DE | FR

34 femmes portent plainte contre Pornhub

Image: Shutterstock
Une plainte a été déposée en Californie par 34 femmes qui accusent le site d'avoir mis en ligne des vidéos où elles sont victimes de viol et autres abus sexuels. Certaines, mineures au moment des faits.
18.06.2021, 08:1718.06.2021, 16:48

Pornhub est dans la tourmente. 34 plaignantes accusent le site pornographique et sa maison-mère MindGeek, l'un des géants mondiaux de l'Internet pour adultes, d'être «une entreprise criminelle classique». Pour eux, le modèle économique repose sur l'exploitation à des fins financières de contenu sexuel non consensuel. Les plaignantes réclament des dommages-intérêts.

«Il s'agit d'une affaire qui porte sur des viols, pas sur la pornographie»
Les avocats des 34 plaignantes

Des vidéos publiées à leur insu

Parmi les plaignantes, qui résident aux Etats-Unis ou à l'étranger, toutes sauf une ont souhaité rester anonymes. Quatorze d'entre elles disent avoir été mineures au moment des faits et être à ce titre victimes de la traite sexuelle des enfants.

Elles reprochent à Pornhub d'avoir tiré profit des vidéos ayant été mises en ligne à leur insu et donc sans leur consentement. Elles réclament des dommages et intérêts pour les préjudices subis.

De la pédopornographie?

Serena Fleites, qui s'est déjà exprimée publiquement dans la presse, est la seule plaignante à être citée nommément. En 2014, elle avait appris qu'une vidéo, sexuellement explicite, que son petit ami l'avait contrainte à réaliser, alors qu'elle était âgée de 13 ans seulement, avait été placée sur Pornhub.

Malgré le titre, faisant sans ambiguïté référence à une «brunette de 13 ans», la vidéo était demeurée en ligne jusqu'à ce que l'adolescente, se faisant passer pour sa mère, ne demande à Pornhub de la retirer. La plateforme avait mis plusieurs semaines à s'exécuter, laissant largement le temps à la vidéo d'être diffusée, déplore la plainte.

Pornhub s'était déjà retrouvé dans la tourmente l'an dernier après la publication d'un article du New York Times, l'accusant d'héberger des vidéos pédopornographiques et de viols, ce qu'il avait déjà démenti. (ats)

Ce 14 juin, elles dénoncent le sexisme en politique

Plus d'articles sur les femmes

«C'est une mal baisée!»: ce 14 juin, elles dénoncent le sexisme en politique

Link zum Artikel

La nouvelle définition suisse du viol, jugée «trop légère»?

Link zum Artikel

Bilan «misérable» pour la grève des femmes

Link zum Artikel

Les femmes devront travailler jusqu'à 65 ans

Link zum Artikel

Les femmes en font toujours 50% de plus que les hommes

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Au Québec, le ministère de la Santé fait une sacrée pub à... Pornhub
L'incident, qui n'a pas échappé aux internautes, a entraîné de nombreuses réactions, entre amusement, moquerie et agacement.

Le ministère de la Santé du Québec s'est excusé jeudi après avoir diffusé un tweet mettant à jour l'évolution des cas de Covid-19 dans la province canadienne, avec un lien qui renvoyait par erreur vers le site pornographique Pornhub. Des vérifications étaient en cours:

L’article