DE | FR

Le nouveau surclassement des CFF est très avantageux (et critiqué)

Grâce aux nouveaux surclassements dégriffés CFF, le passage en 1re classe est moins cher.
Grâce aux nouveaux surclassements dégriffés CFF, le passage en 1re classe est moins cher.Image: keystone
Le nouveau «surclassement dégriffé» permet de voyager en première classe à des prix très avantageux. Cette offensive bon marché ne convient pas à tout le monde, et les critiques ne manquent pas.
Diese Story ist auch auf Deutsch verfügbar. Zur Story
15.12.2021, 05:1815.12.2021, 09:05
Adrian Müller
Adrian Müller
Adrian Müller
Suivez-moi

Bonne nouvelle pour les passagers de 2e classe. Avec le changement d'horaire, les entreprises de transports publics ont introduit sans grand bruit un surclassement à bas prix pour la 1e classe dans toute la Suisse. L'offre s'adresse en premier lieu à près de 400 000 clients de l'AG (2e classe), mais aussi aux utilisateurs de cartes journalières et de parcours CFF.

Cette offre devrait pousser les passagers à utiliser davantage la première classe. «L'objectif premier est de mieux remplir les trains CFF peu fréquentés. Nous répondons ainsi à un souhait souvent exprimé par les clients de l'AG», explique Thomas Ammann, porte-parole de l'organisation de branche des transports publics Alliance Swisspass.

Une brève recherche via l'application CFF montre à quel point le changement de classe économique est effectivement avantageux:

  • Au lieu de 8,60 francs, le surclassement dégriffé sur le trajet Lausanne-Genève à midi (départ de Lausanne à 11h43) ne coûte que 6,20 francs. Le coût du billet en deuxième classe est de 11,40 francs.
  • Sur la ligne Zurich-Brigue (départ de Zurich à 11h), le surclassement normal coûte 33 francs. Avec la nouvelle offre, il démarre à dix francs. Comme pour les billets dégriffés, ces offres ne sont disponibles que de manière limitée et ne sont valables que sur les liaisons achetées.
  • Le surclassement dégriffé sur le trajet Genève-Sion ne coûte que 12,80 francs, contre les 18 du surclassement «normal».
  • Sur la ligne Zurich-Berne, cet écart est encore plus grand: 9,80 francs contre 19,50.
La différence de prix entre le surclassement normal et sa version dégriffée.
La différence de prix entre le surclassement normal et sa version dégriffée.Image: watson

Heures de pointe

Ce qui est surprenant, c'est que ces changements de classe avantageux sont disponibles même sur les lignes principales aux heures de pointe, où les trains sont souvent bondés.

Comment cela se fait-il? «Actuellement, la demande sur les trains grandes lignes est inférieure à la moyenne en raison de la pandémie. Il y a donc des billets dégriffés dans des trains où il n'y en a pas d'habitude», explique le porte-parole des CFF Martin Meier.

Celui qui veut acheter spontanément un surclassement dégriffé à la vue de voitures de 2e classe bondées sur le quai doit faire attention. Les surclassements ne peuvent être achetés qu'une heure avant le départ. «A partir de fin janvier, cela sera possible à tout moment», poursuit Ammann.

Il est donc très probable qu'à l'avenir, de plus en plus de passagers passeront de la 2e à la 1e classe. Cela ne désavantagera-t-il pas les détenteurs d'AG de 1re classe? «Les passagers titulaires d'un AG de 1re classe continuent de voyager toute une année sur l'ensemble du réseau de transports publics à un prix forfaitaire très attractif», écrivent les CFF à ce sujet.

Mais les critiques fusent

L'organisation de passagers des transports publics Pro Bahn n'apprécie pas les surclassements dégriffés. Elle soutient certes le principe d'une réduction des prix des billets de transports publics. «Mais nous ne soutenons pas les offres spéciales ou les tarifs opaques. Ou alors des offres de billets avec des réductions massives qui entraînent un déséquilibre entre les voyageurs», déclare la présidente de Pro-Bahn Karin Blättler à watson.

Les transports publics assurent un service de base et sont cofinancés par les pouvoirs publics. «Pour cette raison, nous estimons qu'une tarification libre, analogue à celle de l'aviation, n'est pas justifiable», poursuit Blättler. C'est pourquoi Pro Bahn plaide, depuis des années, pour que la tarification soit abordable, transparente et simple.

«Il faudrait plutôt introduire des systèmes de bonus ou des rabais pour les voyageurs fréquents»
Karin Blättler, présidente de Pro-Bahn

Selon elle, le système tarifaire doit, en outre, être facile à utiliser et disponible sur tous les canaux de vente. En attendant, le changement de classe dégriffé n'est disponible que sur l'application CFF. Selon les CFF, on ne sait pas encore si et quand le changement de classe économique sera également accessible via le site Internet.

C'était il y a quelques semaines: le trou qui a paralysé le trafic ferroviaire lémanique

1 / 12
Plus d'images du trou qui a paralysé le trafic ferroviaire
source: twitter
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Neige et CFF: «J'ai dû attendre deux heures à la gare, ce n’est juste pas possible»

Plus d'articles sur les trains et les CFF

Les CFF ont-ils été ponctuels en 2021? Voici leur réponse

Link zum Artikel

Les employés CFF confrontés à de plus en plus d'agressions

Link zum Artikel

Un train sur cinq est en retard en Suisse: voici les solutions des CFF

Link zum Artikel

Covid: les CFF envisagent des suppressions de trains en Suisse romande

Link zum Artikel

Les CFF l'assurent, ils avaient anticipé la neige

Link zum Artikel

Pourquoi les portes des trains CFF ne s'ouvrent plus automatiquement?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Vous allez voir des affiches Covid dans les transports encore un bout de temps
En dépit de la levée des mesures Covid pour le 1er avril, des vestiges du port du masque obligatoire risquent encore d'apparaître dans les bus et trains pendant quelques temps.

Ne soyez pas troublé si vous voyez encore apparaître des incitations au port du masque dans les transports publics, sitôt passé le 1er avril. Les CFF n'auront pas le temps de démanteler toutes les installations de lutte contre le virus d'ici là, indiquent-t-ils.

L’article