DE | FR
Image: shutterstock/keystone

Comment les étrangers ont vu la Suisse en 2021?

En 2021, la Suisse a fait partie des sujets préférés de la presse internationale. C'est ce que révèle l’analyse publiée jeudi par Présence Suisse, organisme du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE). Sélection.
16.12.2021, 17:0017.12.2021, 05:16

La rencontre politique qui a illuminé Genève

Roulement de tambour. L’événement suisse qui a fait le plus parler à l'étranger a été le Sommet de Genève, toile de fond d'une rencontre historique: celle du président des Etats-Unis Joe Biden et son homologue russe Vladimir Poutine.

«Dans ce contexte, Genève et la Suisse ont bénéficié d’une présence médiatique inégalée depuis plusieurs années»
Communication DFAE

De nombreux médias internationaux ont fourni des détails sur des points positifs tels que la Genève internationale, les bons offices de la Suisse, sa neutralité et sa tradition d’Etat hôte, a commenté Présence Suisse.

La votation qui a suscité de l'incompréhension

Présence Suisse relève toutefois que si le sommet a été très positif pour l’image de la Suisse, l’évolution de ses relations avec l’Union européenne a suscité des critiques. En mars, l’initiative populaire «Oui à l’interdiction de se dissimuler le visage» a en effet attiré une grande attention des médias du monde entier.

Son adoption a été accueillie par des commentaires contrastés. Les plus négatifs remettaient en question la portée séparatiste de l'initiative. «Vous ne pouvez pas dissocier la burqa et le niqab de leurs contextes religieux et politiques et transformer cela en une simple question de "choix"», commentait Elham Manea, Musulmane suisse d'origine yéménite interviewée par le Wall Street Journal.

Le référendum qui a été grandement félicité

En revanche, un autre objet soumis au vote populaire a trouvé un vaste écho dans le monde entier. Le référendum concernant le «Mariage pour tous», soumis au peuple en septembre, a lui aussi fait l’objet de nombreux comptes rendus, cette fois-ci, largement positifs.

Du Guardian à la BBC jusqu'à Reuters, l’introduction de la nouvelle législation a été saluée de toutes parts. Présence Suisse rappelle que quelques médias se sont déclarés quelque peu surpris par le résultat du vote, concluant que la Suisse s'avérait plus ouverte qu’il n’y paraîssait.

La gestion de la pandémie qui a inquiété

Les réactions quant à certaines mesures sanitaires mises en place par la Suisse ont été très critiques en début d’année. La controverse a surtout concerné l’ouverture des stations de ski et la décision d’assouplir les mesures de protection malgré une situation épidémiologique fragile, indiquait notamment le Financial Times en rapportant les propos d'Angela Merkel. En revanche, selon Présence Suisse, certains médias ont vu dans la mesure suisse un modèle envisageable pour leur propre pays.

La polémique s'est néanmoins assez rapidement essoufflée. De sorte que les deux référendums consacrés à la loi Covid n’ont guère été commentés par les médias internationaux, souligne l'organisme suisse. (mndl)

Sinon, les Animaux Fantastiques ont un nouveau méchant.

Plus d'articles sur la Suisse

En Suisse, les meurtres parfaits sont trop nombreux

Link zum Artikel

La Coupe de Suisse de football en est-elle vraiment une?

Link zum Artikel

Devinez quelle est la ville la plus bruyante de Suisse!

Link zum Artikel

Participez à notre grand classement sur les conseillers fédéraux

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Affaire Credit Suisse: c'est quoi cette loi qui muselle les médias?
Le Credit Suisse est dans la tourmente suite aux révélations d'un consortium international de médias l'accusant d'avoir abrité des comptes de criminels. Sur les 48 médias qui ont participé à cette grande enquête, aucun n'est suisse. Explications.

Les révélations concernant les clients sulfureux du Credit Suisse ont été publiées par les plus grands groupes de presse internationaux, du Français Le Monde en passant par le Britannique The Guardian et l'Allemand Süddeutsche Zeitung. Les médias suisses manquent à l'appel, n'ayant pas souhaité participer à cette enquête de grande envergure. La raison invoquée? L'article 47 de la loi sur les banques, modifié en 2015. Que dit-il exactement et quelles menaces fait-il planer sur le métier de journaliste en Suisse? watson a posé sept questions à Denis Masmejan, secrétaire général de la section suisse de Reporter sans frontières.

L’article