DE | FR
Les papiers diplomatiques de Boris Bondarev, qui ne seront bientôt plus valables.
Les papiers diplomatiques de Boris Bondarev, qui ne seront bientôt plus valables.source: keystone

Le diplomate russe Boris Bondarev est sous protection policière 24h/24

Le haut fonctionnaire a critiqué Poutine en démissionnant avec fracas lundi. Une prise de position qui l'oblige à être sous surveillance jour et nuit.
27.05.2022, 14:2527.05.2022, 17:36

Boris Bondarev, un ex-diplomate russe de 41 ans, est sous la protection 24h/24 de policiers suisses, rapporte 24 heures. Les raisons? Il a quitté lundi, à Genève, le service de la mission de l’Organisation des Nations unies (ONU) de son pays en attaquant le président russe Vladimir Poutine et sa guerre en Ukraine à travers une lettre ouverte. Une protestation qui a eu un retentissement mondial.

Il est maintenant en danger. En effet, quiconque qualifie publiquement l’attaque russe contre l’Ukraine de guerre peut s’attendre à finir en prison en Russie. Celui qui s’exprime contre le maître du Kremlin peut également perdre sa liberté, peut-être même sa vie.

Le quotidien vaudois explique que l'ex-diplomate va potentiellement à la rencontre de problèmes. Pourquoi? Parce que le Service fédéral de sécurité, une unité de l'Office fédéral de police (Fedpol), a pour mission de garantir la sécurité des membres du Conseil fédéral et des autres fonctionnaires. Il est également responsable de la protection des diplomates étrangers. Mais Boris Bondarev va, désormais, perdre son statut diplomatique. La Suisse continuera-t-elle malgré tout à le protéger? Fedpol répond:

«Conformément aux usages internationaux, un délai de courtoisie est accordé en cas de cessation d’activité»

En règle générale, il s’agit de deux mois. Boris Bondarev peut donc compter sur la protection de la police suisse au moins aussi longtemps, pour autant que le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) le juge nécessaire et donne le mandat correspondant à la Fedpol, ce qui devrait être une formalité.

La démarche du diplomate n'est pas clandestine

Boris Bondarev aurait apporté, lundi, en main propre, sa démission à la Mission russe. Ce faisant, il ne donne pas l’impression d’une démarche clandestine. Il ne voulait sûrement ni disparaître ni même révéler des informations secrètes de l’appareil d’Etat russe à un service de renseignement occidental.

En parallèle, il a envoyé une lettre de protestation à plusieurs personnes par e-mail, qui regorge certes de critiques envers Vladimir Poutine et le ministre des Affaires étrangères Sergueï Lavrov, mais elle ne contient aucune confidence sur ses deux décennies de service public.

Une demande d'asile qui pourrait être acceptée

La question qui agite le lanterneau politique est maintenant de savoir s'il faut accorder ou non l'asile au diplomate russe. Socialistes et UDC ne sont pas d'accord. 👇

Selon 24 heures, les chances sont bonnes pour que la Suisse accueille un demandeur d’asile comme Boris Bondarev. Et malgré son départ en tant que diplomate, il n’a pas encore dû remettre sa carte de légitimation à la Confédération – ici aussi, le «délai de courtoisie» de deux mois s’applique. Selon le porte-parole du DFAE Pierre-Alain Eltschinger:

«Cette réglementation permet au personnel sortant d’organiser son départ définitif de Suisse ou de régulariser son séjour en Suisse»

Boris Bondarev a l’intention de chercher un emploi, mais il ne précise pas s’il souhaite rester dans le pays. Ce dont il est sûr, c’est qu’il ne retournera pas en Russie.

Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine

1 / 13
Plus d'images de véhicules russes détruits en Ukraine
source: sda / sergey kozlov
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

La salle contre la guerre

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici les villes suisses où se parquer coûte le plus cher
Venir avec son véhicule motorisé à quatre roues en ville, ça casque. Et la tendance ne devrait pas se renverser, les centres-villes étant destinés à devenir de plus en plus verts et piétons. Quelles sont les villes de Suisse où il est le plus cher de parquer son 4x4 ou sa petite Clio? Petit tour d'horizon.

Prendre sa voiture pour venir en ville représente un défi de plus en plus coûteux pour de nombreux automobilistes. Si l'usage est encore répandu dans les villes de taille moyenne, dans des communes telles que Genève, Lausanne et Fribourg, la donne a changé. Car se garer en centre-ville sur des places blanches, ça coûte bonbon.

L’article