DE | FR
image: keystone/shutterstock
Interview

Bernard Challandes: «Contre YB, United a manqué de respect aux fans»

Coup de gueule de l'entraîneur neuchâtelois mercredi soir sur le plateau TV de la chaîne Blue. Il reproche à Manchester United et son coach d'avoir aligné une équipe B contre les Bernois dans un match de Ligue des champions, reine des compétitions. Interview.
09.12.2021, 13:5109.12.2021, 14:35
Suivez-moi

Les mots sont forts. Consultant pour la chaîne Blue, Bernard Challandes était excédé par l'attitude de Manchester United mercredi soir en Ligue des champions contre Young Boys (1-1). En cause: non pas le comportement des joueurs sur le terrain, mais les choix faits par l'entraîneur Ralf Rangnick.

«Je dirais que c'est même une attitude scandaleuse. Je suis désolé, mais c’est la Ligue des champions, les places sont à des prix de fou. Des amis voulaient aller voir le match, ils m’ont demandé si je pouvais avoir des places, et heureusement que je n'en ai pas eues, parce que j’aurais dû leur rembourser le billet. Je veux bien qu’on fasse tourner un petit peu, mais là, ce n'est pas possible.»
Bernard Challandes, sur le plateau TV de Blue

Déjà qualifié avant cette dernière journée (qui a vu l'élimination de YB), United s'est présenté avec un effectif très largement remanié. En bref, une équipe B, sans ses stars Ronaldo, Fernandes ou Rashford. Le coach allemand s'est même permis de sortir son gardien – pas blessé – à la 68e minute pour faire rentrer l'habituel troisième portier.

Vous parliez, à chaud, d'une attitude scandaleuse de Manchester United. C'est encore votre avis?
BERNARD CHALLANDES:
Avec le recul, le mot est trop fort. Il n'est pas adapté au football. Parce que ce n'est que du foot. La situation des réfugiés à la frontière polonaise, ça c’est scandaleux.

Que reprochez-vous exactement à Manchester United?
Comme entraîneur, je peux encore admettre ces choix, avec la fatigue des joueurs et tout ce qu'on veut. Par contre, si je me mets dans la peau d'un passionné de foot ou d'un fan de Manchester United, j'aurais été très déçu.

«Ces gens ont peut-être reçu un billet pour ce match comme cadeau de Noël, ont pris l'avion, se sont déplacés. Ils sont venus pour voir Ronaldo, Fernandes, Sancho ou Rashford. De nombreux spectateurs doivent économiser de l'argent pour se payer des tickets si chers. Alors pour moi, il y a tromperie sur la marchandise»

Les téléspectateurs, qui doivent aussi payer désormais presque tous les matchs, devraient exiger un remboursement. Un club avec le statut de Manchester United se doit de respecter les fans et la Ligue des champions. Il ne peut pas tricher comme ça. Ce qu'il a fait, on ne peut pas le faire dans la compétition reine. C’est comme si je vais au théâtre et que les acteurs ont fait la fête toute la nuit précédente et ne se rappellent plus de leur texte. Ou à un concert où les musiciens viennent avec un instrument qui n’est pas accordé. On peut faire tourner un peu l'effectif pour préserver certains joueurs. Mais là, c'était trop.

Manchester United a beaucoup de matchs à jouer et les enchaîne, alors on peut aussi comprendre Ralf Rangnick.
Oui, mais les Anglais ont l'habitude de devoir jouer beaucoup de parties. Et s'il y a autant de matchs, c'est pour avoir des recettes plus élevées avec les droits TV et la billetterie. Alors il faut assumer et offrir au public le spectacle qu'il attend. C'est lui qui finance en grande partie les clubs.

«Le Bayern Munich aussi a beaucoup de matchs en Allemagne. Et pourtant, mercredi, ils ont quasiment mis toute leur équipe contre Barcelone. En plus, il n'y avait même pas de spectateurs dans le stade. Les téléspectateurs en ont eu pour leur argent. Chapeau au Bayern pour son professionnalisme. C'est un état d'esprit»

Qu'auriez-vous fait si vous étiez dans le costume de Ralf Rangnick?
Il faut trouver un juste milieu, comme les autres clubs déjà qualifiés l’ont fait. J'aurais au moins mis quelques stars sur le banc, en les faisant peut-être entrer. Or, elles n'étaient même pas convoquées. Et la goutte d'eau qui a fait déborder le vase, c'est le remplacement du gardien à la 68e minute par l'habituel troisième portier. C'est certainement un bon gars, qui bosse bien et a une super attitude dans le vestiaire, alors Rangnick a voulu lui donner un susucre. Mais on ne fait pas ça dans un match de Ligue des champions. Les clubs ont une responsabilité envers elle pour qu'elle garde sa très haute valeur.

A l'époque, quand vous entraîniez une équipe de Super League, n'auriez-vous pas fait la même chose que Rangnick dans un match de Coupe suisse contre Cossonay?
Non. Vous touchez un point sensible: j’ai toujours eu des problèmes avec ces matchs de Coupe, où une équipe de Super League affrontait un petit poucet. Je détestais ne pas aligner mon équipe de base au complet. Même si c'était aussi l'occasion de donner leur chance à des joueurs moins cotés ou qui avaient mérité leur place. J'avais le même souci avec le choix de mes gardiens, toujours très difficile: fallait-il absolument faire jouer le titulaire habituel? La Coupe de Suisse n'est pas la Ligue des champions, alors ce n’était pas dans l’idée de respecter les gens qui viennent au stade en leur offrant du spectacle. Mais il s’agissait toujours pour moi de construire la meilleure équipe possible pour gagner chaque match.

Êtes-vous d'accord avec le coup de gueule de Bernard Challandes?

Plus d'articles sur le sport

Montrer tous les articles

Les tailleurs colorés d'Angela Merkel

1 / 13
Les tailleurs colorés d'Angela Merkel
source: ap / markus schreiber
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Copin comme cochon: les cadeaux de Noël à moins de 10 francs

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
«C'était le moment idéal pour Benzema de faire cette panenka»
L'attaquant du Real Madrid a marqué les esprits mercredi soir à Manchester City en transformant son penalty d'une panenka. Un geste fou dans le contexte du match. «Pas du tout», explique l'ex-pro Carlos Varela.

Manchester, mercredi soir. 82e minute du match aller de la demi-finale de Ligue des Champions entre City et le Real Madrid. Karim Benzema a l'occasion de ramener les Espagnols à 3-4 sur penalty. Il y parvient d'un geste fou: une panenka. Pour tenter pareille feinte – une petite caresse sur le ballon, lequel s'en va mourir dans les filets au milieu de la cage –, à ce moment précis, il faut un sacré courage et une belle dose de confiance!

L’article