DE | FR

Les Suisses ont dépensé plus d'un milliard en pain frais en 2021

Image: sda
Au-delà de la pandémie, la demande en pain n'a cessé d'augmenter au cours des quatre dernières années à travers le pays.
11.05.2022, 04:4911.05.2022, 18:57

Les Suisses mangent de plus en plus de pain et autres produits de boulangerie. En 2021, ils ont dépensé un peu plus d'un milliard de francs pour acheter du pain frais.

Au total, la population helvétique a déboursé plus de 2,4 milliards de francs dans le commerce de détail pour l'ensemble des produits de boulangerie, indique l'Office fédéral de l'agriculture (OFAG) dans son bulletin du marché du pain et des céréales publié mardi. En moyenne, un ménage a dépensé quelque 461 francs sur toute l'année.

L'année 2020 avait été exceptionnelle en raison d'un surcroît de la demande pendant le semi-confinement. Les chiffres 2021 ont baissé en comparaison, mais ils connaissent une évolution positive par rapport aux années d'avant la pandémie, soit 2018 et 2019.

Ces dépenses représentent 8% du chiffre d'affaires total réalisé par le commerce de détail avec les denrées alimentaires.

En ce qui concerne les pains frais, près d'un quart des dépenses ont été consacrées aux pains bio. C'est une part plus élevée que pour la moyenne de toutes les autres denrées alimentaires confondues, qui s'élève à 11%, note l'OFAG.

Les préférences pour le pain frais influent sur le prix du pain. Pour un kilo, il fallait débourser 8,98 francs en 2021, contre 8,72 l'année précédente.

Impact de la pandémie

Les pains longue conservation et les pâtes prêtes à l'emploi ont aussi eu la cote auprès des consommateurs suisses, avec une progression du chiffre d'affaires de respectivement 20,3% et 7,3% en quatre ans. En cause: la pandémie, qui a incité la population à constituer des réserves.

Le coronavirus a aussi un effet sur la consommation de petits pains. Ces derniers sont plutôt mangés en route ou comme en-cas. Comme la population s'est moins déplacée en raison des restrictions sanitaires, la demande en petits pains a baissé de 9% entre 2019 et 2020, pour progresser à nouveau de 10,7% entre 2020 et 2021.

Farine

La demande en farine n'a aussi cessé de progresser ces quatre dernières années, ajoute l'office. Les Suisses ont dépensé quelque 56 millions de francs en 2021 pour acheter de la farine, ce qui représente une hausse de 28,5% entre 2018 et 2021:

  • La farine blanche est la farine la plus vendue dans le commerce de détail suisse (part de marché de 66,1%). Elle est aussi la moins chère;
  • Les farines spéciales, telles que celle d'épeautre ou celle pour tresse, connaissent un succès croissant (respectivement +44,4% et +30,9%).

Concernant l'avenir, l'OFAG s'attend à ce que le prix des céréales augmente du fait de la guerre en Ukraine. Par ailleurs, les coûts de production, de la logistique et de l'énergie ont fortement augmenté ces dernières années. (ats/jch)

Restons en Suisse: Lausanne a envoyé une capsule dans le futur, voici ce qu'elle contient

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

La Russie ne paye plus ses dettes, est-elle ruinée? Explications

Link zum Artikel

Ces stars réagissent à la révocation du droit à l'avortement par la Cour suprême

Link zum Artikel

De plus en plus de pédophiles achètent des viols d'enfants sur Internet

Link zum Artikel

Terrorisme islamiste et mercenaires russes: que se passe-t-il au Mali?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Moins de viande, plus de fruits: comment Parmelin veut nous nourrir
La population suisse doit se nourrir plus sainement, estime le gouvernement. L'empreinte écologique de l'agriculture et de l'industrie alimentaire devrait ainsi nettement diminuer. Cela peut-il fonctionner?

Du champ à l'assiette, le Conseil fédéral opère un changement de paradigme. Dans son rapport sur «l'orientation future de la politique agricole», il ne met plus seulement l'agriculture à contribution, mais adopte une approche globale. A la grande satisfaction de l'Union suisse des paysans, il salue le fait que «la politique agricole, aujourd'hui unilatéralement focalisée sur les exploitations agricoles, soit placée sous l'égide d'une stratégie alimentaire».

L’article