DE | FR

Expérimentation animale: l'émotion c'est bien, les chiffres, c'est mieux

En 2020, les souris constituaient plus de 62% des animaux utilisés dans la recherche.
En 2020, les souris constituaient plus de 62% des animaux utilisés dans la recherche.Image: KEYSTONE
Soumise au peuple ce dimanche, l’initiative populaire «Oui à l’interdiction de l’expérimentation animale» demandait l’interdiction totale de cette pratique en Suisse. Mais de quoi parle-t-on, concrètement? Tour d'horizon.
13.02.2022, 10:3225.02.2022, 12:10
Suivez-moi

Combien d'animaux sont utilisés?

C'est peut-être bien la première question que l'on peut se poser au sujet de l'expérimentation animale en Suisse. En 2020, 556 107 animaux ont été utilisés dans des expériences, selon les données diffusées par l'Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (OSAV).

C'est près de 16 000 de moins par rapport à l'année précédente. Il s'agit d'une tendance durable. Depuis 2015, de moins en moins d'animaux sont utilisés dans des expériences. Et, malgré quelques rebonds plus ou moins prononcés, leur nombre diminue depuis les années 1980. En 1983, ils étaient près de deux millions, soit 3,6 fois plus qu'en 2020.

La plupart de ces animaux (380 608, soit près de 68% du total) ont été réquisitionnés dans le cadre de recherches sur les maladies humaines, notamment le cancer et les maladies neurologiques.

L'expérimentation vs. d'autres domaines

Un demi-million d'animaux employés chaque année en Suisse, c'est beaucoup? Ça dépend du point de vue. Pour essayer d'avoir une vision plus large, il peut être utile de comparer ce chiffre avec d'autres secteurs où des animaux sont tués. La chasse et l'abattage sont deux exemples intéressants. Il n'est évidemment pas question de mettre ces activités sur le même plan, mais plutôt de donner un ordre de grandeur.

En 2020, 143 075 animaux ont été tués par des chasseurs, alors que le nombre de bêtes abattues pour la production de viande monte à 69 435 000, selon les données de Pro Viande. Les proportions sont visibles sur le graphique ci-dessous:

Quelles sont les espèces les plus représentées?

Les expériences sur les animaux concernent plusieurs espèces, allant des rats aux poissons, en passant par des chats ou des chevaux. Une espèce s'impose néanmoins. Et, sans surprise, il s'agit de l'animal qui symbolise le plus la recherche en laboratoire: la souris.

Trois des animaux utilisés dans les labos en Suisse: les souris, les rats et les poissons-zèbres.
Trois des animaux utilisés dans les labos en Suisse: les souris, les rats et les poissons-zèbres.Image: Keystone/Pixabay

En 2020, les souris constituaient plus de 62% de tous les individus concernés, un chiffre par ailleurs en baisse par rapport à 2019 (42 670 unités de moins). Il s'agit d'une diminution «importante», note l'OSAV, qui suppose qu’elle serait due en partie à la pandémie, dans la mesure où le nombre de souris prenant part à des expériences a diminué.

Les oiseaux se placent sur la deuxième marche de ce podium singulier. Loin derrière les souris. Suivent les rats, les poissons et les amphibiens. Il est intéressant de constater que des animaux tels que les primates, les cobayes ou les hamsters sont très peu exploités en laboratoire. Du moins par rapport à ceux qui occupent le haut du classement.

Quel niveau de douleur?

Toutes les expériences menées sur les animaux ne se ressemblent pas et n'ont pas le même impact sur les spécimens. Elles sont notamment classées en quatre catégories de contrainte, appelées «degrés de gravité».

  • Les expériences de degré 0 n’infligent pas de contrainte à l’animal. Elles n’occasionnent ni douleur, ni blessure, ni peur. Il s'agit par exemple de tests effectués dans des élevages de poulets qui ambitionnent d'améliorer leur bien-être.
  • Le degré 1 correspond à une contrainte légère, comme une blessure temporaire. Par exemple dans le cadre de la formation des étudiants vétérinaires.
  • Le degré 2 implique une contrainte moyenne, comme par exemple des essais pour des médicaments expérimentaux contre le cancer.
  • Le degré 3 correspond à une contrainte sévère. Ces expériences impliquent des blessures. Une transplantation rénale sur des souris en est le meilleur exemple.

La plupart des interventions qui ont eu lieu en 2020 appartiennent à la première catégorie. Les expériences de degré 3 ne représentent que 3,5%, soit 19 712 cas. Mais leur nombre est en augmentation depuis 2012, note l'OSAV.

La presque totalité des expériences de degré 3 a été réalisée dans le cadre de la recherche sur les maladies humaines. Et la plupart des animaux sont des souris (60%).

Quels animaux pour quelles recherches?

Les expérimentations animales sont menées dans de nombreux domaines. Parmi eux on distingue:

  • La recherche fondamentale, qui consiste à vérifier une hypothèse scientifique, prélever ou examiner des cellules, des organes ou des liquides organiques ou obtenir ou reproduire des organismes étrangers à l’espèce.
  • La découverte, le développement et le contrôle de la qualité. Autrement dit développer et tester de nouvelles possibilités de thérapie ou examiner un principe actif, comme un médicament ou un vaccin.
  • Le diagnostic des maladies, qui vise à établir des valeurs de référence pour le diagnostic de laboratoire.
  • L'enseignement et la formation.
  • La protection des êtres humains, des animaux et de l’environnement, c'est-à-dire des tests toxicologiques et d’innocuité.

Voici comment les animaux sont répartis:

Quelles institutions ont recours aux animaux?

Enfin, on peut se demander qui a recours à l'expérimentation animale en Suisse. Trois grandes catégories se détachent: les hautes écoles et les hôpitaux, les instituts privés et l'industrie.

333 555 animaux, soit près de 60%, sont réservés aux hautes écoles et aux hôpitaux.

En attendant les votations, voici ce que disent les derniers sondages:

Un touriste laisse tomber son téléphone portable dans l'enclos des loutres.

Plus d'articles sur le 13 février

Pourquoi la Confédération veut lâcher 151 millions par an aux médias?

Link zum Artikel

Le Conseil fédéral ne veut pas interdire l'expérimentation animale

Link zum Artikel

Votations fédérales du 13 février: ce que disent les sondages

Link zum Artikel

Le nuage noir du référendum menace l'aide aux médias

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pour sauver l'océan, il nourrit les requins avec des brochettes de poisson
Chad Sinden nourrit des requins avec des poissons-lions harponnés au bout d'une lance tout en se filmant. C'est ainsi que sont réalisés les enregistrements spectaculaires de ce moniteur de plongée qui vit aux Bahamas.

En voilà un pour qui Les Dents de la mer n'est pas un film d'horreur. En effet, ce qui semble effrayant n'est pas un problème pour Chad Sinden, un moniteur de plongée établi aux Bahamas, il confie:

L’article