DE | FR

Colonial Pipeline: 10 millions pour retrouver les hackers

Washington a aussi offert 5 millions de dollars (4,56 millions de francs) pour toute information menant à l'arrestation ou à l'inculpation dans n'importe quel pays de toute personne essayant de participer à une attaque aux côtés de DarkSide.
Washington a aussi offert 5 millions de dollars (4,56 millions de francs) pour toute information menant à l'arrestation ou à l'inculpation dans n'importe quel pays de toute personne essayant de participer à une attaque aux côtés de DarkSide.Image: shutterstock
Le gouvernement américain veut retrouver le groupe de hackers à l'origine de l'attaque informatique contre Colonial Pipeline, un réseau d'oléoducs.
05.11.2021, 02:4105.11.2021, 10:32

Les Etats-Unis ont annoncé jeudi qu'ils offraient une récompense de 10 millions de dollars pour toute information qui aiderait à retrouver les dirigeants de DarkSide, le groupe de pirates informatiques spécialisés dans les rançongiciels. Le groupe est basé en Russie.

«En offrant cette récompense, les Etats-Unis montrent leur engagement à empêcher les victimes des rançongiciels partout dans le monde d'être exploitées par les cybercriminels»
Le département d'Etat américain.

Washington l'accuse d'être derrière l'attaque en ligne qui a paralysé il y a quelques mois Colonial Pipeline, un important réseau d'oléoducs de produits raffinés aux Etats-Unis.

Le groupe DarkSide en ligne de mire

Un rançongiciel, ou «ransomware», exploite des failles de sécurité d'une entreprise ou d'un individu pour chiffrer et bloquer ses systèmes informatiques, exigeant une rançon pour les débloquer.

Washington a aussi offert 5 millions de dollars (4,56 millions de francs) pour toute information menant à l'arrestation ou à l'inculpation dans n'importe quel pays de toute personne essayant de participer à une attaque aux côtés de DarkSide.

Composé, selon les experts, de cybercriminels aguerris, DarkSide dérobe des données confidentielles aux entreprises victimes, souvent basées dans des pays occidentaux, et réclame de l'argent pour les «rendre».

590 millions de dollars payés au premier semestre de 2021

La cybercriminalité est en pleine croissance. Selon des nouvelles données publiées en octobre, 590 millions de dollars en paiements liés à des rançongiciels ont été rapportés aux autorités américaines au cours du premier semestre 2021.

Le chiffre est 42% plus élevé que le montant divulgué par les institutions financières pour toute l'année 2020, selon le rapport du trésor américain. Il existe en outre de forts indicateurs, selon lesquels, le coût réel se chiffre probablement en milliards.

La Suisse n'est pas à l'abri de la cybercriminalité

Les entreprises et les institutions sont confrontées à une pression intense pour sortir leur portefeuille afin de débloquer leurs données, mais aussi pour ne pas révéler l'attaque à leurs clients et à des autorités qui ont émis des avertissements sévères contre le fait de payer les criminels. (ats/jch)

Un peu d'humour avec Copin comme cochon: Les expressions

Plus d'articles sur les dernières cyberattaques

Une nouvelle commune vaudoise a été victime de cyberattaque

Link zum Artikel

Rolle a été piratée: des gigaoctets de données disponibles sur le darknet

Link zum Artikel

Le site suisse Comparis à son tour victime d'une cyberattaque

Link zum Artikel

Vous vous êtes fait pirater vos données? Voici comment vous en sortir

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Les chaînes russes piratées en pleine diffusion: «vous avez du sang sur les mains»
Les journaux télévisés et autres émissions d'informations russes sont inondés de messages contre la guerre. Le service vidéo Rutube aurait également été piraté, quelques jours avant le défilé militaire traditionnel russe du 9 mai.

Des pirates informatiques diffuseraient des messages anti-guerre via journaux télévisés russes. C'est ce que rapporte notamment le journal ukrainien Rakurs, qui se base sur les dires de la politicienne d'opposition et présentatrice russe, Ksenia Sobtchak.

L’article