DE | FR

En Centrafique, ils sont accusés de crimes contre l'humanité... et libres

Des dizaines de personnes soupçonnées de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité sont toujours en liberté en Centrafrique.
Des dizaines de personnes soupçonnées de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité sont toujours en liberté en Centrafrique.Image: AP
La Centrafrique vit au rythme d'une guerre civile très meurtrière depuis 2013. Cela n'empêche pas ceux accusés d'avoir tué des milliers de personnes de pouvoir vivre librement.
08.12.2021, 05:3108.12.2021, 07:26

Des dizaines de personnes soupçonnées de crimes de guerre et de crimes contre l'humanité sont toujours en liberté en Centrafrique, en proie à des combats entre des rebelles et l'armée, a déploré Amnesty International.

Ex-chef rebelle devenu ministre de l'élevage

Dans un communiqué, l'ONG regrette que «sur les 25 mandats d'arrêt décernés jusqu'à présent» par la Cour pénale spéciale (CPS) de Centrafrique, «un seul a été exécuté, aboutissant à l'arrestation du ministre Hassan Bouba Ali».

«Mais même celui-ci a été libéré quelques jours plus tard par les autorités centrafricaines, en dehors de toute décision judiciaire»
Amnesty International

Ex-chef rebelle devenu ministre de l'Elevage, Hassan Bouba Ali est soupçonné par l'ONG américaine The Sentry d'être responsable de l'attaque d'un camp de déplacés en novembre 2018 à Alindao, 500 km à l'est de Bangui, qui s'était soldée par la mort d'au moins 112 villageois dont 19 enfants.

Accusé de crime contre l'humanité, il avait été arrêté le 19 novembre, mais exfiltré de sa prison par des gendarmes une semaine plus tard. Le 29 novembre, il a été décoré de l'ordre national du mérite par le président Faustin Archange Touadéra.

Un «manque de soutien» de la part de l'ONU

La Centrafrique, considérée comme l'un des pays les moins développés au monde par l'ONU, est le théâtre depuis 2013 d'une guerre civile d'abord très meurtrière, mais qui a considérablement baissé d'intensité après 2018, même si des pans entiers de territoires continuent d'échapper au pouvoir central de Bangui.

«L'ONU doit faire en sorte que tous les responsables présumés de crimes de droit international soient soumis à de véritables enquêtes et jugés dans le cadre de procès équitables. La grande majorité des victimes attend toujours justice, vérité et réparations.»

En octobre, le ministre centrafricain de la justice avait reconnu une partie des accusations formulées par l'ONU notamment sur des crimes et actes de torture, commis «majoritairement» par des rebelles, mais aussi par des soldats et leurs alliés «instructeurs russes». (ats/jch)

Ailleurs sur la planète: Voici le robot humanoïde le plus réaliste au monde

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Migrants du Rwanda: Le gouvernement britannique se défend comme il peut
En envoyant des demandeurs d'asile à plus de 6000 kilomètres de Londres, le gouvernement veut décourager les candidats au départ vers le Royaume-Uni.

La ministre britannique de l'Intérieur, Priti Patel, a mis au défi les opposants à son projet d'envoyer les migrants au Rwanda de trouver une meilleure idée pour mettre fin au trafic de migrants via la Manche.

L’article