DE | FR

Sans surprise, Bachar al-Assad réélu président de la Syrie avec 95%

Le président syrien va briguer un quatrième mandat.
Le président syrien va briguer un quatrième mandat. Image: sda
Les deux autres candidats qui se présentaient face à lui, Abdallah Salloum Abdallah et Mahmoud Mareï, ont obtenu respectivement 1,5% et 3,3% de voix.
28.05.2021, 02:3128.05.2021, 05:51

Le président syrien Bachar al-Assad a été réélu pour un mandat de sept ans avec 95,1% des voix, a annoncé, jeudi 27 mai, le président du Parlement. Un scrutin décrié par l'opposition et les pays occidentaux.

Un taux de participation de 76,64%

Dans un pays ravagé depuis 2011 par la guerre, 14,2 millions de personnes ont participé au scrutin, sur les 18,1 millions appelés théoriquement à voter, soit un taux de participation de 76,64% selon le président du Parlement. L'élection s'est déroulée dans les zones contrôlées par le régime, soit deux-tiers du territoire, et dans certaines ambassades syriennes à l'étranger.

«Une mascarade»

Il s'agit de la deuxième présidentielle en Syrie depuis le début en 2011 d'une guerre complexe ayant fait plus de 388 000 morts. En 2014, Bachar al-Assad avait obtenu plus de 88% des voix selon les résultats officiels. Les Occidentaux ont qualifié l'élection de «ni libre ni juste» et l'opposition a dénoncé une «mascarade». (ga)

1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ces acrobates syriens transforment les ruines de la guerre en art
A Idlib, ville meurtrie par la guerre civile en Syrie, des jeunes utilisent les ruines comme obstacles de parkour. Une forme de résistance pacifique et un moyen d'oublier leur quotidien anxiogène.

A Idlib, chaque habitant a gardé dans l'oreille le bruit des balles et des bombes, qu'il s'agisse de missiles lâchés par les Russes ou de roquettes lancées par l'armée de Bachar el-Assad, visant à anéantir l'un des derniers lieux où la résistance syrienne s'exprime en plein air. Mais c'est d'autres sons que guettent Obada Jbara et A‘mer Samsoum quand ils parcourent la ville: celui du gravier qui crisse, du caoutchouc qui glisse, de la main qui se raccroche in extremis, et du vent qui s'engouffre dans les ruines.

L’article