DE | FR
Image: EPA AAP

La carrière de Djokovic va devenir très compliquée, voire impossible

Interdit d'entrée en Australie, le Serbe est encore passible d'une suspension de trois ans. Dans l'immédiat, son statut vaccinal l'empêche de disputer la plupart des tournois. Il devra renoncer à la place de n°1 mondial et, à 34 ans, souffrira toujours plus du manque de compétition.
17.01.2022, 18:5417.01.2022, 19:08

Ceux que les tribulations judiciaires de Novak Djokovic commençaient à lasser ne sont pas au bout de leur exaspération. A peine dans l'avion du retour, le Serbe a appris qu'il ne serait pas le bienvenu à Roland-Garros; là encore. Une enquête devra également déterminer, à plus ou moins court terme, si le champion a produit des documents falsifiés; auquel cas sa carrière sera au mieux compromise.

Exclusions, suspensions, investigations

L'Australie a confirmé que l'annulation de son visa entraînait une exclusion automatique de trois ans, très exactement une interdiction de territoire. Dans les faits, Novak Djokovic ne retrouvera éventuellement la Rod Laver Arena, où il a déjà triomphé 9 fois, qu'à l'âge de 37 ans et 8 mois.

Pour casser la décision de justice et briguer un nouveau visa, le Serbe devra avancer «quelques raisons impérieuses», selon les commentaires du ministre des affaires intérieures, Karen Andrew. Impérieux, dans le dictionnaire: «Qui est pressant, auquel on ne peut résister, qui s'impose comme logique, nécessaire». Comment un retour en grâce de Djokovic pourrait-il paraître logique, et un tournoi de tennis nécessaire, aux yeux du peuple australien?

Retournera-t-il un jour en Australie?
Retournera-t-il un jour en Australie?

Le champion devra également répondre de son test PCR positif du 16 décembre et prouver qu'il n'était pas antidaté, comme le suggèrent les experts informatiques du Spiegel, si une autre enquête médiatique ou judiciaire devait renforcer les soupçons.

Le règlement de l'Association des joueurs de tennis professionnels (ATP) est sans équivoque: toute personne qui produit des documents falsifiés, en particulier de faux certificats Covid, encourt «une suspension pouvant aller jusqu'à trois ans». A deux réserves près en l'occurrence:

  • Il paraît peu probable que l'ATP s'entête à exclure l'un de ses membres les plus éminents; quand bien même Djokovic a créé une association dissidente, la Professional tennis players association (PTPA).
  • Comme tous les tournois du Grand Chelem, l'Open d'Australie est placé sous l'autorité de la fédération internationale (ITF) et non de l'ATP, ce qui n'est pas sans ambiguïtés juridiques.

La France imite l'Australie

Tout juste expulsé d'Australie, Novak Djokovic a donc appris qu'il était indésirable en France, malgré les efforts de Roland-Garros pour lui être agréable.

Selon le modèle des deux précédentes éditions, le tournoi travaillait «à l'accueil des sportifs étrangers non vaccinés» au moyen d'une bulle sanitaire classique: auto-boulot-dodo. Le gouvernement a clairement écarté cette idée, lundi matin, en adoptant la généralisation du pass vaccinal.

Pour défendre ses intérêts, l'Open d'Australie s'était tourné vers les autorités locales; avec le résultat que l'on connaît. Roland-Garros ne commettra pas cette erreur.

Interdit presque partout

Sans vaccination complète d'ici à mars prochain, Novak Djokovic ne sera pas davantage admis à Miami et Indian Wells: les Etats-Unis n'accordent quasiment aucune exemption aux voyageurs étrangers, même en cas d'infection récente. Selon toute vraisemblance, le Serbe manquera encore la tournée américaine d'août et septembre (Toronto, Cincinnati, US Open).

L'Espagne a ouvert une enquête pour éclaircir les conditions de son entrée à Marbella, fin décembre, quelques jours après un test PCR positif. Les services douaniers n'ont «trouvé aucune trace de la présence de M. Djokovic» sur le sol espagnol, où l'ATP organise plusieurs tournois (Madrid, Valence, Barcelone).

De leur côté, l'Angleterre (Wimbledon, Queens) et l'Allemagne (Halle, Hambourg) temporisent. Indépendamment des décisions gouvernementales, plusieurs tournois exigent un processus vaccinal complet, sans autre voie subsidiaire. L'ATP soutient cette démarche qui, peu à peu, devient la norme.

