DE | FR
Bild

Télévision biélorusse.

Nestlé fait des pubs en Biélorussie, et ça irrite des ONG en Suisse

Selon l'organisation Libereco, un spot publicitaire sur trois diffusés par la télévision d'Etat biélorusse est associé à un produit du groupe suisse. Alors que cette même TV diffuse les aveux (peu convaincants) d'opposants au régime.



Le groupe Nestlé est dans le viseur d'un collectif d'organisations non gouvernementales (ONG) pour être un des principaux annonceurs de la télévision d'État biélorusse, alors que le régime de Minsk se trouve depuis des mois dans le collimateur de la communauté internationale pour ses violations répétées des droits humains.

Qu'est-ce qu'affirme l'ONG?

Dans une lettre ouverte adressée à l'ancien patron de la multinationale veveysane et actuel président Paul Bulcke et à son successeur Mark Schneider, signée par une cinquantaine d'ONG, l'association de défense des droits humains Libereco rappelle que depuis l'été 2020, plus de 40 000 personnes ont été arrêtées pour des motifs politiques dans l'ex-république soviétique.

«Par le biais de sa publicité, Nestlé finance directement la propagande d'État du régime dictatorial en Biélorussie et le discrédit associé du mouvement démocratique bélarusse»

L'association de défense des droits humains Libereco

L'ONG zurichoise signale qu'un spot publicitaire sur trois diffusés par la télévision d'Etat biélorusse est associé à un produit du groupe.

Que répond Nestlé?

Sollicitée mardi par AWP, la direction du colosse agro-alimentaire dit «suivre de très près l'évolution de la situation en Biélorussie» et assure avoir déjà réduit «de manière significative» son budget publicitaire dans le pays.

«Par principe, nous ne nous positionnons pas sur des motifs politiques dans les pays où nous opérons, et nous nous conformons à toutes les lois et sanctions applicables.»

Une porte-parole du groupe Nestlé

Nestlé, par le biais d'une porte-parole, a assuré que l'objectif du groupe «est et reste de fournir à la population biélorusse des aliments sûrs, nutritifs et abordables».

Pourquoi faire de la pub à la TV Biélorusse pose problème?

A l'image du récent cas du journaliste biélorusse Roman Protassevitch, arrêté le 23 mai avec sa compagne lors du détournement d'un avion de ligne européen par Minsk, de nombreux opposants au régime sont régulièrement forcés d'avouer leur culpabilité à la télévision d'État.

«Juste à côté de cet effroyable étalage d'opposants intimidés et maltraités, Nestlé place ses publicités pour le café, les barres chocolatées et la nourriture pour chats.»

L'association de défense des droits humains Libereco

Libereco appelle Nestlé à cesser immédiatement «toute activité publicitaire dans les médias biélorusses contrôlés par l'État, et ainsi le financement de la propagande d'un régime criminel».

Nestlé explique pourquoi elle passe par la télévision

«La publicité télévisée est un moyen important d'atteindre nos consommateurs»

Nestlé

La multinationale veveysanne, par le biais de sa communicante, explique: «L'absence de canaux alternatifs et notre large portefeuille de produits ont conduit à une présence visible des marques Nestlé sur les chaînes de télévision nationales du pays.»

Le groupe est présent dans l'ancienne république soviétique depuis une trentaine d'années, où il dispose depuis 2001 d'une représentation juridique, mais d'aucun site de production. (ats)

Plus d'articles «Actu»

A Bâle, le procès pour viol n'a pas fini de faire parler

Link zum Artikel

Le nouvel outil anti pédocriminalité d'Apple est accusé d'espionnage

Link zum Artikel

Profitez de la nouvelle saison de La Casa de Papel… car c'est la dernière

Link zum Artikel

La mort d'un prêtre provoque une crise politique en France

Link zum Artikel

Météo pourrie: «L'année céréalière s’annonce mauvaise»

Alors que la moisson de l'orge et du colza a commencé, le directeur de Vaud Céréales SA, Steve Corminboeuf, constate déjà une diminution de la quantité et de la qualité produites. Le blé ne devrait pas être épargné. En cause: le temps exécrable de ces dernières semaines.

«On a reçu pas mal de livraisons humides.» Steve Corminboeuf, directeur de Vaud Céréales SA, le dit à watson: «L'année céréalière s’annonce mauvaise.» En cause, les pluies incessantes de ce début d’été. Les champs d’orge ont commencé à être fauchés. La récolte est en retard d’une quinzaine de jours. Les rendements sont inférieurs à ceux de l’année dernière. «On est à 600-620 kilos par mètre cube, alors qu’on devrait être à 650-700 kilos», précise Steve Corminboeuf.

Le fauchage des blés aura lieu …

Lire l’article
Link zum Artikel