DE | FR
Image: Shutterstock

Pénurie: Comment motiver les Suisses à faire un job pénible et mal payé?

Infirmiers, maçons, serveurs, chauffeurs poids-lourd, ces derniers mois, les pénuries de personnels se multiplient dans les métiers sous-valorisés et souvent mal rémunérés. Ils doivent désormais se réinventer pour susciter de nouvelles vocations.
03.09.2021, 05:5103.09.2021, 16:52
Suivez-moi

Les pénuries de personnels se multiplient. Au printemps, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) tirait la sonnette d'alarme: il pourrait manquer 13 millions d'infirmiers et infirmières dans le monde dans les années à venir. Le secteur de la construction est, lui aussi, touché, la Suisse cherche ses maçons de demain. Le constat est le même chez les chauffeurs poids-lourds européens ou encore dans le monde de la restauration:

«Il n’est pas surprenant qu'il y ait une pénurie de main-d’œuvre dans certains secteurs. Les conditions de travail dans la restauration ou dans la construction, par exemple, ne sont pas faciles», observe Mathias Steger de JobCloud, leader sur le marché de l’emploi en Suisse, avec des plateformes comme jobup.ch ou jobscout24.ch.

«Souvent, ce sont les métiers sous-valorisés et qui s'exercent dans des conditions difficiles qui sont les moins bien rémunérés. Est-ce que ça vous parait logique?»
Anny Wahlen, psychologue du travail

Malgré les difficultés,
les Suisses sont exigeants

Sociologue du travail à l'Université de Lausanne, Nicky Le Feuvre n'est pas étonné par ses pénuries, d'autant que certaines professions pénibles sont délaissées par les Suisses depuis longtemps et dépendent désormais largement de la main d'œuvre étrangère ou frontalière, dont les déplacements ont été freinés par le Covid. «Ce qui est plus surprenant, c'est que ce phénomène se manifeste encore actuellement, alors que le marché de l'emploi est difficile. Cela veut dire que même en ce moment, certains réfléchissent à deux fois avant de s'engager dans des métiers difficiles.»

A ses yeux, le phénomène n'a rien d'anodin et nous concerne tous. «Nous avons un intérêt collectif à ce qu'un certain nombre de métiers délaissés ne le soient pas, tout simplement parce que ces postes remplissent des fonctions essentielles pour notre société

Car le problème, s'il a été exacerbé par la pandémie, paraît bien plus profond. «L'enjeu majeur, c'est le vieillissement de la population. Il y a davantage de personnes qui quittent le marché de l'emploi que de jeunes qui y entrent», détaille Marco Taddei, responsable romand de l'Union patronale suisse. Et ce n'est pas près de s'améliorer:

«D’ici à 2030, il manquera entre 400 000 et 500 000 personnes sur le marché de l'emploi suisse, selon les études»
Marco Taddei, Union patronale suisse

Une génération qui a davantage de choix

Au-delà de l'aspect démographique, Anny Wahlen, psychologue du travail et fondatrice de Salutis-Network, pointe également un changement de priorité dans la société. «Des jeunes ou moins jeunes ont vu leurs parents évoluer dans un monde du travail qui se tendait et ne sont plus prêts à ça. Pour eux, le travail est un moyen et pas une fin en soi.»

Nicky Le Feuvre précise toutefois que les générations précédentes avaient les mêmes aspirations que les jeunes d'aujourd'hui. «On a beaucoup décrit les supposées différences entre la fameuse génération X, Y ou Z et ses prédécesseurs, mais les études ne confirment pas du tout cette idée. On confond souvent effet d'âge et effet de génération», nuance la sociologue.

«Nos parents et grands-parents n'ont pas forcément eu la chance de pouvoir faire le métier qu'ils voulaient»
Valentin Aymon, membre de l'Union syndicale valaisanne

D'après elle, les divergences sont davantage à chercher du côté du cursus scolaire. «Les jeunes d'aujourd'hui sont globalement mieux formés, ils échappent donc plus facilement aux métiers pénibles.»

Le salaire ne suffit pas

Mais alors comment rendre à nouveau attractifs ces emplois souvent mal-considérés et mal rémunérés? «Cela commence par l'école, il faut arrêter de donner l'impression que les métiers manuels sont pour les cancres. Ces emplois sont aussi jolis que les autres», affirme Valentin Aymon, membre de l'Union syndicale valaisanne.

Si le député socialiste suppléant au grand conseil valaisan prône également une amélioration des conditions de travail, il souligne la nécessité d'une revalorisation des rémunérations. «Elles stagnent depuis des années. Le salaire, c'est une marque de reconnaissance.»

