DE | FR
Birmanie - jeune femme tuée par l'armée - mars 2021 -

Kyawt Nandar Aung, 25 ans, a été tuée d'une balle dans la tête à Monywa, dans le centre de la Birmanie, le 25 mars dernier. dr

L'armée tire dans la tête des civils. Un Suisse, établi en Birmanie, raconte

L'armée birmane a beau couper internet, les preuves de ses exactions finissent par sortir du pays. watson a reçu des photos et des vidéos d'une rare violence de victimes civiles, parfois très jeunes, abattues d'une balle dans la tête. Les militaires s'en prennent même au personnel soignant. Témoignages.



«Ce que font les militaires, c'est ignoble», déplore celui qui veut qu'on l'appelle M'Boti. Ce Suisse de 30 ans vit depuis quelques années en Birmanie. Il est actif dans le commerce. Il nous raconte.

«Les militaires ont commencé à tirer à balle réelle sur des gens qui défilaient pacifiquement. Ils visent la tête. Ce qu'ils veulent, c'est terroriser les gens»

M'boti, un Suisse établi en Birmanie.

Juste après le coup d'état de l'armée, le 1er février, les Birmans sont descendus dans la rue pour réclamer pacifiquement le départ des militaires et le retour de la démocratie. Mais la situation a très vite dégénéré.

Parmi son staff, certains ont perdu un proche. Une de ses employées pleure sa soeur, tuée, alors qu'elle participait à une manifestation à Yangon. Ma avait 25 ans, elle travaillait dans une banque.

Birmanie - Ma - tuée par l'armée - mars 2021

La famille de Ma, 25 ans, est dévastée. La jeune employée de banque a été tuée, alors qu'elle participait à une manifestation à Yangon, ancienne capitale de la Birmanie. The New york times

Des actions mondialement punissables

La Convention de Genève relative à la protection des personnes civiles en temps de guerre, actuellement en vigueur, a été signée le 12 août 1949.

Les civils sont clairement protégés de tout acte hostile
: ils ne peuvent être pris en otage, pour par exemple servir de boucliers humains; aucune contrainte ou brutalité ne peut être exercée à l'égard des personnes protégées, notamment pour obtenir des renseignements; toutes les mesures de représailles visant les civils ou leurs biens sont strictement interdites; les punitions collectives sont strictement interdites15; l’armée qui occupe un territoire où vivent des civils doit assurer leur protection et n’a pas le droit de les déporter ou d’implanter des colons civils dans le territoire concerné (source wikipedia)

«Les militaires sont sans limite. Ils tabassent même des ambulanciers»

M'Boti est révolté par la violence des militaires face à des hommes et des femmes, souvent très jeunes et sans arme, qui défilent trois doigts en l'air, en signe de ralliement démocratique.

Lui aussi a vu cette vidéo d'un jeune homme agonisant, une partie de sa tête déchiquetée par un projectile de l'armée, tenant encore une misérable pierre dans la main, pour seule arme.

Attention, image photo violente:

BildBild aufdecken

Document extrait d'une vidéo. Il s'agit d'un manifestant abattu par balle en pleine tête, le 3 mars 2021, à Okkalapa Yangon. Agonisant, il tient encore une pierre, comme seule arme, dans sa main. DR

«Tu te rends compte? Ils tabassent même les soignants. C'est n'importe quoi. Et le pire, c'est que personne n'agit»

En mars dernier, à Okkalapa Nord, une équipe d'ambulanciers, venue soigner des blessés, se fait frapper, puis arrêter par des militaires. ATTENTION, cette vidéo est violente.

Vidéo: watson

watson a reçu d'autres vidéos et d'autres photos, qu'il nous est impossible de publier, en raison de leur violence. Mais nous pouvons attester que les militaires tirent dans la tête de civils, contrairement à ce que prétend l'armée, qui essaie de faire bonne figure sur la scène internationale.

M'Boti et d'autres témoins racontent, horrifiés, que les familles doivent payer l'armée pour récupérer le corps des leurs.

«L'armée veut terroriser les gens. Les familles des victimes doivent payer 60$ pour récupérer le corps»

M'Boti, Suisse établi depuis plusieurs années en Birmanie.

