DE | FR
Commentaire

Le Conseil fédéral joue avec nos nerfs

Le Conseil fédéral annonce une série d'assouplissements alors même qu'une 3ème vague Covid-19 pourrait submerger la Suisse. On n'y comprend plus rien.
12.03.2021, 19:2412.03.2021, 19:40
Suivez-moi

L'Italie va reconfiner dès la semaine prochaine en raison d'une augmentation de 15% des contagions. En France, la tension est forte et la pression s'accroît sur les hôpitaux. L'Allemagne et la Grèce enregistrent une forte recrudescence des cas Covid et parle déjà d'une 3ème vague.

La Suisse, elle, fait tout le contraire.

Dans sa conférence de presse hebdomadaire, le Conseil fédéral envisage dorénavant un nouvel assouplissement dès le 22 mars. Pourtant, la Suisse connaît une nouvelle augmentation du nombre de cas ces derniers jours.

Le président de la Confédération et le ministre de la santé ont d'ailleurs clairement évoqué devant les médias et dans leur communiqué de presse que «la Suisse pourrait se trouver à l'aube d'une 3ème vague».

Alain Berset a même reconnu que «c'est la première fois dans l'histoire de cette pandémie qu'on rouvre des activités alors que les chiffres augmentent».

Mais à quoi joue le Conseil fédéral?

Comment peut-il dans la même conférence de presse laisser entrevoir la perspective d'un assouplissement certes tant attendu (voire exigé) tout en prédisant l'apocalypse.

Pour calmer les foules, peut-être. Les lobbys, assurément. Un élément de réponse est livré par le président de la Confédération. «Je sais qu'une grande partie de la population est impatiente face à la prudence du Conseil fédéral». Guy Parmelin nous suggère d'ailleurs de conserver un «esprit critique» mais constructif.

«Garder un esprit constructif», certes Monsieur le Président. Mais permettez-nous cette observation. Une bonne partie de la population désespère des atermoiements de votre gouvernance (celle du Conseil fédéral et des cantons). Cette communication permanente qui charrie forcément son lot d'incohérences, comme nous avons pu le constater ce jour encore, éprouve la patience de beaucoup.

Nous voulons bien rester constructifs, si vous nous promettez d'arrêter de jouer avec nos nerfs. Deal?

Plus d'articles sur la gestion du Covid-19:

Chaque habitant pourrait bientôt se faire dépister du Covid en Suisse

Link zum Artikel

Se faire vacciner? Les Suisses Romands préfèrent laisser ça aux Alémaniques

Link zum Artikel

Pfizer teste son vaccin chez les jeunes enfants

Link zum Artikel

Les effets secondaires des vaccins restent limités en Suisse

Link zum Artikel
6 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
6
J'ai attendu deux ans pour une place en crèche et voilà ce que j'ai appris
Près de 4000 enfants vaudois attendent encore une place en crèche publique, selon l'enquête du quotidien 24 heures. Entre galère, sens de la débrouille et aide familiale, récit personnel d'une maman qui travaille.

«Comme tu es la seule maman dans cette rédaction, tu ne voudrais pas nous faire un commentaire à ce sujet?», me lance un collègue. «Alors ça, il n'y aucun souci, j'ai des choses à dire.» Il faut dire que j'attendais cet article depuis quelques jours. Après avoir lancé des appels à témoignages sur les réseaux sociaux, le quotidien 24 heures livre une enquête étayée sur le manque flagrant de places dans les crèches vaudoises. Le titre est on ne peut plus clair: au moins 4000 enfants attendent une place en crèche. Eh bien, vous savez quoi? Il y a encore une année, mon fils en faisait partie. Récit d'un parcours semé d'embûches.

L’article