DE | FR

63 migrants ont été secourus dans l'océan Atlantique

Un sauvetage de migrants en pleine Méditerranée, le 28 janvier 2022.
Un sauvetage de migrants en pleine Méditerranée, le 28 janvier 2022. Image: sda
Après le naufrage de leur embarcation près de Tarfaya (sud du Maroc), 63 migrants ont été secourus mardi par la marine marocaine.
01.02.2022, 22:1802.02.2022, 06:39

Plusieurs dizaines de migrants, dont quinze femmes et trois enfants, ont eu la vie sauve après le naufrage de leur embarcation mardi dans l'océan Atlantique, selon l'ONG Alarm Phone.

«Nous sommes très soulagés de confirmer que les 63 personnes en grande détresse près de la côte marocaine ont été retrouvées par la marine marocaine et ramenées saines et sauves à terre», a annoncé sur Twitter ce collectif de bénévoles, qui gère une ligne téléphonique d'urgence pour les migrants en difficulté.

Ces migrants tentaient de gagner l'archipel espagnol des Canaries, situé à une centaine de kilomètres de Tarfaya, mais il n'a pas été possible d'obtenir davantage d'informations sur ce sauvetage auprès de la marine et des autorités marocaines.

«Ils coulent dans une épave gonflable au large des côtes marocaines de Tarfaya»
Le collectif Caminando Fronteras, sur Twitter

D'autres n'ont pas eu la même chose

Le collectif Caminando Fronteras avait fait état du naufrage d'une embarcation le 16 janvier au large de Tarfaya, dans lequel avaient péri 43 migrants, dont trois bébés et 14 femmes, majoritairement originaires d'Afrique subsaharienne. Seules personnes avaient pu être secourues.

Selon Caminando Fronteras, plus de 4000 migrants sont morts ou ont disparu en 2021 lors de leur traversée en mer vers l'Espagne, soit deux fois plus qu'en 2020. Les corps de la quasi-totalité d'entre eux (94%) n'ont jamais été repêchés et sont donc comptabilisés comme des disparus.

En 2021, plus de 37 300 migrants, en grande partie en provenance du Maroc, sont arrivés par la mer en Espagne (dans la péninsule, ainsi que dans les archipels des Baléares et des Canaries), selon le ministère espagnol de l'Intérieur. (mbr/ats)

Le sous-marin «mésoscaphe» Auguste Piccard

1 / 9
Le sous-marin «mésoscaphe» Auguste Piccard
source: musée suisse des transports
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

L'actu' internationale, jour et nuit, c'est par ici:

Influencé par la guerre en Ukraine, le monde redevient très nucléaire

Link zum Artikel

Aux Philippines, une ville est recouverte par les cendres d'un volcan

Link zum Artikel

En Russie, le McDo' change de nom, mais pas de goût

Link zum Artikel

En Espagne, le manque de personnel menace le tourisme estival

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Deux Romands témoignent: «On ne sort pas indemne du marathon des Sables»
La course de 250 km, disputée en autosuffisance dans le désert marocain, se termine ce lundi après plusieurs jours de souffrance (cloques, araignées et insolations). Deux Romands qui y ont participé par le passé témoignent.

Lundi soir, le soleil va se coucher pour la dernière fois sur le 36e marathon des Sables et il sera temps, pour les coureurs, de mesurer tout le chemin parcouru, et les obstacles franchis. La course avait été endeuillée l'année dernière par le décès d'un participant, et il est certain que tous savaient que ça pourrait leur arriver cette année. «En 2017, un coureur avait aussi eu un arrêt cardiaque», se souvient Alain Bersier. «Heureusement, il avait pu être sauvé.»

L’article