DE | FR
keystone/shutterstock

Les cantons les plus vaccinés doivent-ils retrouver leur liberté?

Avec plus de 71% de sa population immunisée, Neuchâtel est le canton le plus vacciné en Suisse. Certains élus locaux veulent donc assouplir les mesures dans leur région. Est-il temps de rendre la main aux cantons?
29.10.2021, 05:5101.11.2021, 12:19

La crise sanitaire n’en finit plus à l’approche de l’hiver et certains commencent à s’impatienter. Ici et là, des voix s’élèvent pour passer à autre chose. Avec ces questions: Est-il temps de (re)donner aux cantons les plus vaccinés la possibilité d’assouplir les mesures Covid? Est-il temps de réintroduire des mesures Covid différenciées, sur la base de critères tels que le taux d’immunité collective?

Oui!, réclame le groupe libéral-radical au Grand Conseil neuchâtelois, qui s’est fendu d’une interpellation la semaine dernière. Pour lui, la population a fait désormais suffisamment d’efforts. Il est temps de la récompenser.

Ses arguments, entre autres:

  • Près de 71% de la population neuchâteloise a reçu une première dose de vaccin, ce qui place le canton en première position dans le pays.
  • Près de 90% des Neuchâtelois de plus de 65 ans ont reçu une première dose, soit le 6e du pays.
  • Près de 80% des Neuchâtelois possèdent des anticorps, selon le groupe libéral-radical. Un chiffre qu’il estime à 93% pour les 65 ans et plus.
  • Ces chiffres sont proches de ceux calculés dans les cantons analysés par le programme de recherche Corona-Immunitas.

Pourcentage de personnes ayant des anticorps en Suisse:

https://www.corona-immunitas.ch/fr/programme/resultats/

Ainsi, pour le médecin retraité Blaise Courvoisier, auteur de la motion, il est temps de lever certaines mesures, car l’immunité grégaire (la proportion d'individus immunisés dans une population au-delà de laquelle une maladie ne peut plus persister) est atteinte.

«C’était une promesse des autorités: assouplir les mesures une fois que cette immunité est atteinte. Il est temps de récompenser la population, elle qui estime avoir fait des efforts suffisants»
Blaise Courvoisier.
udc.ch

L’élu estime enfin que le maintien des mesures empêche la population de s’immuniser naturellement contre d’autre virus, comme la grippe. En passant, il s’en prend aux privilèges accordés aux stations de ski. Ces dernières, pour l’heure, ne demanderont pas le certificat pour accéder aux pistes.

Pas (encore) le moment

Dans l’émission Forum mercredi soir, le conseiller d’Etat, Laurent Kurth, lui a donné la réplique.

«Le taux de vaccination dans le canton est encore insuffisant pour passer l’hiver dans de bonnes conditions. (…) Nous plaidons encore aujourd’hui pour un maintien des mesures pour l’ensemble du pays. Il n’est pas temps de revenir avec des mesures purement cantonales»
Laurent Kurth.

Pour appuyer son propos, le médecin évoque également:

  • L’hiver arrive et les rencontres en intérieur vont augmenter, tout comme le nombre d’infections.
  • L’exigence du certificat est un effort clairement moins gros que les autres mesures de restriction, comme les fermetures.
  • L’arrivée du virus de la grippe demande de rester vigilants, notamment sur la question de l’utilisation des soins intensifs.
  • Il serait compliqué de gérer les touristes étrangers qui viennent en Suisse lors des fêtes si les cantons avaient des mesures différentes.
  • Le risque existe que des personnes non-vaccinées d’autres cantons viennent fréquenter les restaurants neuchâtelois avec pour conséquence une réinstauration de mesures comme le certificat.

Sur ce dernier point, Blaise Courvoisier répond:

«Si les habitants d’Appenzell Rhodes-Intérieures veulent venir manger une fondue à Neuchâtel, ils sont les bienvenus. Je doute toutefois qu’ils fassent le trajet»

Le Neuchâtelois le reconnaît: Son interpellation est politique et la réponse du Conseil d’Etat ne le surprend pas pour un sou. Il souhaite quand même que l’Exécutif cantonal puisse donner un signal d’espoir en faisant pression au niveau fédéral ou en jouant là où il le peut, comme sur le port du masque à l’école.

A Berne, on balaye l'idée

Nous avons soumis les interrogations des libéraux-radicaux neuchâtelois à l’Office fédéral de la santé. Sa réponse:

«Les exigences du droit fédéral s'appliquent indépendamment du taux de vaccination dans le canton. Celui-ci ne peut prévoir des allégements que dans le cadre de l'article 22 de l’Ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre l’épidémie de COVID-19 en situation particulière»
Yann Hulmann, porte-parole de l’OFSP.

Cet article 22 concerne principalement les plans de protection pour les établissements ou les manifestations ne demandant pas le certificat Covid, ajoute-t-il.

Très différent aujourd’hui

Reste que, faire appel au fédéralisme semble être de saison dans cette crise qui n’en finit plus, l’offensive politique du groupe libéral-radical rappelant la situation vécue il y a près d’une année, quand plusieurs cantons romands critiquaient vertement une reprise en main par la Confédération. Certains y allaient fort, parlant de «punition collective» ou d’«irrespect».

Mais la situation est passablement différente aujourd’hui. Comme l’indique Jacques Gerber, conseiller d’Etat jurassien en charge de la Santé, les Romands avaient pris en main les mesures en se coordonnant avant que Berne ne s’en mêle peu après en raison de chiffres alarmants en Suisse alémanique.

Il assure:

«La Confédération ne gardepas la main simplement, car elle aime garder la main. A un moment donné, les mesures fédérales seront levées et les cantons auront davantage de prérogatives. Toutefois, c’est trop tôt pour le moment»
Jacques Gerber.

Voit-on le certificat depuis le ciel?

Vidéo: watson

Pas de certificat dans cette histoire

1 / 11
L’accident sur l’autoroute A1
source: keystone / salvatore di nolfi
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Bill Gates aurait quitté Microsoft à cause d'une liaison avec une employée

Link zum Artikel

5 haies d'honneur légendaires du sport

Link zum Artikel

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

Link zum Artikel

L'Etat le plus vacciné du monde forcé à reconfiner suite à une flambée de cas

Link zum Artikel

Le ou la Covid: connaissez-vous ces autres mots qui changent de sexe?

Link zum Artikel

«Ton mariage, c'était sympa... mais sans plus»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
«Femme d'action»: Macron a (enfin!) désigné sa première ministre
Le président français aura su faire monter le suspens avant de dévoiler l'identité de la cheffe de son gouvernement. Ce n'est que la deuxième fois qu'une femme occupe ce fauteuil.

Emmanuel Macron a su faire durer le suspens. Cela fait depuis son élection, il y a trois semaines, que le président français nous fait patienter sur le nom de son ou sa cheffe de gouvernement. La rumeur, elle, tendait vers la nomination d'une femme. C'est désormais chose faite: ce lundi après-midi, le chef de l'Etat a nommé Elisabeth Borne, 61 ans, au poste de Premier ministre. Elle succède à Jean Castex.

L’article