DE | FR
Image: watson / keystone
Mauvaise foi

L'Euro, c'est interminable

«Et gooooaaaal!» Pendant encore presque trois semaines, on va se battre pour savoir quelle équipe dont on n'est pas capable de citer le nom d'un joueur est la meilleure. Youpi.
23.06.2021, 06:0423.06.2021, 17:43
Suivez-moi

Les commentateurs sportifs qui s'égosillent comme des cochons qu'on égorge. Les supporters qui klaxonnent encore plus qu'un cortège de 600 voitures dans un mariage. Les discussions de comptoir sur les performances de la Nati qui nous donnent envie d'être ronds comme un ballon dès la pause café. Un croissant, un gin-to, un Xanax.

Plus que dix-huit jours à compter de ce mercredi. Seuls douze petits jours se sont écoulés depuis le début de cet Euro 2020 mais qui se déroule en 2021. DOUZE JOURS. Temps ressenti: 4 mois. On n'est même pas à la mi-temps du tournoi. J'en peux plus.

Compter les jours sur ses doigts et réaliser qu'il y en a pas assez pour arriver au bout de cet Euro.

T'as compris? Non.

Si au moins on y comprenait quelque chose, mais non. Même la RTS raconte n'importe quoi dans ses communiqués de presse: «ERRATUM, la victoire de la Suisse hier soir (dimanche) lui permettra peut-être de se qualifier parmi les troisièmes meilleures équipes de la phase de groupes».

J'ai demandé à un collègue de la rubrique Sport de m'expliquer le pourquoi du comment du peut-être de la qualification de la Suisse à la prochaine étape. «C'est facile, les quatre meilleurs troisièmes des six groupes sont qualifiés. Donc si l'Ukraine et l'Autriche ne font pas match nul, la Suisse a un pied en huitième de finale puisqu'elle a un point de plus que l'équipe perdante, tu me suis?». Non Julien, j'ai rien compris.

Dans la soirée, Julien m'envoie ça par WhatsApp. J'ai envie de me rouler en boule sous une table.

D'ailleurs, qui oserait parier sur une victoire de la Nati? «Non mais c'est pas l'ambition de la Suisse de gagner l'Euro, si on joue jusqu'aux huitièmes ou aux quarts, c'est cool». Alors quel est l'intérêt? C'est comme si on disait: «Non mais aller jusqu'aux States, c'est pas l'ambition de cet avion, s'il s'écrase sur Hamilton dans les Bermudes, on est déjà contents, quoi.»

Pas moi qui l'ai dit.

Au fait, ça intéresse qui, vraiment? En dehors des tarés qui sont prêts à mettre la ville à feu et à sang quand Thoune rencontre le Lausanne-Sport ou le FC Chamoson. Les gens qui regardent les matchs en terrasse, c'est un prétexte pour se la coller dès le mardi, non? «C'est un super sport, on voit la cohésion de tout un peuple.» Ah? Qui serait prêt à parier un hara-kiri sur la Suisse?

Et elle a bon dos la cohésion nationale, hein, quand on tape sur les joueurs qui chantent pas l'hymne. C'est quoi la suite des paroles après «Sur nos monts, quand le soleil»? Quelqu'un sait? C'est ce que je me disais.

S'embrouiller parce que tel joueur a fait une colombe avec ses mains. Ou un aigle à deux tête, on s'en fout.

Et de tout façon, l'Euro, c'est juste la version cheap de la Coupe du monde. On a déjà vu Shakira chanter Waka Waka en ouverture de l'Euro? Non. Mais on a eu un mash-up de Martin Garrix, The Edge et Bono. Super. Allez, plus que dix-huit dodos et c'est fini.

Le Waka Waka du pauvre. 👇🎵

Pas moi qui l'ai dit mais merci à cette personne 👇

«Les joueurs de l'équipe de Suisse, c'est des amateurs, non?»

Vidéo: watson

De toute façon, le tennis (et les tennismen grecs), c'est mieux que le foot. 👇❤️

Et voici Ronaldo, toujours plus crédible assis sur le capot d'un bolide que sur un terrain. 👇

1 / 11
Le garage de Ronaldo
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Si vous me reconfinez, je mets la ville à feu et à sang
L'Autriche a déterré le mot tabou, «confinement». Ici, si vous me faites subir ça, je sors me balader, une torche dans une main, une hache dans l'autre. Avec le marché de Noël qui a débuté, essaimant ses petites cabanes en bois à travers Lausanne, ça va cramer vite.

Deux pas en avant, quinze pas en arrière. Alors qu'on pensait en avoir fini avec ces confinements de merde, puisqu'on a upgradé nos moyens pour combattre la pandémie, l'Autriche a remis ça. D'abord seulement pour ses non-vaccinés, puis deux Länder entiers et, ce vendredi 19 novembre, BIM! Le pays annonce un retour à la maison pour ses neuf millions d'habitants. Dès lundi. Pour dix jours. RECONDUCTIBLES. Vaccinés ou pas, tous dans le même sac. Confinés, cloîtrés, sanctionnés.

L’article