DE | FR

Ukraine: l'Europe est-elle prête pour la guerre? 4 questions et réponses

Environ 140 000 soldats russes sont amassés à la frontière ukrainienne et pourraient se mettre en marche à tout moment.
Environ 140 000 soldats russes sont amassés à la frontière ukrainienne et pourraient se mettre en marche à tout moment.Image: sda
Contrairement à l'invasion de la Crimée en 2014, l'Europe et l'Occident veulent réagir immédiatement en cas d'attaque russe en Ukraine. Mais seraient-ils en mesure de le faire? La réponse militaire n'est qu'une option parmi d'autres.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
15.02.2022, 05:2015.02.2022, 17:57
remo hess, bruxelles / ch media

La Suisse commence à se sentir mal à l'aise: après que les Etats-Unis et plusieurs Etats européens ont appelé leurs compatriotes à quitter l'Ukraine, le Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) met lui aussi en garde contre les voyages dans le pays.

Les 257 Suisses et Suissesses vivant en Ukraine doivent certes décider individuellement s'ils veulent quitter le pays ou non. Le DFAE fait toutefois remarquer qu'il pourrait bientôt ne plus y avoir de vols. «La compagnie KLM a déjà annulé les vols, n'attendez pas», a déclaré le ministre des Affaires étrangères Ignazio Cassis lors d'une manifestation en présence du chancelier autrichien Karl Nehammer.

Ignazio Cassis, à droite.
Ignazio Cassis, à droite.Image: sda

Les forces armées russes ont, entre-temps, amassé 140 000 hommes à la frontière ukrainienne. Ils pourraient se mettre en marche à tout moment. Selon la CIA, cela pourrait arriver dès ce mercredi 16 février. Peut-être Vladimir Poutine veut-il simplement attendre ce que le chancelier allemand Olaf Scholz aura à lui dire mardi lors de sa visite à Moscou.

Et ensuite? Comment le reste de l'Europe et l'Occident réagiraient-ils à l'agression russe? Sont-ils même suffisamment préparés? Voici les principales questions sur la table.

Quelles sont les options militaires de l'Europe?

Aucune. Aucun pays d'Europe n'est prêt à envoyer ses propres troupes en Ukraine. Les Etats-Unis non plus. Il n'est pas non plus question que l'Occident fournisse un soutien aérien.

Ce que font plusieurs pays, c'est livrer des armes défensives pour renforcer l'armée ukrainienne. Ces dernières semaines, des centaines de tonnes de munitions et d'armes antichars sont arrivées à Kiev depuis Washington. La Lituanie a récemment envoyé des missiles antiaériens Stinger. C'est de ce type d'armes antichars et antiaériennes dont l'Ukraine manque le plus actuellement. Par ailleurs, l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (Otan) et les Etats-Unis ont renforcé leur présence dans les pays de l'est de l'alliance comme la Pologne et la Roumanie.

Comment l'Occident pourrait donc réagir?

Avec des sanctions économiques «d'une ampleur sans précédent», comme le répètent à chaque occasion l'Union européenne (UE), le Royaume-Uni et les Etats-Unis. Un tel paquet de sanctions est en grande partie ficelé et doit encore être finalisé par les chefs d'Etat et de gouvernement. Ils se réunissent jeudi à Bruxelles pour un sommet UE-Afrique de deux jours.

En cas d'urgence, celui-ci pourrait rapidement être transformé en sommet de crise sur l'Ukraine. Parallèlement, les ministres de la Défense de l'Otan se réuniront jeudi à Bruxelles. Contrairement à l'invasion de la Crimée en 2014, où les Etats européens avaient été pris à contre-pied, une réaction immédiate est certaine.

Quelles contre-mesures la Russie pourrait-elle prendre?

Il faut s'attendre à ce que Vladimir Poutine, en réaction aux sanctions, ferme le robinet du gaz. Il manquerait alors environ 40% du gaz consommé en Europe et les stockages souterrains pourraient être vides dès la fin mars. En collaboration avec les Etats-Unis, l'UE recherche donc activement des alternatives sous la forme de gaz naturel liquéfié (GNL).

Nordstream 2: en cas d'invasion, l'Allemagne devrait probablement renoncer à ce gazoduc.
Nordstream 2: en cas d'invasion, l'Allemagne devrait probablement renoncer à ce gazoduc.Image: DPA

Problème: l'Europe manque d'infrastructures pour permettre aux grands navires-citernes de GNL américains d'accoster. De plus, le réseau gazier européen est plutôt conçu pour le transport d'est en ouest que dans le sens inverse. Comme autre contre-mesure, la Russie pourrait fermer son espace aérien aux compagnies aériennes occidentales, survols compris.

Faut-il s'attendre à une vague de réfugiés?

Les milieux militaires américains prévoient 50 000 morts et jusqu'à cinq millions de réfugiés ukrainiens en cas d'invasion à grande échelle. Même si de tels chiffres sont difficiles à prévoir, il est effectivement possible qu'un exode massif des Ukrainiens vers les pays voisins de l'UE se produise. En Pologne, on est déjà en train de se préparer à un tel scénario, a annoncé le ministre de l'Intérieur Mariusz Kaminiski sur Twitter.

Et le premier ministre hongrois Viktor Orban prévient lui aussi que des centaines de milliers de réfugiés ukrainiens pourraient arriver en Hongrie. Contrairement à la crise des réfugiés de 2015, les pays d'Europe de l'Est pourraient cette fois-ci être intéressés par une répartition des personnes en quête de protection dans toute l'Europe.

La crise ukrainienne en images

1 / 13
La crise ukrainienne en images
source: sda
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Plus d'articles sur les tensions entre Russie et Ukraine

L'armée ukrainienne a-t-elle une chance de résister à une attaque russe?

Link zum Artikel

La crise ukrainienne fait planer le spectre d'une guerre en Europe

Link zum Artikel

Ukraine: le G7 prêt à imposer des sanctions aux «conséquences massives»

Link zum Artikel

Des risques élevés de guerre en Europe, selon ce haut diplomate suisse

Link zum Artikel

En cas de guerre en Ukraine, voici les pénuries qui nous guettent en Suisse

Link zum Artikel

La Russie préparerait une opération pour justifier l'invasion de l'Ukraine

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
22 mèmes que Poutine n'a pas pu supprimer du Web
Peu importe l'issue de l'invasion russe en Ukraine, Poutine a perdu depuis longtemps «la guerre des mèmes» sur Internet.

Le 16 juin dernier, Olaf Scholz et Emmanuel Macron ont rendu visite à Volodymyr Zelensky à Kiev. Les chefs des gouvernements ont jusqu'à présent ménagé la Russie, soucieux d'épargner à Poutine «une humiliation». L'occasion rêvée pour Internet d'utiliser l'humour pour parler de sujets difficiles, lors d'une période sombre comme celle-ci.

L’article