DE | FR
Bild

Euro 2021

Keane n'aime pas Kane, mais lequel choisirait Barbie?

Harry Kane, capitaine de l'Angleterre, est trop terne aux yeux de son aîné irlandais, le terrible Roy Keane. Mais en football, faut-il toujours préférer les mauvais garçons?



Au début, Roy Keane ne le trouvait «pas à la hauteur», et maintenant qu'Harry Kane empile les buts, le problème est ailleurs, en dessous de la ceinture.

«Ce n'est pas un leader. Je ne l'ai jamais vu haranguer ses coéquipiers. Certains diront que ce n'est pas sa personnalité mais pour moi, c'est un vrai problème»

Keane au sujet de Kane

Il ne l'a pas dit en ces termes, mais dans sa diatribe, Roy Keane semblait expliquer que le capitaine anglais était trop veule pour le poste, trop bien élevé, avec sa gueule de chouchou du prof, et relativement quelconque dans son apport humain.

Mais dans un monde idéal, le monde de Barbie et Ken, de quel côté notre coeur devrait-il balancer entre, à main gauche, le terrible Keane, à main droite, l'honorable Kane?

S'il s'agit de hauteur, Kane est arrivé à celle d'Alan Shearer, neuf buts pour l'Angleterre dans un tournoi majeur. Encore un goal et le record de Gary Lineker sera égalé. Roy Keane, lui, a marqué plus de tibias que de buts - c'était même sa fonction.

Roy Keane (top) midfielder and captain of Manchester United runs over F.C. Barcelona's goal keeper Victor Valdes (on the ground) as Keane tries for a goal in the first half of the Champions World Series soccer match played in Philadelphia, PA, 03 August 2003. Manchester United won 3-1.
EPA PHOTO/EPA/TOM MIHALEK

Roy Keane dans ses oeuvres. Image: EPA

S'il s'agit de leadership, Harry Kane a conquis une dizaine d'entraîneurs (Roy Keane, lui, n'en a essentiellement connu qu'un seul, Sir Alex Ferguson), y compris le sélectionneur anglais Gareth Southgate:

«Kane est notre joueur le plus important. Il est fondamental, non seulement pour les buts qu'il marque, mais aussi pour la construction du jeu, pour l'animation et l'équilibre. Je sais qu'il y a beaucoup de questions à son sujet, mais il est déjà passé par là cent fois.»

Keane, lui, se définissait comme un cador, un chef de meute; mais ses aboiements au milieu du terrain n'étaient pas toujours compris de ceux que, en privé, il désignait volontiers comme de braves toutous.

S'il s'agit d'exemplarité, Harry Kane «dégage une force de conviction énorme, totalement contagieuse», relève Southgate, qui ajoute: «Harry a une nature profondément désintéressée. Il n'y a absolument rien d'égoïste en lui. Seule la victoire l'intéresse, peu importe qui en est à l'artisan.»

England's Harry Kane applauds the fans at the end of the Euro 2020 soccer championship quarterfinal match between Ukraine and England at the Olympic stadium in Rome, Saturday, July 3, 2021. England won 4-0. (AP Photo/Ettore Ferrari, Pool)

Harry Kane, so british et fair-play. Image: AP Pool EPA

Kieran Trippier, son coéquipier en équipe d'Angleterre, autrefois à Tottenham, en témoigne:

«Harry est un grand professionnel, sur et en dehors du terrain. Il est une source d'inspiration pour nous tous. Il nous aide beaucoup, les jeunes comme les anciens. C'est un vrai leader; tous ceux qui l'ont côtoyés le savent. On a envie de le suivre. Il ne dit pas du mal des gens, sauf entre quatre yeux. C'est juste un mec bien.»

Roy Keane, vingt ans après, ne regrette toujours pas d'avoir démoli le père d'Erling Haaland, comme il l'a déclaré le 8 juin dernier: «Je n’ai jamais voulu blesser un joueur. Par contre, j’ai toujours voulu leur faire mal, et je ne m’excuserai jamais pour cela.»

A l'époque, il disait déjà:

«Il y a des choses que je regrette dans ma vie, mais ça n'en fait pas partie. Putain, j'ai mis le paquet. Prends ça, connard! Même dans le vestiaire, je n'avais pas de remords. Mon attitude, c'était œil pour œil: qu'il aille se faire foutre. Il a eu ce qu'il méritait»

S'il s'agit de choisir entre Roy Keane et Harry Kane, le premier serait un peu la figure parabolique du bad boy irlandais, le second le nouveau visage du football anglais - un football qui gagne et qui plait. Faites votre choix.

Préférez-vous Harry Kane ou Roy Keane?

Plus d'articles sur le sport

Netflix entretient le mystère autour de Michael Schumacher

Link zum Artikel

Pour les sportifs, un petit joint ne fera bientôt plus de mal

Link zum Artikel

Berne était le Bayern du hockey, désormais il ressemble à Ajoie

Link zum Artikel

La Nati est virée du jeu FIFA, mais qui la pleure vraiment?

Link zum Artikel

Roger Federer réussit un coup de maître avec son entrée en bourse

Link zum Artikel

Young Boys a épaté tout le monde, à commencer par lui-même

Link zum Artikel

Novak Djokovic a dû attendre de perdre pour être aimé du public

Link zum Artikel

Née qu'avec 8 doigts, Francesca Jones est une pépite du tennis

Link zum Artikel

Lausanne-Sion? Laissez tomber, voici les cinq vrais derbys romands

Link zum Artikel

Les Suisses cartonnent en contre-la-montre, depuis un sacré temps

Link zum Artikel

Yann Sommer est le chouchou des Suisses et voici pourquoi

Link zum Artikel

Il distribuait des beignes mais au fond, il n'était pas si méchant

Link zum Artikel

Les supporters ont-ils attrapé la grosse tête?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Euro 2021

Attroupements et embrassades à Wembley: une folie?

Avec 60 000 spectateurs, Angleterre - Danemark nous a ramené au temps où le Covid n'existait pas; alors qu'il semble revenir en force. L'Europe entière en a eu des frissons, pas toujours pour les mêmes «raisons».

Le temple a retrouvé ses choeurs, et d'une seule voix, le football a crié de joie, une joie de (re)vivre: 60 000 spectateurs à Wembley, deux-tiers de la capacité maximale pour une folie totale. Telle est la question: est-ce bien raisonnable?

Ce moment-là, les fans du monde entier l'attendaient depuis plus d'un an, tantôt au bord du désespoir, tantôt dans les bas-fonds de leur canapé, la quarantaine mugissante - siffler toute la bibine et attendre avec un petit bouquet d’églantine, comme …

Lire l’article
Link zum Artikel