DE | FR
Joe Biden

Image: Keystone/Shutterstock

Les trois défis de Joe Biden pour le sommet climatique

Jeudi, Joe Biden mènera son premier sommet climatique. Si le président américain compte mettre la pression aux pays les plus polluants du monde, il sera lui aussi attendu au tournant sur ses propres engagements. Voici les plus importants.



Après le désengagement ostensible de Donald Trump, Joe Biden marque un retour en force sur la question climatique. Avec ce sommet, organisé en ligne avec 40 chefs d'Etats, le nouveau président des Etats-Unis entend faire mieux que ses prédécesseurs pour sauver la planète du réchauffement climatique.

Appeler les pays à réduire la quantité de CO2

Les Etats-Unis, la Chine, l'Union européenne et l'Inde sont les quatre premiers émetteurs de gaz à effet de serre. La Maison-Blanche encourage une action mondiale pour éviter que la température mondiale moyenne dépasse les 1,5 °C. Les Etats-Unis veulent montrer l’exemple et devraient confirmer une diminution de leurs émissions de CO2 de 48% à 50%.

A lire aussi: «La planète a enregistré un record de chaleur en 2020»

À titre de comparaison, les Etats-Unis sous Barack Obama avaient promis de réduire les émissions liées au réchauffement de la planète de 26% à 28%.

Si le Japon, la Corée du Sud et le Canada ont indiqué qu'ils étaient prêts à s'engager à réduire davantage leurs émissions, l’Afrique du Sud et l’Inde ne semblent pas vouloir proposer d’objectifs climatiques ambitieux. Récemment, le Brésil a promis à Joe Biden vouloir protéger l’Amazonie. Le Japon pourrait quant à lui mettre fin à son soutien financier aux centrales de charbon à l’étranger.

Pousser la Chine à des actions concrètes

Malgré de vives tensions bilatérales, les Etats-Unis et la Chine vont profiter du Sommet pour officialiser leur collaboration sur le climat. Dans une déclaration commune publiée dimanche, Pékin a confirmé sa participation au sommet de cette semaine et les deux parties ont convenu de discuter «d'actions concrètes dans les années 2020 pour réduire les émissions».

«Nous ne pouvons pas régler cette crise climatique sans que la Chine soit à la table des négociations»

John Kerry, envoyé spécial américain pour le climat

A noter que Washington et Pékin restent toujours opposées sur de nombreux sujets, notamment sur la politique de ce dernier vis-à-vis de Taïwan, sur le traitement des musulmans ouïghours dans le Xinjiang (Chine) ou encore sur le commerce. Ces questions devraient être débattues durant le sommet.

A lire aussi: «Pour les États-Unis, la Chine menace "la stabilité mondiale"»

Stimuler les technologies écologiques

Développer «les industries de l'avenir». C'est ainsi que la Maison-Blanche présente sa volonté d'inclure les technologies vers une transition écologique plus verte. Une décision qui a récemment convaincu Apple, Google et Facebook. Lesquels, à l’approche du sommet international, ont fait des annonces pour lutter contre le changement climatique, dont:

A lire aussi: «Des pirates chinois chassent les Ouïghours sur Facebook»

En Afrique du Sud, l'incendie au Cap, en images

1 / 12
En Afrique du Sud, l'incendie au Cap, en images
source: sda / nic bothma
Share on FacebookShare on TwitterShare via WhatsApp

Musique fabriquée avec des toiles d'araignées

Plus d'articles concernant les Etats-unis

Les confidences du fils sulfureux de Joe Biden agitent les Américains

Link zum Artikel

Les Etats-unis évoquent un boycott des JO de Pékin

Link zum Artikel

Que penser des 65 premiers jours du Président Biden

Link zum Artikel

Un rapport de l'OMS sème le trouble entre la Chine et les USA

Link zum Artikel

A Shanghai, les Etats-unis et la Chine s'unissent pour le climat

La Chine et les États-Unis sont convenus que des engagements plus forts pour lutter contre le changement climatique devraient être introduits avant un nouveau cycle de négociations internationales à la fin de l'année.

La déclaration a été faite après une réunion entre l'envoyé chinois pour le climat, Xie Zhenhua, et son homologue américain, John Kerry, à Shanghai.

John Kerry est arrivé à Shanghai dans la nuit de mercredi à jeudi, témoigne le China Daily, dans le cadre des protocoles stricts du COVID-19 et a été transféré dans un hôtel isolé non ouvert au public. Il s'est ensuite rendu à Séoul.

Son arrêt à Shanghai était la première visite de haut niveau en Chine d'un responsable de l'administration Biden …

Lire l’article
Link zum Artikel