DE | FR
Johnson & Johnson et le scandale des implants vaginaux

Si la plainte aboutit, elle pourrait indemniser des centaines d'autres Sud-Africaines. Image: shutterstock

Johnson & Johnson et le scandale des implants vaginaux

Des Sud-Africaines ont décidé de poursuivre des multinationales pharmaceutiques appartenant à Johnson & Johnson. En cause? Des dégâts causés par des prothèses vaginales déjà interdites dans plusieurs pays.



Traiter son incontinence. Voilà à quoi devait servir l'implant synthétique que Suzette Roodt avait pu s'offrir grâce à son nouvel emploi. Mais dès sa sortie de l'hôpital, la quinquagénaire a compris que «quelque chose clochait». La maille était défectueuse et a durci dans son corps, provoquant une obstruction complète de la vessie, des lésions et des douleurs chroniques.

Six ans plus tard, cette femme de 57 ans, aujourd'hui au chômage et attachée à un cathéter, a rejoint récemment une dizaine d'autres Sud-Africaines qui poursuivent le groupe danois Coloplast et Ethicon, filiale du groupe américain Johnson & Johnson, pour des blessures subies par ces implants préconisés en cas de descente d'organes et d'incontinence. Selon Zain Lundell, expert de ce type d'affaires, Coloplast et Ethicon sont aussi accusées d'avoir lésiné sur les tests de performance.

«On ne nous a jamais parlé d'autres options ou des risques encourus. J'ai subi des dégâts permanents»

Suzette Roodt, plaignante afp

Interdits dans plusieurs pays

Si la plainte aboutit, elle pourrait indemniser des centaines d'autres Sud-Africaines. Une perspective fort probable sachant que Johnson & Johnson a déjà perdu des recours similaires en Australie, au Royaume-Uni et aux États-Unis.

Aux Etats-Unis, ces prothèses ont été classifiées à «haut risque» dès 2016 puis interdites en 2019. Des complications surviennent chez 15 à 25% des femmes, selon une étude de BioMed Research International.

Ethicon, contacté par l'AFP, rappelle que ces implants ont «contribué à améliorer la qualité de vie de millions de femmes» mais dit «compatir avec celles qui ont connu des complications». Coloplast n'a pas répondu aux demandes de commentaires.

(ats/mndl)

L'entreprise Johnson & Johnson ne finit pas de faire parler d'elle

Les Jeux olympiques de Tokyo en images

1 / 28
Les Jeux olympiques de Tokyo, en images
source: keystone / keystone
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Loan, 20 ans est sportif d'élite avec un covid long.Témoignage.

Plus d'articles «Actu»

Les inondations à New York créent des torrents dans le métro

Link zum Artikel

Crise des opiacés: 1,1 milliard et ils échappent au procès

Link zum Artikel

Aux Etats-Unis, ce champion de bouffe avale 76 hot-dogs en 10 minutes

Link zum Artikel

Une 3e dose en Suisse? ++ Les profs enceintes non-vaccinées à la maison

Link zum Artikel

Crise des opiacés: 4 sociétés américaines vont payer 26 milliards

Ces milliards de dollars mettront fin à près de 4000 actions en justice intentées par des dizaines d'Etats américains et collectivités locales. Il s'agit d'un accord à l'amiable «historique».

Accusés d'avoir alimenté la crise des opiacés qui ravage les Etats-Unis, le laboratoire Johnson & Johnson et trois gros distributeurs américains de médicaments ont accepté de payer 26 milliards de dollars. Ils veulent ainsi solder des milliers de litiges.

Le laboratoire Johnson & Johnson paiera 5 milliards de dollars (soit 4,6 milliards de francs) sur neuf ans. Quant aux distributeurs McKesson, Cardinal Health et Amerisource Bergen, ils s'acquitteront de 21 milliards sur 18 ans. Ces …

Lire l’article
Link zum Artikel