60$, soit près de la moitié du salaire minimum en Birmanie. Pour un prisonnier libéré vivant, les familles doivent débourser 150$.

Certaines dépouilles, que les familles récupèrent, auraient des cicatrices sur toute la longueur du tronc. M'Boti, comme de nombreux Birmans, soupçonne l'armée de prélever des organes pour les vendre à la Chine. Impossible pour l'heure de vérifier ces informations.

L'armée nie tout en bloc

Les militaires affirment, de leur côté, agir dans un cadre tout à fait légal. Dans une interview accordée à CNN le 9 avril dernier, le porte-parole de l'armée explique qu'il ne s'agit en aucun cas d'un coup d'état. L'armée a simplement pris le contrôle du pays, après des élections, qu'elle estime frauduleuses.

Selon les décomptes de l'AAPP, l'Association d'assistance aux prisonniers politiques (AAPP), depuis le 1er février dernier, l'armée a abattu plus de 739 personnes, dont 46 enfants, et procédé à des milliers d'arrestations, parmi lesquelles se trouvent des étudiants, des artistes, des médecins, des journalistes ainsi que la prix Nobel de la paix, Aung San Suu Kyi.

Des enfants et des ados abattus

Concernant la mort de 46 enfants, l'armée renvoie la responsabilité aux protestants, qui utiliseraient les enfants comme bouclier. Une manoeuvre, en somme, pour salir la réputation de l'armée.

Des associations sur place répertorient les victimes. Parmi elles, des adolescents, comme cette Tik Tokeuse de 14 ans, abattue le 27 mars par l'armée chez elle, alors qu'elle ouvrait la porte pour laisser entrer des manifestants, qui fuyaient l'armée, comme le relate BBC.

Birmanie  - Pan Ei Phyu was killed inside her home on 27 March, the deadliest day since the coup so far - mars 2021 - BBC

DR

«Nous irons jusqu'au bout»

Face à cette barbarie, Maung, comme des millions de Birmans, est terrorisée. Jointe par téléphone, grâce à une carte sim qu'elle détruira après notre conversation, Maung nous raconte la peur d'être arrêtée et brutalisée par l'armée à tout moment du jour et de la nuit.

Pourtant, cette femme de 39 ans, une simple citoyenne qui travaille dans le tourisme, se dit prête à se battre pour revoir un jour la démocratie dans son pays. Il n'est pas question de laisser la junte militaire prendre le pouvoir.

«J'ai vécu le dernier coup d'état en 1988. J'étais trop jeune à l'époque pour me battre. Cette fois-ci, nous allons aller jusqu'au bout»

Maung, citoyenne birmane.

Maung explique que les jeunes, surtout, n'ont plus rien à perdre. «Eux, ils ont goûté à la démocratie. Ils sont éduqués, certains ont même voyagé. Il n'est donc pas envisageable que l'armée s'installe à nouveau à la tête du pays.»

Cela pourrait aussi vous intéresser:

Et si vous nous racontiez votre première année Covid?

Link zum Artikel

Quel skieur es-tu ?

Link zum Artikel

Les gouvernements vont-ils devoir payer pour leur insouciance climatique?

Link zum Artikel

«Les notes vocales, c'est un truc d'égoïste»

Link zum Artikel

Sortir de nos canapés a fait du mal à Netflix

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

La Birmanie pourrait bien entrer en «guerre civile»

L'ONU a mis en garde, mercredi, contre un risque de «guerre civile» en Birmanie. Depuis le coup d’État du 1er février, plus de 520 civils ont été tués.

La Birmanie est confrontée à un risque «sans précédent» de «guerre civile», a déclaré mercredi l'émissaire de l'ONU, Christine Schraner Burgener. La Suissesse a appelé le Conseil de sécurité à utiliser «tous les moyens» pour éviter une «catastrophe» et un «bain de sang».

«Cela risque de se passer sous nos yeux, et un échec à éviter une nouvelle escalade dans les atrocités coûtera au monde beaucoup plus, sur le long terme», qu'une action immédiate, a déclaré l'envoyée spéciale du …

Lire l’article
Link zum Artikel