DE | FR
Yémen

Image: Keystone

Pour comprendre

Au Yémen, la guerre s'éternise et la population en fait les frais

Lundi, les rebelles Houthis ont rejeté une proposition de cessez-le-feu de la part de l'Arabie saoudite. Six ans après son début, la fin du conflit n'est pas encore en vue. Retour sur la «plus grande crise humanitaire au monde».



C'est l'une de ces guerres dont on entend parler de temps à autre, sans trop savoir de quoi il s'agit. Pourtant, le conflit au Yémen est loin d'être terminé. Les conséquences sur la population locale sont désastreuses et la pandémie n'a rien arrangé. On fait le point.

Les lieux

Le Yémen est situé à la pointe sud-ouest de la péninsule arabe. Il possède une frontière avec l’Arabie saoudite, l'Oman, le Djibouti, l'Érythrée et la Somalie. Le pays compte une importante minorité chiite (45% de la population).

Yémén

Image: datawrapper

Les forces en présence

Les hostilités commencent officiellement en 2014, mais elles s'inscrivent dans un conflit beaucoup plus large, à la fois local et suprarégional. D'abord guerre civile, l'affrontement s'internationalise à partir de 2015 et oppose les forces suivantes:

Le déroulement des faits

La guerre au Yémen éclate dans le sillage des printemps arabes de 2011. Assoiffés de démocratie, les Yéménites descendent dans la rue pour exiger le départ du président Ali Abdallah Saleh, au pouvoir depuis 33 ans. Ce dernier finit par céder, et Abd Rabbo Mansour Hadi lui succède.

epa02644646 Yemeni anti-government protesters shout slogans during a protest in Sana'a, Yemen, on 20 March 2011. Huge crowds joined burial procession of some of the victims, as about 50 people died and hundreds were injured in 18 March assault on protesters in the Yemeni capital, Sanaa. Yemeni President Ali Abdullah Saleh declared 20 March as a national day of mourning. Security forces have repeatedly attacked protesters calling for Saleh's ouster, increasing public anger against Saleh. EPA/YAHYA ARHAB

Les Yéménites dans la rue, en 2011. Image: EPA

La révolte se mue en guerre civile en 2014, après l'intervention des rebelles Houthis. Ces combattants chiites, originaires de la région de Saada, dans le nord du pays, demandent plus d'autonomie depuis les années 90. Profitant de la situation chaotique, ils lancent une offensive militaire vers le sud, soutenus par une partie de l'armée yéménite.

L'avancée des rebelles est rapide. Ils s'emparent d'abord de la capitale Sanaa, puis ils marchent sur Aden, la deuxième ville du pays. En mars 2015, les Houthis prennent le pouvoir et contrôlent une large partie du territoire. Le président Hadi fuit en Arabie saoudite.

Yémen 2

Image: datawrapper

Le lendemain, l'armée saoudienne déclenche l'opération «tempête décisive», à la tête d'une coalition de neuf pays arabes, soutenue par les Etats-Unis. Cela permet au gouvernement de reprendre le contrôle d'une partie du territoire yéménite, mais la coalition n'arrive pas à chasser complètement les rebelles. Le conflit s'internationalise et s'éternise.

An explosion and smoke rise after an airstrike by the Saudi-led coalition at a weapons depot in Sanaa, Yemen, Friday, Sept. 11, 2015. Saudi Arabia is leading a coalition of mainly Gulf nations fighting the Houthis, who seized the capital, Sanaa, last September. (AP Photo/Hani Mohammed)

L'aviation saoudienne frappe la capitale Sanaa, 2015. Image: AP

Avec l'intervention saoudienne, la guerre prend une dimension beaucoup plus large: elle oppose désormais les deux plus grandes puissances régionales, l'Arabie saoudite et l'Iran, qui luttent pour l'hégémonie dans le Moyen Orient.

Les conséquences

Plus de 230 000 personnes, dont beaucoup de civils, ont perdu la vie depuis le début du conflit. Selon l'Organisation des nations unies (ONU), la guerre a provoqué la «plus grande crise humanitaire au monde». Si l'on observe les chiffres, on comprend vite pourquoi:

epa08394051 A Yemeni worker (C) wearing a protective suit sprays disinfectant at a market amid the ongoing coronavirus COVID-19 pandemic in Sanaa, Yemen, 30 April 2020. Two people have died from COVID-19 in the southern Yemeni city of Aden, as the country increased measures to prevent the widespread of the SARS-CoV-2 coronavirus which causes the COVID-19 disease. EPA/YAHYA ARHAB

Sanaa au temps du coronavirus, en avril 2020.

Cette situation désespérée a encore empiré à cause de la pandémie de Covid-19. Le Fonds des Nations unies pour l'enfance (Unicef) rappelle que le Yémen présente l’un des taux de mortalité les plus élevés au monde, cinq fois plus haut que la moyenne mondiale. L'accès limité à l'eau potable rend impossible le geste barrière le plus simple: se laver les mains.

Et maintenant?

Pour mettre fin au conflit, l'Arabie saoudite a proposé lundi un cessez-le-feu, proposition immédiatement rejetée par les rebelles Houthis, qui multiplient les attaques en territoire saoudien. Début février, ils ont lancé une offensive vers la ville de Marib, dernier bastion gouvernemental du nord du pays.

Plus d'articles «Actu»

Harry règle ses comptes avec son père

Link zum Artikel

On a enfin une date pour le nouvel épisode de «Friends»!

Link zum Artikel

Voici pourquoi les Allemands se ruent sur l'Astrazeneca

Link zum Artikel

L'Afrique du sud veut attaquer des réseaux sociaux en justice

Link zum Artikel

La violence dans l'éducation des enfants augmente avec la pandémie

Le 30 avril marque la journée internationale de la non-violence éducative. Les sévices faits aux enfants sont une réalité quotidienne dans de nombreuses familles. La pandémie et le confinement n'aident pas.

De nombreux enfants ne bénéficient pas d'un environnement bienveillant, que ce soit à l'école ou au sein de leur famille. En Suisse, les chiffres sont effrayants: 1500 pris en charge par les urgences pédiatriques des hôpitaux, chaque année. Un nombre qui est loin de s'être atténué avec la crise du Covid-19. Le 30 avril marque la journée internationale contre la violence dans l'éducation des enfants.

En 2020, la violence domestique a augmenté de 2,3%, et dans la moitié des cas recensés par la …

Lire l’article
Link zum Artikel