«Le salaire est très important, c'est la reconnaissance de nos compétences et de notre investissement, mais ce n'est pas la seule chose qui compte»
Nicky Lefeuvre, sociologue du travail

«Le salaire est un facteur de motivation externe à l'individu, donc l'effet positif sera limité dans le temps», pondère toutefois Anny Wahlen. Aux yeux de la psychologue, la revalorisation des métiers pénibles passe aussi par une série de micro-ajustements permettant la mise en place d'un climat de travail agréable et compatible avec l'équilibre entre vie privée et vie professionnelle.

Les employés veulent
des petits bonus

«On fait tous des compromis sur certains facteurs. Il y a donc plein d'éléments positifs qui peuvent faire passer les contraintes au second plan.» Pour la spécialiste, la perte de motivation des travailleurs, notamment dans le domaine de la santé, n'est pas à chercher du côté du métier - qu'ils apprécient -, mais bien du contexte dans lequel ils doivent l'exercer.

«Depuis les années 2000, on a demandé aux employés toujours plus, avec toujours moins, pour tenter d'être rentable»
Anny Wahlen, psychologue du travail

«Il n'est pas si facile d'augmenter les salaires, surtout dans le contexte actuel», rappelle Marco Taddei, de l'Union patronale Suisse. Le responsable assure pourtant que la pénurie de personnel préoccupe l'organisation qui tente d'y répondre «lentement, mais sûrement». D'autant plus que la problématique concerne toutes les professions.

«Hors Covid, ce ne sont pas les emplois avec les plus bas salaires qui sont les plus touchés par la pénurie. Dans les classements Manpower, on retrouve en tête des métiers qualifiés comme informaticien ou ingénieur», analyse-t-il. Selon lui, la solution passe notamment par une meilleure intégration des femmes au marché du travail, mais aussi par des avantages annexes, non liés au salaire. Par exemple: la formation continue, le télétravail ou des horaires flexibles.

Du côté de JobCloud, Mathias Steger complète la liste des meilleures techniques pour convaincre les travailleurs de s'engager durablement dans des métiers moins valorisés:

«Les employeurs doivent se positionner comme employeur attractif et offrir une culture d’entreprise moderne et tolérante. Les employés attendent également des bénéfices, comme des rabais, des cours de sports gratuits, des abonnements pour les transports publics, etc. Ce qui augmente aussi leur motivation, c’est de leur donner des responsabilités dans leur rôle et de leur permettre de se s’épanouir»

Mais des démarches très simples et très concrètes peuvent aussi faire la différence, selon Nicky Le Feuvre. «Le secteur du bâtiment a déjà fait des efforts, par exemple en divisant par deux le poids des sacs de ciment à porter. En tant que société, on a tout intérêt à rendre moins difficiles les métiers dits pénibles.»

Une série d'ajustements qui favorisent les employés, mais pas seulement. Selon tous nos experts, les employeurs gagneraient aussi à conserver leurs meilleurs éléments sur le long-terme.

«Souvent, les patrons ne font même pas le calcul de savoir ce que ça leur coûte de perdre un employé»
Anny Wahlen, psychologue du travail



De la minijupe à la burqa - les femmes en Afghanistan

1 / 13
De la mini-jupe à la burqa - les femmes en Afghanistan
source: laurence brun /gamma-rapho via getty images
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Copin comme cochon: Les Autogrill au mois d'août

Plus d'articles Actu

Ces cinq artistes vont marquer l'histoire du prochain Super Bowl

Link zum Artikel

Crise des sous-marins: La France utilise l'UE pour se venger

Link zum Artikel

Comment est votre blanquette? Has-been! (Auprès des jeunes)

Link zum Artikel

Les Etats-Unis échappent à la paralysie, mais pas encore à une crise financière

Link zum Artikel

Un artiste s'enfuit avec l'argent prêté par un musée

Link zum Artikel

Ils lancent un jeu de société qui dénonce les inégalités raciales

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Les emplois perdus pendant la crise ne seront pas récupérés avant 2023

La situation de l'emploi dans le monde n'est pas près de s'améliorer, estime l'Organisation internationale du travail (OIT). Mais les choses devraient progresser durant la seconde partie de 2021.

Au moins 205 millions de personnes devraient être au chômage l'année prochaine, contre 187 millions avant la crise, a affirmé mercredi à l'Organisation internationale du travail (OIT).

Avant le début de la pandémie, le chômage était déjà élevé, le travail sous-utilisé et les conditions difficiles. Pour cette première moitié de l'année, la crise a beauccoup affecté l'Amérique latine, l'Europe et une partie de l'Asie.

Cependant, les choses devraient s'améliorer durant la seconde partie de 2021, …

Lire l’article
Link zum Artikel