DE | FR
Le débat de l'entre-deux-tours, en 2017.
Le débat de l'entre-deux-tours, en 2017.Image: EPA AFP POOL
Présidentielle 2022

Les préparatifs délicats du débat de l'entre-deux tours

Passage sacré et (presque) obligé de la présidentielle, le débat de l'entre-deux nécessite une préparation minutieuse. D'autant qu'il faut composer avec les exigences de chacun. On vous fait le tour des désidératas des camps et comment se présente ce moment clé de l'élection, diffusé demain soir.
19.04.2022, 18:3920.04.2022, 08:24
Suivez-moi

C'est LE moment attendu de l'entre-deux tours. Un moment crucial, capable de faire basculer l'élection en faveur de l'un ou l'autre des prétendants au titre suprême. Rendez-vous télévisuel diffusé simultanément par quatre chaînes nationales, scruté par des millions de téléspectateurs, décrypté et débattu après-coup par une flopée d'experts. On parle bien sûr du débat du second tour.

Tradition depuis 1974 - à la seule exception de 2002, où Jacques Chirac avait refusé de débattre avec le candidat du Front national Jean-Marie Le Pen -, le débat présidentiel requiert une organisation à la mesure de l'importance de l'évènement. Le moindre détail est fignolé plusieurs jours, voire plusieurs semaines à l'avance: décorum, habillage, thèmes... Au point que même la température ou les couleurs du décor font l'objet d'intenses discussions.

Entre les exigences des uns et des autres, les modalités font parfois l'objet de vives polémiques. Voici celles de ce cru 2022.👇

Les exigences des médias

Quelques règles précises de mise en scène n'ont pas changé depuis le débat présidentiel de 1981, quand François Mitterrand était en face de Valéry Giscard d'Estaing. En voici quelques-unes:

  • Les deux journalistes qui animent le débat ne sont autorisés qu'à faire respecter les temps de parole et à veiller au bon déroulement de la discussion. Ils n'ont pas le droit de poser des questions.
  • En revanche, toute question posée par un candidat doit transiter par les présentateurs.
  • Le réalisateur du débat est encadré par deux assistants, lesquels sont choisis par chaque candidat.
  • Plusieurs modalités sont déterminées grâce à un tirage au sort: d'abord, pour choisir qui prendra la parole en premier et le thème de départ. Ensuite, la place de chacun à la gauche et à la droite du plateau. Finalement, un troisième tirage déterminera le choix des loges, sensiblement de la même taille.
  • Cette année, Emmanuel Macron se situera à gauche et la députée du Rassemblement national à droite. Marine Le Pen sera la première à prendre la parole lors de la question d'introduction, puis Macron sera chargé de lui répondre. Au cours de cette soirée, plusieurs thèmes seront abordés. Le tirage au sort a désigné le pouvoir d'achat comme sujet de départ. Suivront ensuite, dans un ordre non défini, la sécurité, la jeunesse, l'international, la compétitivité, l'environnement, le modèle social et la gouvernance.

Traditionnellement organisé par TF1 et France 2, ce rendez-vous télévisé est présenté et animé par un journaliste de chaque chaîne... dont le choix constitue déjà un débat en soi.

Le journaliste Gilles Bouleau sera le présentateur masculin.
Le journaliste Gilles Bouleau sera le présentateur masculin.Image: sda
  • Cette année, TF1 a annoncé le nom de Gilles Bouleau, présentateur habituel du «20 heures».
  • De son côté, France 2 souhaitait pousser une femme, «afin d’avoir une logique symétrique», pour arbitrer le duel. La chaîne a avancé trois noms: Anne-Sophie Lapix, Léa Salamé et Caroline Roux.

C'est justement sur le choix de LA journaliste que les candidats ont le plus chipoté. Bien que la direction France Télévisions ait toujours nié farouchement céder aux exigences des candidats, dans les faits, les choses s'avèrent un peu plus compliquées... Il leur a fallu décider en fonction des exigences de chaque camp.

Léa Salamé sur le plateau de «On n'est pas couchés», en 2014.
Léa Salamé sur le plateau de «On n'est pas couchés», en 2014.capture d'écran: youtube

Les exigences de Marine Le Pen

Il semblerait que la candidate du Rassemblement national se soit montrée particulièrement compliquée pour cette édition 2022. Il faut dire que le débat précédent lui a laissé un goût amer: elle avait chuté de 3 points dans les sondages à l'issue d'une performance qualifiée de «douloureuse».

Premier point de litige: le choix de la présentatrice aux côtés de Gilles Bouleau. Hors de question de choisir Anne-Sophie Lapix, par exemple. Il faut dire que la journaliste de France 2 s'est fait connaître pour ses saillies, ses questions pièges et avoir déjà mis en difficulté Marine Le Pen lors de précédents entretiens télévisés. Jordan Bardella, actuel président du Rassemblement national, est allé jusqu'à traiter la présentatrice d'hostile à Marine Le Pen, dénonçant son «parti-pris» et son attitude «totalement non-professionnelle dans le public des intervieweurs d’"Elysée 2022”». Bref, en un mot: Lapix, c'est non.

Après une interview quelque peu musclée en février 2014, la candidate Marine Le Pen (à gauche) n'a pas voulu d'Anne-Sophie Lapix (à droite).
Après une interview quelque peu musclée en février 2014, la candidate Marine Le Pen (à gauche) n'a pas voulu d'Anne-Sophie Lapix (à droite).image: youtube

Quant à Caroline Roux, la présentatrice de «C dans l’air», dont le nom a circulé et qui semblait plaire au clan Macron, ça n'allait guère mieux. Son nom a ainsi été invalidé par l'équipe de Marine Le Pen.

