DE | FR
Bild

Illustration fh suisse/flavia korner

Work in progress

Voici comment fonctionne une bonne équipe

Avoue: toi aussi, lors de chaque entretien d’embauche, tu précises bien que tu as vraiment l’esprit d’équipe. Avec raison, car une collaboration fructueuse vaut de l’or. Une bonne équipe ne va pas de soi, mais peut tout à fait être mise sur pied. Voici comment faire.

Guy studer



Les travailleurs solitaires, c’est fini. Ou, soyons gentils, représentent l’exception qui confirme la règle. Aujourd’hui, pour atteindre ses objectifs, rien ne vaut une équipe; lorsque les membres de celle-ci sont motivés, ils se montrent d’autant plus créatifs et efficaces, ce qui permet de gagner du temps et de ménager les nerfs de chacun. Cela n’a rien de vraiment nouveau. Mais comment faire?

En partenariat avec FH Suisse

L'association FH Suisse fournit le contenu de ce blog. Il est question du monde du travail, de carrière, d'éducation et de formation. Il ne s'agit pas d'un contenu payant

Selon Astrid Hausherr Fischer, qui officie en tant que Head of Learning Campus chez Siemens Suisse et qui enseigne le leadership d’équipe à la HES Kalaidos, le ou la responsable d’équipe doit comprendre qu’il vaut la peine d’investir non seulement dans l’encadrement de chacun des membres, mais aussi dans la direction de l’équipe en soi. «Tout le monde profite d’une base de confiance saine, lorsque l’on est encouragé à assumer des responsabilités et quand des bons résultats sont à la clé», explique-t-elle.

Bild

Astrid Hausherr Fischer, head of Learning Campus chez Siemens Suisse dr

Le jeune entrepreneur à succès Tobias Gunzenhauser ne renoncerait lui non plus pour rien au monde à son équipe. Il y a quatre ans, lui et deux amis ont fondé la start-up yamo, qui fabrique des purées pour bébés à partir d’ingrédients naturels; entre-temps, son entreprise compte quelque 40 collaboratrices et collaborateurs. «Je ne conseillerais à personne de fonder une entreprise sans l’aide de qui que ce soit», déclare-t-il. «Cherche des gens aussi fous que toi.» C’est plus facile à dire qu’à faire. Voici donc un plan en cinq points pour mettre sur pied une équipe qui réussit.

Composition

La diversité est décisive, que ce soit au niveau des compétences disponibles ou aussi «entre hommes, femmes, nationalités, âges ou personnalités», continue Astrid Hausherr Fischer. Pour ce qui est des personnalités, elles devraient apporter les trois points forts suivants à l’équipe: une orientation sur le savoir, une orientation sur l'action et une orientation sur la communication. L’«esprit» joue un rôle important, surtout dans les petites entreprises. «Lorsque nous recevons des candidatures, nous souhaitons savoir si ces personnes veulent atteindre des objectifs avec nous et vraiment s’engager pour y parvenir, mais sans pour autant jouer des coudes», continue Tobias Gunzenhauser.

Bild

Tobias Gunzenhauser, jeune entrepreneur dr

Des objectifs communs

Un point plus que central. «Un mandat commun et la manière de le mener à bien doivent faire l’objet d’une communication claire, d’une discussion et d’une interprétation commune», explique Astrid Hausherr Fischer. «Une diapositive ou quelques phrases de la part du ou de la responsable d’équipe ne suffisent pas.» Le sens à donner aux objectifs et au mandat doivent eux aussi mener à une réflexion; cela a un effet positif sur l’engagement et le sentiment d’appartenance.

Confiance

«Transmettre une sécurité psychologique incombe au ou à la dirigeant-e», déclare Astrid Hausherr Fischer. Selon elle, la confiance peut se construire de manière ciblée. Les collaboratrices et les collaborateurs oseront ainsi aussi s’exprimer de manière critique; de plus, une culture ouverte verra le jour. Tobias Gunzenhauser souligne que ce dernier point s’applique aussi aux équipes: «Il faut savoir faire preuve d’ouverture, y compris au niveau des émotions. Être franc, tout en restant décent.»

Feedback

La confiance naît aussi d’une bonne culture du feedback. Là aussi, le ou la responsable d’équipe doit jouer son rôle, mais ce n’est pas tout. Un bon feedback se donne à la première personne, toujours de manière descriptive et jamais en émettant un jugement («Je vois que...»). En résumé, voici les éléments sur lesquels se baser: Perception, effet, souhait. Recevoir un tel retour s’apprend aussi: au lieu de se perdre en justifications, mieux vaut poser des questions de compréhension.

Tolérance

Pour notre jeune entrepreneur, «comprendre que les autres fonctionnent différemment, et comment ils fonctionnent» représente un aspect décisif. «Je me demande aussi comment me comporter avec telle ou telle personne et quelles sont ses forces et faiblesses. C’est par là que je dois commencer.»

Tous ces bons conseils ne doivent pas faire oublier que gérer une équipe est un travail. «Le ou la responsable d’équipe doit réfléchir et comprendre comment celle-ci fonctionne», conclut Astrid Hausherr Fischer.

Comme nous l’avons dit, une diapositive ne suffit pas. Cela vaut la peine d’y accorder du temps et du travail; ce sera un bon retour sur investissement.

Plus d'articles sur le thème «Economie»

Lego touche le jackpot grâce aux confinements

Link zum Artikel

Le groupe de Zara et Bershka ne vend plus et perd 70% de bénéfices

Link zum Artikel

Amateurs de poissons, méfiez-vous des arnaques!

Link zum Artikel

Les loyers reculent partout... sauf en Suisse romande et à Zurich

Link zum Artikel

H&M licencie un millier de personnes en Espagne

Link zum Artikel

C'est quoi exactement cette délicate réforme de l'AVS?

Link zum Artikel

L'économie mondiale se relance plus vite que prévu

Link zum Artikel

Dans le mariage, chacun gagne à payer sa part d'impôts

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Work in progress

Suis-je fait pour être un entrepreneur?

Comment réussir avec sa propre entreprise? Être son propre patron, décider de tout soi-même et être indépendant. Qui n’a pas rêvé de posséder sa propre entreprise? Est-ce risqué de se lancer? Voici quelques conseils.

Bruno Aregger, optimisateur d'entreprise et ancien professeur à la Haute école spécialisée de Lucerne, affirme qu'être entrepreneur ne requiert pas de don particulier. Il faut avant tout deux choses: la passion et la persévérance.

Pour Mael Calame, spécialiste marketing et Community Agitator chez Starterland à Neuchâtel, «un entrepreneur doit à la fois être un visionnaire et un excellent concrétisateur». Andri Silberschmidt, conseiller national et co-fondateur de Kaisin, une chaîne dans …

Lire l’article
Link zum Artikel