DE | FR
Quand j'étais enfant, j'avais une image «propre» du lait. On ne parlait pratiquement pas du bien-être animal et du climat.
Quand j'étais enfant, j'avais une image «propre» du lait. On ne parlait pratiquement pas du bien-être animal et du climat.
photo: jennifer zimmermann
Mme durabilité

Enfant, je buvais des litres de lait – pourquoi ce n'est plus le cas

Le lait était omniprésent durant mon enfance: dans le muesli au petit-déjeuner et dans un grand verre lors des repas principaux. Jusqu'à mon adolescence, je ne pensais pas à la manière dont il se retrouvait là, ni si les vaches et les veaux étaient bien traités. «Madame Durabilité» se souvient de son enfance à la campagne, à une époque où elle appréciait encore le goût du lait.
17.09.2021, 11:3517.09.2021, 17:29
Jennifer Zimmermann
Jennifer Zimmermann
Suivez-moi
Contenu en partenariat avec le WWF
Ce blog est le résultat d’un partenariat avec le WWF. Les articles sont rédigés par Jennifer Zimmermann, journaliste indépendante.

Jennifer est (principalement) végétarienne, se douche (trop) souvent (trop) longtemps et s’arrête (presque) toujours pour fouiller les caisses portant la mention «Gratuit», posées sur les trottoirs de sa ville, au grand désarroi de certains membres de sa famille. Sous le nom «Mme Durabilité», elle abordera à l’avenir les thèmes qui nous concernent tous (en principe), pour le compte du WWF. Si vous souhaitez en savoir plus sur votre côté durable, répondez aux questions du calculateur d’empreinte écologique.

Ce contenu n’a pas été payé.

Pour beaucoup, le lait fait partie de l'image de la Suisse au même titre que le chocolat et le fromage. Enfant, il faisait également partie de mon quotidien. J'en buvais de grandes quantités. Le lait, et j'entends par là uniquement le lait de vache (voir l'encadré ci-dessous: Que peut-on appeler «lait»?), est quelque chose de bien suisse et il est aussi profondément ancré dans la vie des Américains. Etant moi-même fille d'un Davosien et d'une Américaine, c'est peut-être pour cela que j'en ai bu d'autant plus. Durant mon année d'échange aux Etats-Unis, mon image s'est confirmée: à la cantine, nous avions tous les jours un carton de lait à disposition pour le repas de midi. Comme dans les films. L'objectif? Que nous devenions tous grands et forts! Et pour cela, nous avions besoin de calcium et d'autres nutriments fournis par le lait.

Le lait est-il le seul ou le meilleur choix, qu'en est-il du climat et du bien-être des animaux? Ces questions sont complexes. Celle de l'empreinte CO2 fera l'objet de mon prochain article. Je donne ici exclusivement ma vision des choses. Voici donc mes souvenirs d'enfance autour du lait et comment mon opinion sur le lait a évolué au fil des ans.

Que peut-on appeler «lait»?
Le nom des produits de substitution du lait n'a absolument rien à voir avec leur équilibre écologique ou le bien-être des animaux. Néanmoins, les gens aiment s'énerver sur le nom que ces produits devrait – ou ont le droit de – porter. Pour clarifier ce point une fois pour toutes: seul le lait de vache peut être appelé «lait». L'ordonnance suisse sur les denrées alimentaires stipule: «Le lait est le produit complet de la traite d’une ou de plusieurs vaches régulièrement traites. Le lait provenant d’autres mammifères que la vache doit être désigné comme tel». C'est pourquoi on précise à chaque fois le lait «de brebis» ou le lait «de chèvre». Les substituts végétaux au lait sont généralement appelés «boissons» et ne peuvent pas être étiquetés comme du lait. Dans le langage courant, toutefois, beaucoup parlent de «lait» de soja, d'amande, d'avoine, etc. au lieu de «boissons à base de X».

