DE | FR
Bild

Ils ont percé sur Twitter grâce au Covid-19 🐦

A l'instar du Professeur Raoult, passé de zéro abonné en mars 2020 à 800'000 aujourd'hui, les spécialistes sanitaires sont devenus des voix qui comptent sur Twitter depuis l'arrivée du virus. D'Alain Berset à Didier Pittet: petit tour d'horizon de cette montée en puissance virtuelle près de chez nous.



La question s'est posée dans le monde entier: les scientifiques ont-il pris le pouvoir depuis l'arrivée fracassante du Covid-19? Chez watson, on avait d'ailleurs analysé la chose ici. Il y a quelques jours, le journaliste français Vincent Glad, spécialiste Covid-19 très suivi sur les réseaux depuis le début de la pandémie, a eu l'idée de comparer le nombre d'abonnés de certains spécialistes internationaux, avant et pendant la pandémie.

Chez nous aussi, épidémiologistes, médecins, membres de la Task force et évidemment Alain Berset ont vu le halo de la célébrité passer sur leur CV depuis le début de la pandémie. Un pouvoir et une starification qui peuvent (aussi) se vérifier en ligne, et notamment sur Twitter: tous ont vu leur compte gonfler à vue d'oeil en termes d'abonnés depuis que le coronavirus est sur toutes les lèvres. Voici un petit choix de nos spécialistes qui cartonnent désormais sur le réseau du petit oisillon bleu.

Le gel viral

Bild

👎 Mai 2018

5 090 FOLLOWERS

🍼 Mai 2020

10 800 FOLLOWERS

👑 Mars 2021

13 600 FOLLOWERS

Monsieur gel hydro-alcoolique a aussi profité de sa célébrité fulgurante sur Twitter. De quelques milliers avant le virus à 10'800 en mai 2020, le médecin chef du service de prévention et contrôle de l’infection aux HUG s'est beaucoup exprimé l'année dernière pour informer directement les internautes, entre deux conseils pour Alain Berset ou plus récemment pour l'Elysée. Il a aussi participé à quelques foires d'empoigne sur Twitter entre scientifique et Antoine Flahaut n'a jamais été très loin des débats (voir👇).

Flahault, très haut très vite

Bild

💤 Décembre 2019

2 817 FOLLOWERS

🥇 MARS 2021

19 200 FOLLOWERS

A l'aube du tsunami Covid, le directeur de l’Institut de santé globale de l’Université de Genève était un scientifique respecté, mais inconnu du grand public. Depuis mars 2020, il est notamment invité à s'exprimer dans les médias chaque semaine et, lui aussi, s'est très vite emparé des réseaux pour alerter, mettre en garde, critiquer et parfois provoquer le débat sans langue de bois. Of course, son compte Twitter a gonflé au pas de course. Quasi dix fois plus d'abonnés en une année.

Salathé, héros solitaire

Bild

🐥 MARS 2020

9 153 FOLLOWERS

🌟 MARS 2021

18 900 FOLLOWERS

L’épidémiologiste et expert de l'EPFL faisait partie de la Task force de la Confédération avant de la quitter bruyamment en février dernier. En une année, il a doublé son audience sur Twitter. Marcel Salathé a d'ailleurs très vite été le spécialiste le plus critique sur les réseaux sociaux au sujet des décisions prises (ou non) par le Conseil fédéral. Une dureté dans le jugement (et le verbe) qui a fait son succès sur la Toile. Cette crédibilité publique, et en ligne, a certainement aussi joué un rôle dans sa décision de fonder avec d'autres confrères l’association CH++ qui se veut indépendante idéologiquement et financièrement (en plus d’être un levier de pression face à la Confédération).

Le succès fédéral

Bild

👼 Mai 2019

10 100 FOLLOWERS

🥉Mars 2020

110 000 FOLLOWERS

😍 Mars 2021

157 000 FOLLOWERS

Le saut est vertigineux de 2019 à 2020. Dix fois plus d'attention sur Twitter en douze mois et une célébrité fédérale qui avance mine de rien en solo. Sur les sept sages, seuls Alain Berset, Viola Amherd et Guy Parmelin y sont présents avec un compte personnel. Et (histoire de comparer) le président de la Confédération ne cumule que 15'000 petits followers et la ministre de de la Défense tutoie péniblement les 18'700 abonnés.

L'inconnu de la Coupole

Bild

😴 Février 2020

23 000 FOLLOWERS

💪Mars 2021

45 900 FOLLOWERS

Lui, c'est le porte-parole du Conseil fédéral. A priori, voilà un rôle qui ne devrait intéresser que les journalistes parlementaires et politiques (et encore). Mais c'était sans compter sur les conférences de presse Covid-19 du CF chaque semaine, puisque c'est André Simonazzi himself qui, quelques heures avant le moment M, annonçait sur Twitter l'heure de la fameuse conférence. Il le fait toujours d'ailleurs (mais vous le savez, mmmh?). Une sorte de Siri pandémique planqué sous la Coupole, qui nous rappelle chaque semaine le RDV fatidique que le Conseil fédéral nous donne pour parier sur notre avenir à court terme.

Et puis... la star

Bild

👎 Mars 2020

0 FOLLOWERS

🏆 MARS 2021

798 800 FOLLOWERS

Lui, c'est l'influenceur médical marseillais controversé du Covid. Depuis qu'il a loué les bienfaits de l'hydroxychloroquine, ce professeur de médecine et infectiologue est apparu comme le provocateur et surtout le fin tacticien des médias qui a su tirer son épingle du jeu sur les plateaux TV du monde entier, mais aussi sur les réseaux en solo. Absent jusqu'en février 2020 du réseau Twitter, il s'y est inscrit début mars. Résultat? Une vague (la sienne) d'abonnés sans précédent. Après une petite année, il frôle aujourd’hui le million de followers. Et ce n'est probablement pas terminé.

Pour retrouver le nombre de followers dans chacun des exemples ci-dessus, nous avons utilisé le site Archive.org.

Une année de Covid-19, retour en images

1 / 13
Une année de Covid-19, retour en images
source: sda / alessandro crinari
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

A Zurich, l'eau révèle qu'il y a plus de Covid que ce que disent les tests

Les infections au coronavirus avérées via des tests et la charge virale dans les eaux usées diffèrent beaucoup révèle une étude. A Lausanne, par contre, tout semble normal.

Le nombre de cas d'infection au coronavirus déclaré et la charge virale mesurée dans les eaux usées de la région de Zurich diffèrent largement. C'est ce que montrent les chiffres d'une étude sur la surveillance des stations d'épuration menée par l'Institut de recherche sur l'eau Eawag et l'Ecole polytechnique fédérale de Zurich, a indiqué mardi Patrick Mathys, responsable de la section Gestion de crise et collaboration internationale à l'OFSP.

«Le fossé est de plus en plus grand», a-t-il …

Lire l’article
Link zum Artikel