DE | FR
Ils se sont fait virer en trois minutes, pendant une séance sur Zoom.
Ils se sont fait virer en trois minutes, pendant une séance sur Zoom.Image: shutterstock

Un patron vire 900 employés par Zoom, juste avant les fêtes

Il n'aura fallu que trois minutes pour que le fondateur d'une entreprise du monde de la technologie annonce à une grande partie des membres de son équipe qu'ils étaient tous virés. Sur le champ.
06.12.2021, 04:4406.12.2021, 06:36

Le PDG d'une société de crédit hypothécaire, Vishal Garg, a annoncé qu'il devait licencier environ 9% de ses effectifs, lors d'un webinaire Zoom, informant brusquement les plus de 900 employés connectés à distance qu'ils seraient remerciés juste avant les vacances:

«Si vous êtes sur cet appel, vous faites partie du groupe de malchanceux qui est licencié. Votre emploi ici prend fin avec effet immédiat.»
Vishal Garg, le PDG de Better.comcnn

Comme le rapporte CNN, le patron de Better.com a ensuite ajouté que les personnes licenciées pouvaient s'attendre à recevoir un courriel du service des ressources humaines, qui détaillera les avantages et les indemnités de départ.

Les raisons du licenciement

Le fondateur de l'entreprise américaine a invoqué l'efficacité du marché, les performances et la productivité pour justifier ces licenciements. Cependant, le magazine économique Fortune a ensuite rapporté que Vishal Garg a accusé les 900 employés en question de «voler» leurs collègues et leurs clients, tout en manquant de productivité et en ne travaillant que deux heures par jour.

Un patron déjà controversé

Le PDG a déjà été impliqué dans des controverses, comme le prouve un courriel qu'il a envoyé à certains membres de son personnel, et que le magazine Forbes a réussi à obtenir, notamment l'extrait suivant:

«Vous êtes trop lents. Vous êtes une bande d'écervelés... alors arrêtez ça. Arrêtez. Arrêtez tout ça tout de suite. Vous me faites honte.»

De son côté, le Daily Beast a expliqué, en août dernier, que l'un des plus «fidèles lieutenants» de Vishal Garg a pour sa part reçu des primes assez conséquentes, tels que des millions de dollars d'options de rachat d'actions. Bizarrement, cette même personne a ensuite été placée en congé administratif pour intimidation. Espérons que cet entrepreneur et employeur ne sera pas élu «patron de l'année».

Ailleurs, sur la planète: Première dans le monde! Des robots sont capables de faire des bébés

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Une gardienne de prison offre la liberté à son détenu préféré

Link zum Artikel

Moscou va montrer toute la force de l'armée russe pour célébrer le 9 Mai

Link zum Artikel

Le chanteur Bono du groupe U2 a chanté sur le quai d'un métro à Kiev

Link zum Artikel

Le G7 hausse le ton et s'engage à ne plus acheter de pétrole russe

Link zum Artikel

Un acteur de Sex Education devient le nouveau Docteur Who

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
En Suisse, les sanctions contre les chômeurs ont des effets pervers
L'émission Temps Présent de la RTS a révélé que des sanctions sont imposées aux demandeurs d'emploi négligents ou distraits. Des pénalités qui s'élèvent à près de 240 millions par an et qui poussent certains à vivre en dessous du minimum vital.

L'émission de la RTS, Temps Présent, annonce que 90 000 demandeurs d'emploi sont sanctionnés chaque année par l'assurance-chômage pour des manquements, réels ou supposés, à leurs devoirs. Des oublis, retards dans les recherches d'emploi ou nombre de recherches insuffisant qui peuvent coûter cher et entraîner des suppressions d'indemnités journalières.

L’article