Des vaches heureuses et les visites du camion de lait

Enfants et parents se rassemblaient autour du véhicule dès que la cloche retentissait. Les premiers achetaient des tranches au lait, les seconds remplissaient leurs bidons métalliques de lait frais provenant directement de la ferme. Le camion de lait était clairement un succès et la douceur des tranches au lait reste encore aujourd'hui dans mon palais.

J'ai grandi à 30 minutes de Zurich dans un hameau agricole. Nous étions au milieu de la nature, des forêts, des champs de maïs et de céréales, des vergers de pommiers, et il y avait toujours beaucoup de vaches qui broutaient paisiblement dans des prairies verdoyantes. Le tintement constant de leurs cloches constituait le paysage sonore apaisant de mon enfance. L'odeur du fumier était parfois répugnante, mais complétait ce cadre idyllique de campagne où les animaux et les hommes vivaient en harmonie.

Cette vache a-t-elle un message à nous transmettre?
Cette vache a-t-elle un message à nous transmettre?
photo: jennifer zimmermann

Je ne savais en revanche pas s'il y avait des fermes biologiques dans le village, ni même ce qu'était le «bio». Je ne me souviens pas non plus si les vaches avaient des cornes ou non. Ce dont je me souviens, c'est d'avoir reçu une décharge par la clôture électrique qui entourait les vaches. Ou quand une personne qui a touché la clôture a pris les autres par la main pour qu'ils ressentent l'électricité beaucoup plus fort. Bref, les joies d'une enfance à la campagne :)

Mais revenons aux cornes: dans mon imaginaire d'enfant, peut-être que seuls les mâles portaient des cornes, et pas les femelles? Je pensais aussi que les vaches donnaient toutes du lait, sans me demander pourquoi. Et les petits veaux étaient heureux aussi. Mais tiens, bizarre, je ne les voyais pas souvent dans le pâturage avec leur mère et le troupeau. Plus je grandissais, plus j'avais de questions...

Des veaux à l'étroit

J'ai remarqué que dans certaines fermes, les veaux étaient gardés dans de petits boxes igloo en plastique. Seuls et dans un espace si étroit qu'ils pouvaient à peine tourner sur eux-mêmes. Ils me regardaient avec curiosité de leurs grands yeux aux longs cils. Lorsque je m'approchais d'eux pour les caresser, ils me poussaient avec leur nez doux et humide et léchaient ma main. Ou bien ils disparaissaient, timides, dans leur box beige.

Ces veaux disposent de très peu d'espace et d'un peu de paille dans leur box. Au moins ils sont deux...
Ces veaux disposent de très peu d'espace et d'un peu de paille dans leur box. Au moins ils sont deux...
photo: jennifer zimmermann

Quand j'ai eu treize ans, les grandes questions sont apparues. Il n'était plus seulement question de cornes, de lait et de veaux, mais aussi de viande et de LA question: comment les animaux sont-ils abattus? J'ai surfé sur Internet et je suis rapidement tombée sur des rapports détaillés à propos des abattoirs. Sur le transport jusqu'à l'abattoir, qui peut être très long. Sur la peur des animaux en attendant de mourir. Sur la façon dont ils sont tués. Sur le fait qu'ils souffrent. Et tout ça pour une bouchée de viande dans notre assiette. Un plaisir qui se termine au bout de dix minutes. Le hamburger et la mauvaise conscience (?) ne pèsent que sur l'estomac. Ado, je suis devenue végétarienne pendant une longue période.

Mais je ne pensais pas à la production de lait, de fromage et tout le reste. Je ne voyais aucun lien ou parallèle avec la consommation de viande. Ce n'est que des années plus tard que j'ai pris conscience des effets sur les animaux et le climat. Je ne savais pas que les vaches sont généralement inséminées de force, que les veaux leur sont généralement retirés peu de temps après et que le lait ne nous est pas destiné. Mais contrairement à certains Américains, j'ai compris très tôt que le lait ne sortait pas d'un carton.

