DE | FR

A peine nommé, le nouveau gouvernement Macron est déjà dans la tourmente

Le casting du premier gouvernement nommé par le président français Emmanuel Macron, pour son second quinquennat, fait déjà l'objet de vives polémiques. Deux ministres en particulier, pour des motifs de nature très différente.
24.05.2022, 06:1224.05.2022, 07:05
Jonas Follonier
Suivez-moi

Deux jours après sa formation par Emmanuel Macron, le nouveau gouvernement français doit déjà affronter des polémiques visant deux ministres. De la plus grave à la plus légère, et de la plus intime à la plus publique: l'un des deux ministres est accusé de viols par deux femmes; l'autre, véritable surprise de cette nouvelle distribution ministérielle, est visé par des critiques sur sa ligne idéologique, a priori en rupture avec son prédécesseur. On récapitule.

Damien Abad, accusé de viols dans Mediapart

Damien Abad, venu des Républicains, dont il était le leader des députés à l'Assemblée nationale, est le nouveau ministre en charge des Solidarités, de l’Autonomie et des Personnes handicapées. Il est accusé par deux femmes de viols qu'il aurait commis en 2010 et 2011. C'est un papier de Mediapart paru samedi 21 mai au soir, jour de la présentation du nouveau gouvernement, qui a porté ces allégations.

Extrait de l'enquête:

«Damien Abad a été nommé ministre des solidarités en dépit d'un signalement pour des faits présumés de viols adressé à LREM et LR par l’Observatoire des violences sexistes et sexuelles en politique»

Le principal intéressé nie les faits. La première ministre Elisabeth Borne, quant à elle, dit ne pas avoir été au courant de ce signalement avant de lire l'article en question, mais assure qu'il n'y aura «aucune impunité pour personne». Mentionnons que des affaires #MeToo ont déjà secoué le camp de la majorité dans le cadre de la campagne pour les législatives, qui auront lieu dans trois semaines.

Pap Ndiaye,
critiqué pour son profil

Le nouveau ministre de l'Education nationale et de la Jeunesse, Pap Ndiaye, n'est pas forcément connu pour se situer dans la ligne présidentielle. A supposer qu'il y en ait une. Car si Emmanuel Macron affirme défendre une vision républicaine et universaliste de la société française, celui qu'il a choisi pour administrer l'un des piliers de la République, à savoir l'école, ne partage pas, par exemple, les critiques de la gauche dite républicaine à l'égard d'une partie de la gauche radicale, au motif d'une complicité avec l'islamisme:

Le nouveau ministre a notamment dit:

«Le terme "islamo-gauchisme" ne désigne aucune réalité à l'université»
Pap NdiayeFrance inter

Mais aussi:

«Il existe bien un racisme structurel en France»
Pap Ndiayefrance inter

Pap Ndiaye? Un «anti-Blanquer», d'après la formule du journal Les Echos, en référence au précédent ministre de l'Education, Jean-Michel Blanquer, connu pour ses positions intransigeantes sur l'islamisme et la cohésion de la France. Lui, en effet, reconnaît l'existence de l'islamo-gauchisme et du wokisme à l'université et en a fait un combat personnel. Les commentaires étonnées à l'encontre de son successeur ont ainsi fusé, notamment sur Twitter, de la simple interrogation à la condamnation, en passant par le sarcasme cinglant:

Bilan partiel et provisoire, aux termes de 48 heures seulement: un membre de l'équipe déjà sur la sellette à cause de crimes sexuels dont on l'accuse, et un autre déjà conspué avant d'avoir ouvert la bouche ou retroussé ses manches. On retiendra, fait important, que le premier est présumé innocent. Quant au second, ce qui comptera sera son action en tant que ministre. Rendez-vous dans quelques mois.

Au fait, le gouvernement imaginé par watson aurait-il tenu deux jours?

La finale de The Voice à Neuchâtel

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Berne planche sur un outil miracle pour faire baisser le prix de l'essence
Réduire les prix à la pompe via une application qui stimule la concurrence entre les stations-service? C'est la méthode utilisée en France et en Autriche que la Suisse pourrait, elle aussi, utiliser prochainement. À Berne, on s'active en ce sens.

La question du prix de l'essence agite la Suisse. Car si les prix à la pompe ont rapidement grimpé après le début de la guerre en Ukraine, ils peinent désormais à redescendre, alors que le prix du baril de pétrole est repassé sous la barre des 100 dollars.

L’article