DE | FR
La louve F78 a fait parler d’elle pour la première fois le 11 octobre (illustration).
La louve F78 a fait parler d’elle pour la première fois le 11 octobre (illustration).Image: KEYSTONE

Le canton de Berne veut se débarrasser d'une louve

La louve F78 a tué 36 animaux de rente en cinq mois. C'est trop pour les autorités bernoises, qui ont ordonné de la tirer. Seuls les gardes-faune peuvent le faire.
19.02.2021, 15:4209.03.2021, 18:06

«Il n’y a malheureusement pas d’autre solution»: la louve connue sous le nom de F78 doit être abattue. La décision, annoncée vendredi par le canton de Berne, est motivée par les dégâts causés par le prédateur, qui a tué 36 animaux de rente depuis le mois d'octobre.

Ce faisant, les autorités espèrent empêcher des dommages supplémentaires aux animaux d’élevage.

Le tir doit avoir lieu d’ici à la fin mars dans le périmètre compris entre la vallée de la Gürbe, la vallée de Stocken, le Längenberg et la région du Gantrisch.

La louve F78 a fait parler d’elle pour la première fois le 11 octobre à Toffen, où elle a tué trois moutons et un quatrième a dû être abattu. Un test ADN a établi pour la première fois sa présence en Suisse.

En tout, 29 incidents ont été observés: 32 bêtes ont été tuées, 20 ont dû être abattues et 4 sont portées disparues.

Toutes les bêtes tuées par F78 se trouvaient dans des espaces clôturés. Pourtant, le canton explique que «dans un cas seulement l’installation était conforme aux prescriptions en matière de protection des troupeaux».

L’Inspection de la chasse et le service cantonal de la Protection des troupeaux en appellent une nouvelle fois aux détenteurs d’animaux de rente pour qu’ils protègent mieux leurs cheptels. (ats)

Thèmes
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pour sauver l'océan, il nourrit les requins avec des brochettes de poisson
Chad Sinden nourrit des requins avec des poissons-lions harponnés au bout d'une lance tout en se filmant. C'est ainsi que sont réalisés les enregistrements spectaculaires de ce moniteur de plongée qui vit aux Bahamas.

En voilà un pour qui Les Dents de la mer n'est pas un film d'horreur. En effet, ce qui semble effrayant n'est pas un problème pour Chad Sinden, un moniteur de plongée établi aux Bahamas, il confie:

L’article