DE | FR
Bild

Image: Shutterstock

Une heure de chicha, c’est deux paquets de clopes. Vaud s’inquiète

Avec le retour des beaux jours et des terrasses, la consommation de chichas inquiète les autorités vaudoises. Il est prévu d’améliorer la prévention sur sa dangerosité.



La chicha, c’est cool et convivial, ça incite au partage. Sa fumée froide au goût fruité est agréable et rassurante… Mais les apparences sont trompeuses. L’élégante pipe à eau utilisée pour fumer du tabac est loin d’être inoffensive. On estime que tirer dessus pendant une heure est similaire à fumer deux paquets de clopes. Cela peut rendre addict à la nicotine et, donc, à la cigarette. Sans compter qu’en temps de pandémie, le long tuyau qui tourne entre les consommateurs peut aussi être transmetteur d’infections comme le coronavirus.

Des constats alarmants, surtout quand une étude française estime que près de la moitié des adolescents de 16 ans ont déjà testé la chicha (ou narguilé) et qu’un jeune sur trois de 17 ans en fume régulièrement. «C’est devenu un véritable phénomène de société», s’inquiète Nathalie Jaccard, élue verte au Grand Conseil vaudois.

Dans une question adressée au Conseil d’Etat, elle cite aussi le Swiss Medical Forum, qui dit que «le charbon ardent dégage des substances nocives telles que le plomb, cuivre, chrome, arsenic, et béryllium ainsi qu'une grande quantité de monoxyde de carbone».

«On observe de plus en plus d'intoxications au monoxyde de carbone chez les consommateurs de chicha»

Nathalie Jaccard, citant le Swiss Medical Forum

Interpellé, le gouvernement cantonal le reconnait: la chicha est de plus en plus populaire chez les jeunes qui en banalisent l’utilisation. Mais il tente de rassurer: «La nocivité et les risques de la chicha sont systématiquement abordés (réd: dans les programmes de prévention à l’école), tout comme l’ensemble des produits du tabac et des produits associés». Il précise toutefois que les contrôles de l’interdiction de la vente aux consommateurs de moins de 18 ans sont de la compétence communale.

Selon les autorités, il n'y a donc pas de quoi tout chambouler; la sensibilisation contre les conduites addictives étant bien ancrée dans les programmes scolaires.

Malgré ce discours rassurant, le Conseil d’Etat entend tout de même réagir. Dès la pandémie terminée, il intégrera la chicha dans le prochain programme cantonal de lutte contre le tabagisme.

Bob Marley, superstar du reggae, mourait il y a 40 ans jour pour jour

1 / 10
Bob Marley, superstar du reggae, mourait il y a 40 ans
source: ap
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

World of watson: Les phrases insupportables du bureau

Plus d'articles sur la santé mentale

Anxieux, le retour de la vie sociale vous inquiète? Les conseils d'une psy

Link zum Artikel

Cette vidéo sur la dépression nous a fait du bien et vous en fera aussi

Link zum Artikel

Comment le sport maintient notre cerveau en bonne santé

Link zum Artikel

L'impact mental du confinement sur les jeunes mesuré en 4 points

Link zum Artikel

Les jeunes ne pourront plus se droguer au sirop pour la toux

Les antitussifs contiennent de la codéine et de la dihydrocodéine ou du dextrométhorphane. Ces principes actifs sont considérés comme des substances psychoactives.

Des sirops antitussifs contenant de la codéine ou de la dextrométhorphane ne peuvent être délivrés que sur ordonnance d'un médecin en raison de leurs effets psychoactifs. Le Tribunal administratif fédéral (TAF) a pris cette décision dans deux arrêts pilotes.

Selon Swissmedic, les deux préparations sont utilisées comme drogues récréatives, en particulier par les adolescents et les jeunes adultes.

Le TAF a examiné la reclassification de ces substances et les a placés dans la catégorie «remise …

Lire l’article
Link zum Artikel