DE | FR
Bild

Image: KEYSTONE

Les villes lâchent la loi CO2 et sans elles, c’est un «non» qui se dessine

C’est la participation qui décidera du sort de la loi CO2. Selon nos recherches, les villes sont à la traine alors que les campagnes y vont à fond.

Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story


C’est un appel à la mobilisation que lancent ces jours certains défenseurs de la loi CO2. Leur crainte: que la votation de dimanche ne tourne au cauchemar pour eux, un «non» représentant une échec de toute la classe politique, sauf UDC qui combat le texte.

A moins de dix jours de cette votation, l’issue du scrutin est pour le moins indécise. Les sondages publiés récemment montrent que le oui et le non sont au coude à coude. Surtout, ils montrent un «non» qui gagne du terrain un peu partout, même dans les zones urbaines.

Justement, c’est dans les agglomérations que tout va se jouer. Mais il y a un problème: selon des recherches de watson, le taux de participation est étonnamment bas dans plusieurs grandes villes du pays. Elles qui pèsent très lourd dans la balance politique suisse avec plus de 80% de la population. Elles qui restent aujourd’hui le plus grand réservoir de voix des défenseurs de la loi CO2.

Les villes à la traîne

Le cas de la ville de Zurich est particulièrement frappant. A quatre jours de la votation, le taux de participation est de 13 points inférieurs au scrutin fédéral de septembre 2020, où l’on votait, certes, sur des thèmes mobilisateurs comme les avions de combat. Il est aussi inférieur à celui de novembre dernier.

Le constat est similaire dans bien d’autres grandes villes du pays. A Genève, Lausanne et Saint-Gall, la mobilisation se montre plus faible que lors des derniers scrutins. Neuchâtel fait figure d’exception, mais le taux de participation actuelle – proche des votations précédentes – est «certainement quelque peu surévalué par rapport à la réalité» en raison d’une votation communale, nous dit-on à la chancellerie.

«Les données montrent qu'il y a une forte mobilisation dans les régions conservatrices, mais pas encore dans les régions urbaines», reconnaît Marie Seidel, porte-parole du WWF Suisse, qui lutte pour le «oui» à la loi CO2.

Elle poursuit:

«La participation dans les villes doit augmenter et nous y travaillons. Mais nous constatons aussi que les publicités absurdes de certains opposants, notamment l’UDC, incitent de nombreux électeurs à se rendre aux urnes pour y glisser un non»

En parallèle, plusieurs signaux tendent à penser qu’une partie de l’électorat votera cinq fois «non» dimanche. Pour différentes raisons, comme l’expliquait watson à la fin du mois de mai.

Aussi, tel que l’écrit Le Temps ce mercredi, les deux initiatives agricoles soumises au peuple poussent l’électorat des régions rurales à se mobiliser pour un rejet de l’ensemble des textes en votations le 13 juin. Le quotidien y voit un réflexe de «neinsager», qui illustre une profonde colère contre ces initiatives «phytos».

Les campagnes mobilisées

En Suisse, peu de communes rurales fournissent toutefois des chiffres sur l’évolution de la participation, ce qui permettrait une comparaison. Nous en avons toutefois trouvé une, dans le canton de Berne. A Signau im Emmental, les autorités locales enregistrent une participation particulièrement élevée de 38,9% à cinq jours du scrutin. Là-bas, on explique notamment cette mobilisation – là encore – par les thématiques agricoles qui touchent particulièrement la communauté locale.

Le différence entre ville et campagne est aussi observée du côté de l’institut de recherche gfs.bern. «En majorité, les citadins soutiennent la loi CO2. Mais il manque une dimension affective ou personnelle qui pousserait à devoir absolument aller voter», estime ainsi Cloé Jans, directrice des activités opérationnelles et porte-parole.

Pas d’émotion en ville

Selon elle, les villes ne se sentent finalement pas tant concernées par les votations de dimanche. Tout le contraire des importantes mobilisations lors des campagnes «émotives» pour l’initiative pour des multinationales responsables, pour le congé paternité ou encore pour l’interdiction de la discrimination en raison de l'orientation sexuelle. Des thématiques probablement plus «urbaines».

Les choses sont bien différentes dans les communautés rurales, où la voiture et le chauffage individuel font partie de la vie quotidienne. «Les arguments du ''non'' à la loi CO2, selon lesquels elle conduira à une hausse des prix, sont plus susceptibles d'être entendus par les électeurs des régions rurales. A la fin du processus de formation de l’opinion, ils devraient se prononcer contre la loi», analyse encore Cloé Jans. Elle conclut: dans un sens ou dans l’autre, c’est bien la mobilisation qui déterminera du sort de la Loi CO2. Et pour l’instant, c’est le «non» qui gagne cette bataille.

Un peu de légèreté pour finir

1 / 7
Une petite femelle hippopotame est née au zoo de Bâle
source: zoo de bâle / zoo de bâle
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d’article sur la votation sur la loi CO2

«La loi CO2 va obliger les Suisses à économiser de l'argent»

Link zum Artikel

La loi CO2, ça coûte ou ça rapporte des sous? On a sorti la calculette

Link zum Artikel

Et toi, c'est quoi ton poids en CO2?

Link zum Artikel

Pourquoi tout le monde pète les plombs sur les initiatives agricoles

Link zum Artikel

Une Suisse sans pesticides de synthèse. Mais pourquoi?

Le 13 juin prochain, les Suisses sont appelés à se prononcer sur l’initiative «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse». Watson vous explique ce que veulent les initiants et quels sont les arguments pour et contre le texte.

L’initiative «Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse» a été déposée en mai 2018 avec 120 000 signatures validées, soit 20 000 de plus que les 100 000 nécessaires. Elle a été lancée par «un groupe de citoyennes et citoyens engagés, en particulier des viticulteurs, des médecins et des scientifiques», peut-on lire sur le site des initiants.

Dans le comité politique, on retrouve plusieurs politiciens de gauche, tels que Mattea Meyer et Cédric Wermuth, les co-présidents du Parti …

Lire l’article
Link zum Artikel