DE | FR

«Ce n'est pas une guerre, c'est un génocide»: Les rues européennes derrière la Palestine

A demonstrator holds a Palestinian flag during a banned protest in support of Palestinians in the Gaza Strip, in Paris, Saturday, May, 15, 2021. Marches in support of Palestinians in the Gaza Strip were being held Saturday in a dozen French cities, but the focus was on Paris, where riot police got ready as organizers said they would defy a ban on the protest. (AP Photo/Rafael Yaghbozadeh)

Des milliers de personnes ont commencé à se rassembler samedi à Paris, Madrid, Londres, Bruxelles ou encore Genève, en appui à la cause palestinienne.



Genève

A l'appel du Collectif Urgence Palestine, 300 personnes se sont rassemblées samedi à Genève, pour soutenir le peuple palestinien, alors que les affrontements entre l'armée israélienne et le mouvement islamiste Hamas s'intensifient au Proche-Orient.

Les manifestants ont dénoncé la politique israélienne à l'encontre des Palestiniens, traitant l'Etat hébreu d'assassin et de criminel. Une intervenante a rappelé qu'en 1948, il y a 73 ans, s'est produite la «Nakba», la «catastrophe» en arabe, au cours de laquelle 700 000 Palestiniens ont été chassés de leurs terres.

Paris

«Parce que nous refusons de taire notre solidarité avec les Palestiniens, et que l'on ne nous empêchera pas de manifester, nous serons présents à 15h00» samedi, avait lancé l'Association des Palestiniens en Ile-de-France, ainsi qu'une petite trentaine d'autres organisations, malgré l'interdiction de manifester dans la capitale française prise jeudi soir à la demande du ministre de l'Intérieur, Gérald Darmanin, pour des «risques de troubles».

Il a été mis en avant le précédent de 2014, lorsqu'une manifestation pro-palestinienne à Paris avait dégénéré en violences urbaines. Les organisateurs ont tenu une conférence de presse en tout début d'après-midi pour réaffirmer leur «solidarité» alors que, dans les territoires palestiniens, «le massacre continue».

1 / 9
Manifestations européennes en soutien à la Palestine
source: epa keystone / martial trezzini
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

«La France est le seul pays démocratique à interdire ces manifestations», ont protesté les avocats de l'Association des Palestiniens en Ile-de-France. La manifestation était au départ prévue pour commémorer la «Nakba», la «catastrophe», qu'a constitué l'exode de centaines de milliers de Palestiniens à la création d'Israël en mai 1948.

D'autres manifestations ont été interdites, comme à Nice ou à Aubervilliers et Montreuil en Seine-Saint-Denis. En revanche, des manifestations ou rassemblements ont été autorisés à Toulouse, Montpellier, Lyon, Bordeaux, Marseille, Nantes, Rennes, Strasbourg, Lille, Metz ou encore Saint-Etienne.

Madrid

En Espagne, environ 2500 personnes ont défilé dans le calme dans le centre de Madrid. Les manifestants scandaient «Ce n'est pas une guerre, c'est un génocide!» et brandissaient des pancartes barrées de slogans tels que «Le silence des uns est la souffrance des autres» ou «Jérusalem capitale éternelle de Palestine».

«Nous demandons à l'Espagne et aux autorités européennes de ne pas collaborer avec Israël, car elles collaborent par leur silence» sur les violences en cours au Proche-Orient, a expliqué pour sa part Ikhlass Abousousiane, 25 ans, infirmière d'origine marocaine comme de nombreux participants à la manifestation.

Londres

Plusieurs milliers de personnes se sont également rassemblées dans le centre de Londres, appelant le gouvernement britannique à intervenir pour faire cesser l'opération militaire israélienne.

Les manifestants se sont rassemblés à la mi-journée à Marble Arch, à côté de Hyde Park, d'où ils se sont dirigés vers l'ambassade d'Israël, de l'autre côté du parc, brandissant des drapeaux palestiniens et des pancartes demandant de «libérer» les territoires palestiniens.

Bruxelles

En Belgique, quelque 3000 personnes manifestaient à Bruxelles pour commémorer les 73 ans de la «Nakba» et dénoncer les exactions de l'armée israélienne.

La Haye

Et aux Pays-Bas, plusieurs centaines de manifestants, certains enveloppés de drapeaux palestiniens, se sont rassemblés sur deux places de La Haye. (ats/blg/afp/anp)

Les affrontements en Israël

1 / 15
Les affrontements en Israël
source: ap / khalil hamra
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles «International»

L'Italie ordonne la vaccination à ses soignants

Link zum Artikel

Les témoins du meurtre de George Floyd racontent l'horreur

Link zum Artikel

Le Royaume-Uni semble s'être débarrassé de l'hésitation vaccinale

Link zum Artikel

L'Etat de New York légalise la weed

Link zum Artikel

En Biélorussie, l'opposition appelle à nouveau à manifester

Link zum Artikel

5 questions que pose le fameux passeport vaccinal

Link zum Artikel

L'homosexualité reste un «péché» pour le Vatican

Link zum Artikel

Le vaccin local sera nécessaire pour entrer en Chine

Link zum Artikel

La Suisse aussi prend des risques avec la vaccination

Link zum Artikel

L'Europe met fin à la fuite de l'indépendantiste catalan Puigdemont

Link zum Artikel

Licenciements chez Swiss: «On s'y attendait»

Link zum Artikel
Montrer tous les articles

L'escalade militaire entre le Hamas et Israël s'intensifie

C'est la pire flambée de violence entre Israël et le Hamas depuis des années, et ne semble pas vouloir s'arrêter. Aux roquettes palestiniennes, l'armée israélienne répond avec un déluge de feu sur la bande de Gaza.

Le Hamas a d'abord tiré mardi soir un barrage de roquettes vers Tel-Aviv, après la destruction complète d'un immeuble d'une douzaine d'étages dans le centre de la ville de Gaza, dans lequel des ténors du mouvement avaient leurs bureaux.

Le mouvement armé a également annoncé tirer 100 missiles vers Beersheva, ville du sud où les sirènes d'alarme ont retenti, comme à Tel-Aviv. Au total, ces attaques ont fait cinq morts et des dizaines de blessés du côté israélien.

De l'autre côté, les attaques …

Lire l’article
Link zum Artikel