DE | FR
Interview

C'est une première en Suisse, la justice reconnaît une personne non-binaire

Image: Shutterstock
Pour la première fois en Suisse, la justice a reconnu l'existence d'une personne non-binaire. C'est arrivé en Argovie. Alecs Recher, du Transgender Network Switzerland nous explique pourquoi, pour lui, c'est un «pas en avant».
24.04.2021, 08:54
Suivez-moi

Les personnes non-binaires ne s'identifient ni comme des femmes, ni comme des hommes. Et pour la toute première fois en Suisse, un tribunal a reconnu officiellement l'existence de l'une d'entre elles.

L'histoire s'est déroulée entre l'Allemagne et l'Argovie, comme le relate la RTS. La personne non-binaire, installée outre-Rhin, a pu faire supprimer la mention de genre auprès de son état civil, puisque l'Allemagne l'autorise. Contrainte de faire valider ce choix dans son lieu d'origine, en Argovie, elle a vu sa requête rejetée. Après avoir fait recours, elle a ensuite obtenu gain de cause devant le tribunal cantonal.

Alecs Recher, juriste au Transgender Network Switzerland, qui a notamment appuyé le recours de la personne argovienne face aux autorités, commente cette décision.

Alecs Recher, juriste au Transgender Network Switzerland.
Alecs Recher, juriste au Transgender Network Switzerland.Image: DR

Alecs Recher, pour cette personne, que va-t-il se passer concrètement? Il faut d'abord que la décision de la justice argovienne soit définitive: un recours est encore possible devant le tribunal fédéral. Ensuite, la personne va pouvoir avoir un «X» sur son passeport suisse, donc être reconnue comme «sans sexe officiel» - et pas estampillée par un «F» (femme) ou un «H» (homme). Cette option, décidée à un niveau international, existe déjà en théorie, mais serait formalisée ici pour la première fois.

Cette situation précise pourrait-elle changer la donne pour tous les individus non-binaires en Suisse?
Non. Une telle validation a été possible car la démarche a été initiée dans un pays étranger qui autorise déjà une catégorie «vide». En Suisse, le droit se limite encore au système binaire homme/femme.

Pour le Transgender Network Switzerland, ce cas argovien est une bonne nouvelle?
Nous en sommes très heureux, oui. C'est un premier pas en avant. Ce qui est intéressant, c'est que l'argumentaire du tribunal d'Argovie a estimé que la société avait vraiment avancé en Suisse, en matière d'inclusion des identités de genre.

Pourquoi une reconnaissance de l'Etat est-elle capitale pour les personnes non-binaires - ou en tout cas pour certaines d'entre elles?
Parce que c'est violent d'être enregistré par l'Etat comme quelqu'un que l'on n'est pas - un homme ou une femme. L'existence de sa propre identité est niée. Pour nous, il est fondamental que chaque personne puisse être reconnue dans sa propre identité de genre.

0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Hells Angels vs Bandidos en Suisse: «Ils profitent d'une certaine impunité»
Une fusillade au cœur de Genève, une bagarre dans un tribunal bernois, la guerre semble déclarée entre Hells Angels et Bandidos. Frédéric Esposito, politologue et directeur de l'observatoire de la sécurité à l'Université de Genève, nous éclaire sur le sujet.

Mercredi dernier, une fusillade a éclaté dans un bar bondé au cœur de Genève. L'altercation opposait un membre des Hells Angels à un représentant des Bandidos, deux gangs de motards rivaux. La scène, digne d'un western Américain, en a choqué plus d'un. Pour Frédéric Esposito «c'est un miracle qu'il n'y ait pas eu de blessés.»

L’article