DE | FR

Viol: Condamnation d'un ado lui-même abusé dans son enfance

Un jeune de 19 ans en retard mental était poursuivi pour viol et contrainte sur une fille de 17 ans. Tous deux étaient pensionnaires d'un foyer pour jeunes en souffrance. L'accusé, qui a grandi dans une famille incestueuse, a été condamné à neuf mois de prison, mercredi par le Tribunal d'Yverdon-les-Bains.
08.12.2021, 17:3908.12.2021, 18:05

Le grand-père avait abusé sexuellement de son fils. Celui-ci en a fait de même avec ses propres enfants pendant douze ans avant d'être arrêté puis condamné, en 2018, à 18 ans de prison au terme d'un procès ayant ému toute la Suisse et éclaboussé le Service vaudois de protection de la jeunesse, (aujourd'hui Direction générale de l'enfance et de la jeunesse).

Depuis mardi, c'est Franck*, 19 ans, un des huit membres de la fratrie victime du père incestueux, qui est accusé par le Tribunal du Nord vaudois et de la Broye. Cette fois, pas d'inceste. Mais une affaire sexuelle dont la victime présumée est Silvana*, 17 ans. L'ado ayant grandi dans un environnement familial au quotidien fait de précarité matérielle et de précocité sexuelle est accusé d'avoir fait subir viol et contrainte sexuelle à la jeune femme. Tous deux étaient pensionnaires d'un foyer yverdonnois pour jeunes en souffrance.

Ni violence ni menace

Mardi, le Ministère public avait surpris tout le monde en demandant l'acquittement de l'accusé aux facultés cognitives tellement limitées que son avocate, Tiphanie Chappuis, l'a déclaré inapte à répondre aux questions des juges, sans avoir été suivie par la Cour. «Aucun élément ne prouve l'existence d'un viol ou d'une contrainte sexuelle», a soutenu la procureure. Selon elle, il n'y a ni violence ni menace et aucune intentionnalité de contrainte.

Trois mois de préventive

Pourtant, le jeune homme souffrant de divers troubles et de difficultés d'élocution a connu 88 jours de détention avant jugement. Ce séjour carcéral est une pièce supplémentaire dans le puzzle désastreux de la vie de Franck. «Il a été éjecté du foyer, la Direction générale de l'enfance et de la jeunesse (ex SPJ) ne s'est plus occupée de lui et sa détention lui a causé une lourde atteinte», a plaidé Tiphanie Chappuis.

Suivi psy en ambulatoire

Mercredi, le Tribunal du Nord vaudois et de la Broye n'a pas du tout suivi le réquisitoire du Ministère public. La Cour a retenu qu'il y a eu viol et a condamné le prévenu à neuf mois de prison avec sursis de 4 ans. Un suivi psy en ambulatoire a également été ordonné.

«La version de la victime a été entendue par le Tribunal, qui est resté à l'écart de toute considération subjective. L'indemnité accordée à ma cliente est correcte»
Me Emmeline Bonnard avocate de la victime

Une indemnité de 10'000 francs a été allouée à Silvana pour tort moral. (apn)


*Prénoms d'emprunt

La venue d'Eric Zemmour à Genève, en images

1 / 12
La venue d'Eric Zemmour à Genève, en images
source: sda / martial trezzini
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Que fait-on en Suisse contre le harcèlement scolaire?

Plus d'articles en lien avec la justice

Mais où est donc passée la présomption d'innocence?

Link zum Artikel

Dieudonné ne se présente pas devant la justice genevoise

Link zum Artikel

Notre démocratie attaquée par les minorités, la justice et les antisystèmes

Link zum Artikel

Un restaurateur lésé par les mesures Covid obtient gain de cause

Link zum Artikel
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Affaire Damien Abad: le parquet n'ouvre pas d'enquête «en l'état»
La justice française ne va pas ouvrir d'enquête sur le nouveau ministre de Macron. Le média en ligne Mediapart avait diffusé le témoignage de deux femmes accusant le ministre des Solidarités de l'Autonomie et des Personnes handicapées de les avoir violées.

Le parquet de Paris a indiqué, mercredi, qu'il n'ouvrait pas d'enquête préliminaire «en l'état» sur les accusations de violences sexuelles visant le nouveau ministre français des Solidarités Damien Abad. Il a estimé ne pas disposer «d'élément permettant d'identifier la victime des faits dénoncés».

L’article