DE | FR

Elle tue son mari, pourtant 700 000 Français veulent son acquittement

Valérie Bacot femmes violences conjugales France procès féminicide assassinat

Valérie Bacot, accusée d'avoir tué son mari bourreau, arrive à son procès le lundi 21 juin 2021. Image: twitter

Valérie Bacot est jugée pour avoir tué son mari, qui la maltraitait et la prostituait depuis des années. En France, l'opinion publique lui donne raison.



Depuis janvier, plus de 700 000 personnes ont déjà signé une pétition en faveur de l'acquittement de Valérie Bacot, un record. Elle est actuellement jugée pour avoir assassiné son mari bourreau.

L'affaire rappelle celle de Jacqueline Sauvage, condamnée puis graciée par l'ancien président François Hollande, pour avoir tué son époux violent.

Rappel des faits

Un procès à dimension politique

Hautement médiatisé, car symbole des violences conjugales et des trop nombreux cas féminicides à travers l'Hexagone, le procès de la mère de quatre enfants a commencé mardi. La Française, âgée aujourd'hui de 40 ans, encourt la prison à perpétuité.

L'opinion publique, tout comme certains membres du monde politique, affichent clairement leur soutien, demandant l'acquittement de l'accusée.

Le tweet de soutien de l’ancienne ministre aux Droits des femmes:

Pour expliquer son geste, l'accusée a décidé de raconter sa vie sous emprise, ainsi que l’enfer de son quotidien, dans un livre intitulé «Tout le monde savait». L'ouvrage a déjà été vendu à 20 000 exemplaires. (jch)

Viol en Suisse: le projet de loi qui fâche

Plus d'articles sur les femmes

«C'est une mal baisée!»: ce 14 juin, elles dénoncent le sexisme en politique

Link zum Artikel

La nouvelle définition suisse du viol, jugée «trop légère»?

Link zum Artikel

Bilan «misérable» pour la grève des femmes

Link zum Artikel

Les femmes devront travailler jusqu'à 65 ans

Link zum Artikel

Les femmes en font toujours 50% de plus que les hommes

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

Dieudonné ne se présente pas devant la justice genevoise

L'humoriste français est jugé pour discrimination raciale après avoir mis des propos révisionnistes dans la bouche de l'un de ses personnages, dans un spectacle à Nyon et Genève.

Le procès de Dieudonné, qui devait se tenir vendredi à Genève, a été reporté. En tournée en France, l'humoriste, qui est notamment poursuivi pour discrimination raciale, ne s'est pas présenté devant le Tribunal de police. La présidente Sabina Mascotto a refusé de juger le prévenu par défaut. La nouvelle date pour la tenue du procès a été fixée au 5 juillet.

Selon l'acte d'accusation, Dieudonné est notamment jugé pour avoir fait dire à un personnage de son spectacle «En vérité», lorsqu'il …

Lire l’article
Link zum Artikel