DE | FR

Les Etats-Unis reprochent à l'Inde de soutenir Poutine face à l'Ukraine

Le président Joe Biden s'entretient virtuellement avec le premier ministre indien Narendra Modi, dans l'auditorium South Court sur le campus de la Maison Blanche à Washington.
Le président Joe Biden s'entretient virtuellement avec le premier ministre indien Narendra Modi, dans l'auditorium South Court sur le campus de la Maison Blanche à Washington.Image: sda
Jusqu'ici, le gouvernement de Narendra Modi s'est gardé de condamner ouvertement l'invasion russe, et de se joindre aux votes en ce sens à l'ONU.
12.04.2022, 04:4312.04.2022, 07:02

Joe Biden et Narendra Modi ont eu lundi un échange virtuel «franc», mais qui ne semble pas avoir permis de rapprocher les positions face à la guerre en Ukraine. Ce sujet déstabilise la relation entre l'Inde et les Etats-Unis:

«Il est important que tous les pays, notamment ceux qui ont une influence» sur le président russe Vladimir Poutine, le «pressent de mettre un terme à la guerre. Et il est aussi important que les démocraties parlent d'une seule voix pour défendre les valeurs que nous partageons».
Le chef de la diplomatie américaine, Antony Blinken

Conversation «chaleureuse» mais «franche»

Lors de son échange avec Joe Biden, le Premier ministre indien s'est borné à qualifier la situation en Ukraine de «très préoccupante», rappelant son soutien aux négociations russo-ukrainiennes que Washington observe de son côté avec scepticisme.

Pressé de questions sur cette absence de condamnation, le chef de la diplomatie indienne, S. Jaishankar, n'a pas caché une pointe d'agacement:

«Merci pour vos conseils et suggestions, mais je préfère faire à ma manière»

Et alors que, selon la Maison Blanche, le président américain a prévenu qu'il ne serait pas «dans l'intérêt de l'Inde d'accélérer» ses importations d'énergie russe - ce qui viendrait compenser en partie la réduction des achats occidentaux -, le ministre indien a été tout aussi cinglant:

«Nos achats sur un mois sont probablement inférieurs à ceux de l'Europe en un après-midi»

La conversation de près d'une heure entre Joe Biden et Narendra Modi a ainsi été «chaleureuse» mais surtout «franche», selon une haute responsable de la Maison Blanche, qui a utilisé à plusieurs reprises cet adjectif traduisant, en langage diplomatique, une certaine tension.

Partenariat «crucial»

A défaut de gagner cet allié-clé à sa cause, Washington semble donc multiplier les gages d'amitié pour éviter qu'il ne glisse progressivement dans le camp russe, qui le courtise aussi. Au début de la réunion virtuelle, Joe Biden a vanté la «profonde connexion» entre les deux pays et, face à un grand écran sur lequel apparaissait Narendra Modi, exprimé son souhait de «poursuivre» les «étroites consultations» sur l'Ukraine.

«C'est un moment important dans les affaires mondiales et je pense qu'en conséquence, ce partenariat est encore plus crucial et vital»
Antony Blinken

Les Etats-Unis, conscients de la dépendance de l'Inde face à la Russie en matière d'équipements militaires sur fond de liens étroits hérités de la Guerre froide, savent qu'ils ne peuvent pas la brusquer publiquement. Dès lors, après avoir affirmé, au début de la guerre, que tout pays devait clairement prendre position, le gouvernement américain fait mine de se montrer compréhensif face à la prudence indienne - alors même qu'il a plus clairement haussé le ton contre la Chine.

«Propres décisions»

«L'Inde doit prendre ses propres décisions face à ce défi», a commenté Antony Blinken, sans la critiquer frontalement. Il a au contraire reconnu qu'elle avait «condamné le meurtre de civils» en Ukraine tout en lui «fournissant une aide humanitaire importante».

De même, il a souligné à plusieurs reprises que si les relations indo-russes étaient beaucoup plus anciennes que celles entre Washington et New Delhi, ces dernières se développaient maintenant à grande vitesse.

En désaccord sur la guerre elle-même, les dirigeants américain et indien ont donc mis l'accent sur leur volonté commune d'en atténuer les effets sur l'économie mondiale, et sur les autres terrains d'entente, avec notamment la signature d'un accord de coopération sur l'espace. (ats/jch)

Ailleurs sur la planète: Un pilote de kart russe fait un salut nazi sur un podium

Plus d'articles récents sur la guerre en Ukraine

Le monde court à la famine et c'est à cause de la guerre en Ukraine

Link zum Artikel

«Pour les Russes, Boutcha était un moyen de montrer qui est le plus fort»

Link zum Artikel

Sanctions contre les Russes: Parmelin accusé de laxisme

Link zum Artikel

«On ne s’en sort pas indemne», le reporter RTS à Boutcha raconte son travail

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Droit à l'avortement révoqué: le monde du sport est triste et en colère
La révocation du droit à l'avortement décidée vendredi par la Cour suprême constitue «une triste journée pour les Etats-Unis», a déploré l'ancienne championne de tennis et militante Billie Jean King. Un sentiment partagé par de nombreuses personnalités du sport américain.

«La Cour suprême a révoqué l'arrêt 'Roe v. Wade', qui protège depuis près de 50 ans le droit à l'avortement. Cette décision ne mettra pas fin à l'avortement. Ce à quoi elle mettra fin, c'est l'accès sûr et légal à cette procédure médicale vitale», a fustigé l'icône du mouvement pour l'égalité des sexes dans le sport et la défenseure des droits des femmes, Billie Jean King.

L’article