DE | FR

La Nati ne leur a pas servi de leçon: Ils ont prédit un carton du PSG

«L'Equipe de Greg», émission de débat sur le football, a évalué les Belges de Bruges avec la même perspicacité que les Suisses à l'Euro: En annonçant leur déconfiture.
16.09.2021, 12:3416.09.2021, 16:53

Ne soyons pas mesquins: «L'Equipe de Greg» (autrefois d'Estelle) est une émission vivante, passionnante, où l'on papote doctement sur le football. Les invités n'ont qu'un seul problème: ils croient toujours à l'hégémonie de la France.

A l'Euro, ils n'avaient pas accordé la moindre chance à l'équipe de Suisse, dont ils avait énuméré les tares et les mollesses sous l'intitulé suivant: «Est-ce une formalité pour les Bleus?» Rappelons cette formidable apogée:

«A moins que les Français restent coincés dans l’ascenseur avant de partir, ils ne peuvent pas perdre le match»
Raymond Domenech

Mercredi, peu avant les débuts du PSG en Ligue des champions (pour la première fois avec le trio Neymar-Mbappé-Messi), l'équipe de Greg donnait ce conseil au FC Bruges:

Intitulé du débat: Faut-il s'attendre à une démonstration du PSG? Réponses:

  • Oui
  • Tout est possible
  • Prudence (la seule femme de la table)
  • J'espère me régaler
  • Oui. 6-0
  • C'est quoi une démonstration (Raymond Domenech, toujours le mot pour sourire)

Toute l'émission ici

Pour les passages clés, écouter entre 11'30'' et 26'30".

6-0? Hugo Guillemet, journaliste à L'Equipe, assume son pronostic à renfort des soupirs fatalistes: «Ben oui, on le voit, même les Belges n'attendent que ça. Coach, joueurs, c'est presque s'ils disent: on va prendre une fessée.»

«Ce que vous voulez dire, c'est qu'ils ne sont pas concentrés sur le match?», intervient Greg, fin psychologue. Mais Guillemet ramène le débat à sa dimension prophétique: «Si, je pense qu'ils sont concentrés sur leur match. Mais ils ont conscience que l'écart risque d'être vraiment abyssal.»

L'écart final

Envoyée au front, la journaliste Carine Galli intervient en direct de Bruges, engouée et enjouée, cheveux en bataille pour faire reporter de guerre. Elle a rencontré des vrais gens, des Belges (a-t-elle pensé à son rappel de tétanos?), alors elle livre ses secrets:

«Imaginer qu'ils seront peut-être battu sèchement, eh ben, ça ne les inquiète pas, ça les laisse un peu stoïques. Eux, ce qu'ils ont envie de se dire, c'est qu'ils vont peut-être entrer dans l'histoire d'une certaine façon en étant le pays, le club, qui va voir ce trio incroyable (réd: Neymar-Mbappé-Messi) aligné pour la première fois.»

Heureusement, Olivier Bossard, spécialiste des pays annexes à France Football, prévient l'honorable assemblée que «Bruges est une équipe hyper intéressante, qui joue beaucoup au ballon». Mais ses doutes s'arrêtent là, à l'orée des seize mètres: «Si je dis oui pour une démonstration, c'est parce que (les Belges) ouvrent le jeu, ça sera bénéfique pour le PSG et on risque de voir des buts ce soir.»

Jouer au ballon, ouvrir le jeu. Voilà qui arrache un autre sourire goguenard à Raymond Domenech, le même qu'avant Suisse - France lorsqu'un collègue lui avait vanté les convictions offensives profondes de la Nati: «Mais pour attaquer, encore faut-il avoir le ballon! Ils ne le verront pas!»

Domenech savait, il était certain que Bruges renierait ses principes: «En réfléchissant en tant que joueur, je me dis: tu vas rencontrer cette équipe-là (le PSG), est-ce que tu as envie de prendre une rouste, six, sept à zéro, parce que tu vas continuer à jouer?»

