DE | FR
Dans un EMS en France. Mai 2020.
Dans un EMS en France. Mai 2020.image: keystone

«Gastro ou pas, c'est 3 couches par jour»: scandale dans des EMS en France

Stupeur en France suite à des révélations faisant état de maltraitance dans des EMS gérés par le «leader mondial» du secteur de la dépendance.
26.01.2022, 13:2626.01.2022, 14:38

Le livre est en vente à partir d’aujourd’hui, mais il fait déjà scandale en France. Son titre: «Les fossoyeurs» (éditions Fayard). Son thème: la maltraitance dans les EMS (en France, les Ehpad: Etablissements d'hébergement pour personnes âgées dépendantes). L’auteur et journaliste indépendant Victor Castanet est depuis deux jours invité sur tous les plateaux-télés. Ses révélations sont accablantes. Elles mettent en cause le groupe de maisons de retraite et de cliniques privées Orpea, qui se présente comme le «leader mondial» du secteur de la dépendance.

Trois ans d’enquête, 250 entretiens: Victor Castanet s’appuie sur du lourd. Il met au jour de terribles dysfonctionnements, dus en grande partie à la recherche du profit. Autrement dit, des économies auraient été réalisées au détriment des résidents. Du personnel en nombre insuffisant, des défauts de soins.

Témoignage:

«Nous étions rationnés: c’était trois couches par jour maximum. […] Peu importe que le résident soit malade, qu’il ait une gastro, qu’il y ait une épidémie»
Saïda Boulahyane, aide-soignante

«Des pratiques destinées à améliorer la rentabilité du groupe d’Ehpad privés Orpea», selon le journaliste-enquêteur, cité par la presse française.

Le cas de l’écrivaine et comédienne Françoise Dorin, décédée en 2018, trois mois seulement après son admission dans un établissement «haut de gamme» géré par Orpea à Neuilly-sur-Seine, illustre dramatiquement le propos des «Fossoyeurs». Sa mort est due à une escarre mal soignée.

«La vérité, c'est que cet établissement à plus de 7 000 euros le mois n'est pas un organisme de santé, mais une entreprise à but lucratif»
Un petit-fils de Françoise Dorin

Les situations décrites sont d’autant plus problématiques que les Ehpad en France, Orpea ne faisant pas exception, touchent des subventions publiques. Le groupe mis en cause «aurait noué des relations privilégiées» avec Xavier Bertrand, lorsque celui-ci était ministre de la Santé, selon Victor Castanet.

Chute à la Bourse

Orpea, dont la cotation boursière a été suspendue après une chute sévère du titre, récuse les accusations le visant et menace d’entamer des poursuites pour diffamation. La direction générale du groupe se défend de tout rationnement et affirme que les témoignages émanent d'une minorité d'anciens collaborateurs de l'entreprise qui auraient nourri une «rancœur» à son encontre après l'avoir quittée.

De son côté, le gouvernement lance une enquête administrative et réclame des «explications» à Orpea. Nul doute que les questions soulevées par «Les fossoyeurs» rejailliront dans les débats de la campagne présidentielle.

Sinon, il neige actuellement dans le désert du Sahara

1 / 8
Il neige actuellement dans le désert du Sahara
source: karim bouchetata
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Influencé par la guerre en Ukraine, le monde redevient très nucléaire

Link zum Artikel

Aux Philippines, une ville est recouverte par les cendres d'un volcan

Link zum Artikel

En Russie, le McDo' change de nom, mais pas de goût

Link zum Artikel

En Espagne, le manque de personnel menace le tourisme estival

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Mamie fait de la résistance (et ne veut plus aller au home)
Les établissements médico-sociaux (EMS) sont confrontés à la plus grande baisse de fréquentation depuis 2006; 158 433 Suisses reçoivent des prestations des homes, soit une baisse de fréquentation de 4% par rapport à 2019.

Se faire chouchouter par un infirmier, se prendre la tête avec sa voisine sur l'identification d'un dentier abandonné ou manger une soupe sur le coup de 17h30... Manifestement, les joies des EMS ne font plus rêver les personnes âgées.

L’article