est catégorique: on se compare sur Instagram comme on le faisait dans la cour de récréation ou à son entraînement de sport.

La «faute» à Instagram?

Selon les chercheurs de Facebook cités dans le WSJ, la comparaison sociale est pire sur Instagram que sur les autres réseaux à cause de la place centrale du corps, de la beauté et du lifestyle dans les publications. La «tendance à ne partager que les meilleurs moments» et les filtres «embellissants» pèseraient aussi dans la balance de la souffrance.

Les filtres. Marjory Winkler les pointe aussi du doigt: «Le souci, c'est qu'ils faussent cette norme tant recherchée par les ados. Ceux-ci ne peuvent, fatalement, pas correspondre à ce qu'ils voient en ligne».

Le réseau tout seul a peu de pouvoir

Pour Niels Weber, psychologue spécialiste de l'hyperconnectivité à Lausanne, une chose est certaine: ce n'est jamais un réseau social qui, seul, dévaste une personne. Il illustre:

«Instagram peut être la goutte de trop, mais il est toujours difficile de dire quelle est la goutte»
Niels Weber, psychologue spécialisé en hyperconnectivité

L'expert explique que quand les choses se passent mal, c'est que la combinaison de trois facteurs fait des étincelles:

  • Ce qui se passe à l'intérieur de l'adolescent (comment il se sent)
  • Le contexte dans lequel il vit
  • Ce qu'il va voir sur l'écran de son smartphone

Des fragilités et des vulnérabilités

Marjory Winkler rejoint le psychologue. A travers Ciao.ch, elle observe chez ceux qui «sombrent» une fragilité qui avait déjà planté sa graine.

«Le réseau est un révélateur plutôt qu'un déclencheur»
Marjory Winkler, directrice de ciao.ch

Même si personne n'est à l'abri d'une souffrance psychique liée à Instagram, des groupes de jeunes sont particulièrement vulnérables car exposés à des parcours particuliers. La directrice pense notamment aux ados LGBTQIA+, ceux en situation de handicap, ceux issus de la migration ou qui vivent dans un environnement socio-économique défavorisé.

Ressources sociales et genre

Pour Emmanuelle Franzetti, psychologue, psychothérapeute FSP et psychanalyste à Martigny, les «carences sociales» peuvent peser sur les jeunes:

«Le manque de ressources familiales, amicales, scolaires et personnelles peuvent affecter la signification de ce qu'ils verront en ligne. Si leur vie réelle ne leur vend pas du rêve, ils auront davantage tendance à projeter un monde idéal bien meilleur que le leur»
Emmanuelle Franzetti, psychologue, psychothérapeute FSP et psychanalyste

La psychologue ajoute que les structures de personnalités de chacun - et la présence ou non de troubles psychiques - peuvent aussi avoir une influence.

Enfin, les études de Facebook ont aussi pointé des inégalités de genre. Instagram rongerait d'avantage la santé mentale des filles que celle des garçons. Et ce n'est vraiment pas une surprise pour Marjory Winkler, qui convoque la «société du patriarcat»: «L'injonction de beauté qui pèse encore sur les filles les rend plus sensibles aux questions liées à l'image de leur corps, même si les garçons vivent aussi des difficultés et rattrapent même gentiment les filles».

Et pour les protéger alors?

Que faire alors, si l'on veut protéger les adolescents et court-circuiter la souffrance avant qu'elle ne s'installe trop profondément? Nos spécialistes s'unissent: l'armure, on la construit par l'apprentissage et l'éducation. A la maison, à l'école, il faut écouter, parler, s'intéresser. Sans jugement. Construire le sens critique. Et surtout, dit Marjory Winkler, ne pas interdire l'accès aux réseaux car ils font partie de la socialisation.

L'éducation par ciao.ch en vidéo 👇

Niels Weber donne parfois des formations sur l'hyperconnectivité aux jeunes. Il raconte: «On va aussi leur faire comprendre que les boîtes comme Facebook font tout pour générer des masses d'argent. On leur dit que les algorithmes personnalisés ne leur montrent qu'une fenêtre de la réalité et qu'ils doivent aller chercher ce qu'il y a derrière.»

Et vous, cherchez-vous ce qu'il y a derrière les photos reluisantes d'Instagram?

La face cachée des influenceuses

La vente illégale d'alcool aux mineurs a grimpé durant la pandémie

Addiction Suisse a effectué 6040 achats-tests pour analyser la vente d'alcool aux mineurs en 2020. Dans près de 30% des cas, des boissons ont été remises illégalement à des jeunes.

Les ventes illégales d'alcool aux mineurs ont grimpé pendant la pandémie. C'est Addiction Suisse qui l'annonce ce mardi. Sur 6040 achats-tests réalisés dans l'ensemble de la Suisse en 2020, des boissons alcoolisées ont été remises à des mineurs dans plus de 29% des cas. C'est près de 9% de plus qu'en 2019.

Selon Addiction Suisse, deux raisons peuvent l'expliquer:

L'an dernier, les filles qui effectuaient les achats par groupes de deux ont été contrôlées moins souvent que des paires de …

Lire l’article
Link zum Artikel