Et de citer l'exemple du championnat de France: «Clermont, on l'a vu, hein. Ils sont décidé de jouer. Ils en ont pris quatre. Ils auraient pu en prendre six, sept, Continuez à jouer les gars (...) Ils (Bruges) ne vont pas partir en disant: on joue à armes égales avec cette équipe-là. Non, on ne joue pas à armes égales!»

Raymond Domenech, l'oeil toujours acéré.
Raymond Domenech, l'oeil toujours acéré.

Les plus romantiques lui ont parlé d'une culture, une philosophie de jeu. Mais Domenech s'est ri de ces fredaines: «Si la philosophie de jeu, c'est de dire qu'on accepte de prendre six, sept, zéro... » «Jouer contre le PSG, ça veut dire quoi? Garder le ballon derrière, oui, à la rigueur. Mais aller chercher haut, essayer de jouer, monter tout le bloc, pour leur laisser les espaces derrière, c'est du suicide.»

«Clermont aussi, ils ont joué. Ils en ont pris quatre, ils sont contents, voilà. Si tu as envie de ça, eh bien vas-y»

Toutes les tentatives d'Alicia Dauby, ses objections de femme prudente, tous ses tweets à la gloire du style brugeois, tous ses bons mots à l'égard de Young-Boys («n'étaient-ils pas inférieurs à Manchester United, eux aussi?») ne suffiront pas à abaisser le taux de testostérone.

Hugo Guillemet a redoublé de hardiesse en signalant l'écart de niveau sidéral entre les titulaires de Bruges et... les remplaçants du PSG, ceux qui ont disputé (et gagné) les cinq premiers matches de championnat.

«Si on ajoute les stars... Evidemment, moi, je ne vois pas autre chose qu'une correction»

Il ne restait plus qu'à retourner sur le champ de bataille où Carine Galli bravait le vent mauvais. Greg a hésité: «Je ne vais pas vous faire la question... » Mais à la guerre comme à la guerre: «Oh ben si, allez, je vais vous la faire comme ça: Est-ce que vous êtes un peu inquiète pour le PSG ce soir, puisqu'ils n'ont jamais joué vraiment ensemble?»

Et là encore, dans les frimas du grand Nord, Carine Galli n'a pas eu la langue dans sa poche: «Ah oui, oui, vraiment je tremble. Non, si je tremble, c'est qu'il fait un petit peu frais à Bruges.»

«Non mais honnêtement, il n'y a pas de raison de trembler. Le PSG a toutes les armes pour battre facilement cette équipe de Bruges»

La preuve, selon l'envoyée spéciale, c'est «qu'en général, les journalistes de l'équipe adverse cherchent toujours les points faibles du PSG. Là, pas du tout». Sous entendu: Ce n'était pas la peine.

Et de prédire en fin de compte «un très beau spectacle offensif sur cette pelouse de Bruges».

«Le plus grave, j'ai l'impression, c'est que tout le monde serait content. Français et Belges»

Un autre débat restera ouvert, celui que L'Equipe avait initié pendant l'Euro sans apporter de véritables réponses, avec une naïveté presque touchante:

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Douze clubs européens officialisent une «Super Ligue», l'UEFA furieuse

L'UEFA exclura les clubs qui participeront à une «Superligue» privée», a réaffirmé dimanche l'instance dirigeante du football européen. Elle a réagi à la création de ce lucratif tournoi fermé, rival de la Ligue des champions, qui vient d’être officialisé dimanche soir, et dont la réforme doit être actée lundi.

La guerre est déclarée entre certains clubs et l'UEFA, qui a réagi officiellement à la création d'une «Superligue» fermée par plusieurs clubs anglais, espagnols et italiens allant jusqu'à la menace, et fermement.

Comme c'était pressenti depuis les révélations du New York Times, le projet de création d'une Superligue européenne a bien été officialisé par ses douze membres fondateurs tard dimanche soir. Vouée à supplanter la Ligue des champions, cette compétition pourrait débuter dès 2022.

Déjà …

Lire l’article
Link zum Artikel