Boire du lait en ayant bonne conscience, c'est possible?
Boire du lait en ayant bonne conscience, c'est possible?
photo: jennifer zimmermann

Casse-tête et mon cheminement vers les boissons à base de plantes

Lait, viande, produits laitiers d'un côté, bien-être animal et climat de l'autre: j'avais la tête qui tournait et je l'ai toujours. Quels sont les types d'élevage et labels concernant les animaux? Que signifient-ils? Quelles sont les causalités à prendre en compte dans la réflexion sur le climat et les animaux? La question étant très complexe, il ne sert à rien de diaboliser l'ensemble de l'industrie ou de faire des généralités. Et de toute façon, les extrêmes qui se montrent du doigt les uns les autres compliquent les choses.

«Comment faire au mieux?!»

Ces dernières années, je suis passée presque exclusivement à la boisson au soja. Ma motivation de base: elle reste fraîche plus longtemps, ce qui est particulièrement important dans un ménage composé d'une seule personne. J'ai également l'impression que mon corps tolère mieux les boissons à base de plantes. Cela me donne aussi une meilleure conscience envers les animaux et l'environnement. S'il n'y a pas d'alternatives au lait dans le café, je continue de temps à autre à boire du lait de vache dans mon cappuccino, à titre exceptionnel.

Je continue à consommer beaucoup de produits laitiers. Du fromage, rarement du beurre, occasionnellement du yogourt à base de lait de vache. Mais j'aime aussi essayer les alternatives au fromage et je préfère maintenant les yogourts au soja et à la noix de coco. Notamment parce qu'ils contiennent moins de sucre. Vous voyez, je ne suis pas aussi cohérente que je voudrais l'être. Il me faut souvent un temps fou pour faire mes courses, car je reste bloquée devant les rayons sans savoir quelle est l'option la plus durable. Je fais de mon mieux. Je me demande si c'est suffisant... La conclusion de chaque article de «Madame Durabilité» pourrait être: Mon «mieux» peut toujours être optimisé... ce qui peut démotiver, exaspérer ou donner un sentiment d'impuissance. J'essaie de rester curieuse, de tenter de nouvelles choses et d'éprouver du plaisir à le faire. Est-ce aussi votre cas?

Et vous, que buvez-vous et pourquoi? Vos idéaux et vos goûts ont-ils changé au fil des années?

Le gala du MET 2021

1 / 12
Le gala du MET 2021
source: sda / justin lane
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Pass sanitaire dans les restaurants, Jour 1: le verdict

Plus d'article sur le thème «Société»

Armée suisse: les femmes auront des sous-vêtements à leur taille

Link zum Artikel

5 chiffres qui en disent long sur la masturbation féminine

Link zum Artikel

Le monde de la danse favorise-t-il le harcèlement sexuel? «Ça dépend»

Link zum Artikel

Le monde va mal, vous n'arrivez plus à vous projeter? C'est normal

Link zum Artikel

Don de sperme: les parents sont-ils transparents avec leurs enfants?

Link zum Artikel

«Nous affirmons que l’immigration est un problème pour les femmes»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Mme durabilité

2,8 millions de tonnes de denrées sont jetées en Suisse. Un gaspillage inutile

L'association «Mehr als zwei» a fait de la lutte contre le gaspillage alimentaire son cheval de bataille. Nous avons parlé avec sa présidente Olivia Menzi des objectifs et valeurs de l'association, et lui avons demandé où elle trouve l'énergie pour s'attaquer à un problème qui paraît insurmontable.

Pour bien commencer sa journée, Olivia Menzi a besoin de 1,5 tonne de bananes. Je l'entends rire au téléphone quand elle me raconte ce qui s'est passé ce matin-là. «Un grand détaillant suisse nous a un jour demandé si nous avions des preneurs pour 1,5 tonne de bananes en trop», explique la présidente de l'association «Mehr als zwei». L'objectif de l'association pour le cycle de projet 2019-2023: traiter de manière raisonnable les denrées excédentaires et ainsi réduire le gaspillage alimentaire.

1,5 …

Lire l’article
Link zum Artikel