DE | FR

Un violeur zurichois reçoit 100 000 francs de dédommagement

L'homme a été condamné plusieurs fois, mais il n'a pas été correctement traité, selon la justice. Cette dernière a décidé de le dédommager.
Cet article est également disponible en allemand. Vers l'article
20.04.2022, 06:1620.04.2022, 06:56

Un violeur zurichois de 36 ans a reçu 100 000 francs de dédommagement de la part de l'Etat. Pourquoi? Parce que cet homme, souffrant de troubles psychiques, a été mal traité pendant des années, selon la justice zurichoise. Voici ce qu'il se cache derrière cette drôle d'histoire.

Rappel des faits

L'homme en question est incontestablement un violeur. En 2010, alors qu'il avait 24 ans, ce Suisse a été condamné par le tribunal de district de Zurich à une peine de quatre ans de prison et envoyé dans un centre pour jeunes adultes. En 2011, son cas a été porté devant la Cour suprême de Zurich. Celle-ci a réduit sa peine.

Après quatre ans, le jeune homme a été libéré. C'est là qu'il a récidivé et est redevenu un délinquant sexuel. Il a été à nouveau arrêté et a alors été placé en détention pendant plusieurs mois.

Ce qui a changé

La Cour suprême a annulé a posteriori les condamnations de 2010 et 2011. C'est ce qu'il ressort d'un jugement publié récemment.

Cette révision a été déclenchée par deux nouvelles expertises qui ont attesté d'un trouble psychique. Concrètement, l'individu en question souffre d'une schizophrénie hébéphrénique, une sous-forme de schizophrénie. Le comportement des personnes concernées est souvent irresponsable et imprévisible, et il n'y a pratiquement pas présence d'autocritique.

Selon ces nouvelles expertises, il a commis les délits sexuels à cause de sa maladie. Il n'en est donc pas responsable. La Cour suprême a qualifié d'erronée et de peu détaillée une première expertise sur son état psychique.

Selon la justice, l'homme aurait donc dû être placé, depuis longtemps, dans une institution spécialisée et suivre une thérapie. Son trouble mental n'a été traité ni dans l'établissement pour jeunes adultes, ni en détention, pointe la Cour.

La justice ordonne réparation

En compensation pour les quatre années passées – suite à sa condamnation pour viol – dans le centre de détention sans mesures jugées suffisantes, la Cour suprême a donc décidé de lui octroyer une indemnité de 100 000 francs.

En 2015, le jeune homme avait finalement été hospitalisé pendant quatre ans. Son trouble a été traité. Il vit désormais dans un logement encadré dans la région de Zurich. (bal/sda)

Voici comment les voleurs des bornes CFF opèrent

Plus d'articles sur la Suisse

Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?

Link zum Artikel

Etes-vous incollable sur le patrimoine culinaire suisse?

Link zum Artikel

Le football suisse boycotte à son tour les équipes russes

Link zum Artikel

La Suisse, ce faux pays de riches

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment certains Etats américains traquent les femmes qui veulent avorter
Par l'entremise de nos smartphones qui surveillent nos moindres gestes, certains Etats américains risquent de traquer les femmes qui souhaitent avorter, même dans un autre Etat. Ce scénario ne tient pas que de la fiction: il y a déjà eu un précédent en 2018. Décryptage.

Après l'arrêt de la Cour suprême du 24 juin dernier, qui retire le droit à l'avortement de la Constitution américaine (voir encadré plus bas), les Etats américains qui interdisent l'avortement ou en restreignent fortement le droit sont déjà au nombre de sept. Et on estime que quinze autres Etats auraient pour projet de modifier rapidement leur législation en ce sens.

L’article