DE | FR
Bild

Image: shutterstock / watson

Êtes-vous normaux? Ce scanner en ligne vous le dit

Il est des questions existentielles qui méritent qu'on s'y arrête. A quel point est-on normal, par exemple. Mais qu'est-ce que la norme? C'est un autre débat. Lisez.



C'est vrai, ça, à quel point est-on normal? «How normal am I», c'est le nom de ce truc chelou cette intelligence artificielle. La webcam scanne notre minois et donne un pourcentage de normalité. «C'est nouveau?», me demande-t-on. Non, mais c'est assez bizarre pour qu'on en parle. #mauvaisefoi

Selon le communiqué de «How normal am I», les algorithmes évaluent notre beauté, notre âge, notre sexe, nos émotions, notre indice de masse corporelle et même notre espérance de vie. Je vous avais dit que c'était bizarre, on se croirait dans un épisode de Black Mirror.

Je vous colle ça là, mais continuez à lire, hein.

On nous explique que Tinder, par exemple, utilise ces scores de beauté pour faire matcher des personnes qui devraient matcher, tandis que l'Indice de masse corporelle (IMC), calculé à partir d'une photo, est utilisé par les assurances maladie. Vous commencez à flipper? C'est normal (à 78%).

On a voulu savoir où on se situait, même si on a un peu hésité. Va-t-on offrir en pâture les détails de nos faciès sur internet? Le site précise que même si l'accès à la caméra est nécessaire, aucune donnée n'est collectée.

Vous voulez essayer? Cliquez sur la licorne 🦄

Ma collègue Marie obtient 67%, «normale dans la moyenne». Guillaume, lui, l'est à 42%. L'intelligence artificielle (IA) sait flatter les gens pas normaux différents, en les gratifiant d'un «assez étrange, d'une manière sexy».

Bild

Image: captures d'écran

Le communiqué raconte encore que le projet peut aider la société à remettre en question la fiabilité de ces outils. «Par exemple, la prédiction d'âge peut être manipulée en bougeant votre visage». Ah ouais? Je la tente. Deux tests, deux résultats différents. Bim.

«Normale dans la moyenne» et «violemment normale». Sais pas comment le prendre.

Bild

Image: captures d'écran

Loin d'être un simple test à la con, «How normal am I» est soutenu par l'Union européenne (UE). Il a été imaginé par Tijmen Schep, un artiste néerlandais lié à Sherpa, un projet de recherche européen chargé de mettre en évidence les problèmes les plus graves, que l'IA pourrait créer d'ici 2025.

Un peu comme dans Black Mirror, quoi, c'est pas encore vraiment la vraie vie, mais ça pourrait le devenir. Et ça fait flipper.

Redescendons sur terre avec un truc bien terre à terre (ça fait beaucoup de fois «terre», bref).

Vidéo: watson

Ça, ça n'a aucun rapport, mais c'est sympa.

Vidéo: watson

Enfin, voici des toilettes bizarres.

1 / 15
Toilettes improbables
source: reddit
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Plus d'articles sur le thème «Divertissement»

C'est l'heure des fails! En voici 19 pour se mettre en joie 🥰

Link zum Artikel

10 trucs à dire pour énerver les fans de Koh-Lanta

Link zum Artikel

Instagram vs réalité: 9 influenceuses qui abusent

Link zum Artikel

L'amitié entre animaux, c'est possible! La preuve avec ces 25 photos

Link zum Artikel

Logiciel espion: la Suisse ne veut rien dire sur la technique utilisée

Les autorités suisses restent muettes sur la technologie utilisée pour surveiller les criminels et les terroristes. Selon la NZZ, il s'agirait du logiciel Pegasus.

On ne saura pas quels programmes informatiques spéciaux la Suisse utilise pour surveiller les criminels et les terroristes. Contacté par Keystone-ATS, l'Office fédéral de la police (Fedpol) ne donne aucune information sur la technologie utilisée ou les fabricants. Les raisons invoquées? Tactique d'enquête et dispositions contractuelles.

Selon la NZZ de samedi, les autorités suisses ont utilisé le logiciel de surveillance controversé Pegasus de la société israélienne NSO Group au moins en …

Lire l’article
Link zum Artikel