Déchu de son trône

Si Daniil Medvedev ou Alexander Zverev s'imposent à Melbourne, ils deviendront n°1 mondial le 21 février prochain, quand les points du dernier Open d'Australie seront retranchés. Soit - 2000 points pour Djokovic qui, théoriquement, pourrait les grappiller ailleurs, dans des tournois de seconde zone, si sa situation sanitaire le permet et s'il y consacre tout son temps. Très théoriquement...

Après l'Australie, Medvedev et Zverev poursuivront leur marche en avant. Djokovic, lui, sera pratiquement inactif. Il pourrait assister à une passation de pouvoir dont il n'a pas encore conscience, occupé à des guerres contre la terre entière et à la conquête d'un 21e titre du Grand Chelem, son obsession aveuglante.

Le risque de rouiller et de se dérégler

S'il ne devait disputer que quelques matchs épars, Djokovic s'exposerait à l'ascendant d'une concurrence toujours plus vive, toujours plus forte, toujours plus indocile.

«Medvedev et Zverev posent déjà de gros problèmes à Djokovic. Ce sont des joueurs très puissants. Ils deviennent vraiment, vraiment bons»
Mats Wilander, 27 novembre 2021, sur Eurosport

Comme Roger Federer (40 ans) et Rafael Nadal (35 ans) au même âge, le Serbe (34 ans) deviendrait également son propre adversaire. Le danger ne consisterait pas fatalement en une usure physique ou une régression technique. A partir d'un certain âge, ou «d'un certain nombre de balles jouées», selon la définition très personnelle de Mats Wilander, un champion peine surtout à maintenir un niveau de concentration élevé, de manière plus ou moins durable et linéaire.

Novak Djokovic a déjà connu de longues périodes d'usure mentale.
Novak Djokovic a déjà connu de longues périodes d'usure mentale.

Le manque de compétition est un facteur aggravant. Ici, les signes avant-coureurs de vieillissement se manifestent par la répétition toujours plus rapprochée des sautes de concentration et des jours sans. Le joueur ne parvient plus à atteindre l'intensité émotionnelle de ses années folles, encore moins à y recourir occasionnellement.

«On le voit très bien avec Roger (ndlr: Federer)», nous expliquait Henri Leconte l'an dernier. «Il a gardé la classe, la patte, le coup d’œil. Ce n'est pas non plus qu'il soit à la rue physiquement. Mais il a des trous et ça, c'est l'âge, c'est la vie peinarde, des mois sans compétition ni pression. Je sais de quoi je parle.»

A son grand retour en mai 2021, Federer avait perdu de sa lucidité, peut-être de sa spontanéité; il était un peu hésitant, un peu en retard, sans que ses capacités physiques et tactiques ne soient profondément altérées. «On peut tout exercer: la technique, l'endurance, la répétition des efforts. Mais pour la concentration, il n'y a qu'une seule méthode: la compétition», rappelle Magnus Norman, ancien coach de Stan Wawrinka.

De tout temps, Djokovic a fait de son tennis une construction parfaite, où chaque geste obéit à une fonction précise, à un processus minutieux. Un mécanisme aussi sophistiqué ne pourrait rester à l'arrêt sans finir par se dérégler.

L'heure du renoncement

Djokovic peut-il reconsidérer sa position sur le vaccin, sacrifier sa quête spirituelle sur l'autel du bonheur matériel? La plupart de ses proches semblent en douter, davantage pour des questions de santé, de convictions profondes, que pour des postures antivax que le Serbe n'a jamais revendiquées, même s'il en est devenu, un peu à son corps défendant, une sorte de martyr et de bolchevik en col blanc.

Très prosaïquement, sa situation est claire. Soit Djokovic renonce à ses principes, soit il renonce à tout ou une partie de sa carrière qui, aujourd'hui et jusqu'à nouvel avis, est interrompue pour une durée indéterminée.

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Privés de gazon, les pros du tennis galèrent pour préparer Wimbledon
La Française Oceane Dodin a publié une vidéo de son entraînement qui fait rire autant qu'elle interpelle: en manque de terrains sur herbe, même les meilleurs tennismen et tenniswomen du monde rament pour appréhender cette surface si particulière.

Les balles engagées par le coach arrivent avec une régularité digne d'un métronome sur un tapis de gazon synthétique, posé dans l'angle de ce court en dur mal en point. Derrière la ligne de fond, une tenniswoman au gabarit athlétique enchaîne les revers, qu'elle frappe juste après les rebonds sur ce carré improvisé.

L’article