DE | FR
«Le Black Friday a tendance à devenir un rendez-vous promotionnel habituel plus qu'un événement exceptionnel»
«Le Black Friday a tendance à devenir un rendez-vous promotionnel habituel plus qu'un événement exceptionnel»Image: AP The Times-Picayune/The New Or

Le Black Friday ne fait plus autant rêver qu'en 2020

L'événement incontournable ne renouera pas avec ses records de l’année passée, d'après les premières estimations. Différents éléments ont en effet freiné l'engouement des consommateurs.
29.11.2021, 17:3029.11.2021, 18:10

Traditionnellement portées par l'électronique grand public, les difficultés d'approvisionnement dans ce secteur ont pesé sur l'évènement promotionnel le plus important de l'année.

«En 2021, faute de disponibilité des produits, les distributeurs proposaient un assortiment d'offres plus limité, ce qui a eu un impact non négligeable sur les ventes»
Jérôme Amoudruz, co-fondateur de la plateforme Blackfriday.chawp

Ainsi, chez Digitec Galaxus, un porte-parole indique que les cartes graphiques «sont fortement touchées par la pénurie de semi-conducteurs (...) l'offre étant bien inférieure à la demande, de nombreux modèles ne sont actuellement pas disponibles chez nous. C'est pourquoi il n'y a pas de cartes graphiques en promotion pour le Black Friday». Le géant de l'e-commerce a enregistré un chiffre d'affaires «légèrement inférieur» à celui de 2020, ce qui n'a pas empêché de nombreuses offres d'être épuisées avant la première heure.

«Le Black Friday reste un événement commercial important, mais les records de ventes annoncés semblent derrière nous», explique le co-fondateur de la plateforme Blackfriday.ch qui répertorie les offres, précisant que «les volumes de vente ont reculé de 5% par rapport à 2019», d'après les recettes de dix partenaires figurant parmi les plus grands acteurs du e-commerce. Par rapport à 2020, la baisse atteint même 20%. Le panier moyen s'est établi autour de 300 francs sur l'électronique grand public et de 80 francs dans les cosmétiques.

Fréquentation en baisse

Chez Microspot

Les ventes ont renoué avec leur niveau de 2020, la demande ayant été particulièrement élevée pour:

  • Les couches
  • Les luminaires
  • Les appareils de musculation
  • L'électronique

«Les chiffres d'affaires ont été en grande partie au niveau de l'année dernière», assure un porte-parole de Coop, citant notamment le site coop.ch, mais aussi les bijoux Christ et les magasins de mobilier et luminaires Livique et Lumimart.

Chez Manor

Le magasin a atteint à nouveau des recettes similaires au pic du Black Friday 2020, précise une porte-parole. Ce qui a particulièrement été recherché sont:

  • L'habillement
  • Les articles de bijouterie
  • Les cosmétiques

Au niveau du trafic sur les sites de e-commerce, la fréquentation a chuté de 30% par rapport à 2019, tandis que la situation semble similaire dans les magasins, même si aucun chiffre n'est disponible, explique Jérôme Amoudruz.

«L'année 2020, qui a vu l'essor du e-commerce, a fait murir les consommateurs. Le Black Friday a tendance à devenir un rendez-vous promotionnel habituel plus qu'un événement exceptionnel», conclut M. Amoudruz. (sda/awp/ats)

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les règles n'ont pas fini de nous saigner
Mardi, le Conseil national a accepté d'abaisser la TVA sur les protections menstruelles. Un premier pas dans la bonne direction, mais il y a encore un sacré bout de chemin à parcourir.

Enfin! Hier, le Conseil national a accepté l'idée de considérer les protections menstruelles comme des biens de première nécessité. En conséquence, la TVA sur ces articles pourrait passer de 7,7% à 2,5%.

L’article