Ce n'est pas la première fois que le camp de la candidate se montre quelque peu pointilleux dans le choix des présentateurs. En 2017 déjà, rappelle Télérama, Marine Le Pen avait refusé le choix de la journaliste Anne-Claire Coudray. Un refus dont s'était servi Emmanuel Macron durant le débat d'il y a cinq ans, énonçant que: «Ce n'est pas moi qui ai récusé un journaliste pour ce débat». A voir s'il s'en sert cette fois-ci.

Et ce n'est pas le seul point de discussion. Selon Le Parisien, Marine Le Pen a également eu des choses à redire sur le réalisateur principal. Elle a exigé de se passer de Tristan Carné, aux manettes lors de l'édition 2017. Il était alors le premier à faire usage des «plans de coupe» (ces fameux plans de réactions qui montrent les visages d'un candidat lorsque l'autre est en train de parler...). Il y a cinq ans, ces images avaient trahi le malaise de la candidate du RN face à Emmanuel Macron.

image: keystone

Les spectateurs avaient notamment pu la voir se perdre dans ses fiches. De fait, le réalisateur été mis à l’écart par France 2, au profit de son confrère Didier Froehly.

Et pour encadrer le réalisateur principal, la candidate a opté pour Philippe Ballard, ancien journaliste de LCI passé au RN, comme assistant.

Les exigences d'Emmanuel Macron

S'il est un point commun entre Emmanuel Macron et Marine Le Pen, c'est Anne-Sophie Lapix. Le camp du chef de l'Etat n'en a pas voulu non plus pour jouer les arbitres. Toutefois, la présentatrice aura l'occasion de rattraper cette occasion manquée: il est prévu que Macron soit présent sur le plateau du «20Heures» le lendemain, jeudi 21 avril.

Du côté d'Emmanuel Macron, c'est le réalisateur Jérôme Revon qui a été choisi comme assistant-réalisateur. Il s'est déjà illustré à l'occasion de précédents meetings.

Si le camp Macron ne s'est pas montré aussi exigeant que celui de son adversaire dans l'organisation du débat, le président-candidat n'en a pas moins donné du fil à retordre aux médias ces dernières semaines. Et tout particulièrement à France 2. La semaine précédant le premier tour de l'élection, il a été le seul des douze candidats à ne pas participer à «Elysée 2022», l'émission politique de la chaîne. Une absence remarquée, que son équipe avait justifiée en évoquant des «problèmes d’agenda». Mais qui lui avait valu une lettre de la Société des journalistes (SDJ) de France 2, qui le sommait d'accepter une interview.

Verdict...

Au terme de ce casse-tête de plusieurs semaines, les modalités sont désormais fixées. Contrairement à 2017, oubliez la disposition d'une grande table avec quatre protagonistes. A savoir celle-ci 👇

Image: EPA AFP POOL

Cette fois-ci, le Le Pen et Macron se feront face, seule-à-seul, à très exactement 2,5 mètres de distance. Les journalistes feront bureau à part.

D'ailleurs, les candidats n'auront pas la possibilité d'aller chercher leur regard (comme l'avait fait, rappelle Le Parisien, Ségolène Royal lors de son duel verbal avec Nicolas Sarkozy en 2007). A moins de risquer un torticolis: les présentateurs seront assis à 45 degrés derrière eux, distants de quatre mètres.

Pour retransmettre le spectacle, pas moins de seize caméras – soit trois de plus qu'en 2017 – et une grue de douze mètres, ainsi que sept autres caméras disponibles en cas de bug, seront utilisées. Un dispositif nécessaire pour assurer les plans larges, moyens et serrés sur les candidats. Quant aux fameux plans de coupe très discutés, après d'âpres négociations, ils seront maintenus... dans une moindre mesure. Seuls ceux sur le regard du candidat qui regarde son adversaire seront autorisés.

«Pour rassurer les candidats, je leur ai proposé de limiter ces plans», a expliqué le réalisateur Didier Froehly au Parisien. «On est là pour mettre en valeur le fond qu'exprime chaque candidat». Dans tous les cas, ce ne «sera pas la pêche aux réactions» a-t-il affirmé:

«On pourra voir un petit sourire narquois ou un signe d’agacement. Mais on ne cherche pas à les piéger. Voir l’un ou l’autre regarder ses fiches, ça ne veut rien dire. Il ou elle peut être paumé ou simplement vérifier un chiffre pour appuyer là où ça fait mal»
Didier Froehly, réalisateur du débat 2022

En ce qui concerne les autres infos très pratiques, le débat se tiendra demain soir, mercredi 20 avril, à partir de 21 heures. Il doit durer un peu plus de deux heures et sera animé par les journalistes Gilles Bouleau, et Léa Salamé, dont le nom a finalement été arrêté la semaine dernière.

Pour terminer, voici une dernière info capitale que vous souhaitiez certainement: la température en plateau. Elle sera la même pour tout le monde: les deux camps ont opté pour 19 degrés. Rendez-vous est pris demain pour un suivi en direct!

Marine Le Pen en difficulté face à Bruce Toussaint

Plus d'articles sur le deuxième tour de la présidentielle

Le récap' du premier tour en mèmes

Link zum Artikel

5 ans après son échec, comment Le Pen prépare son débat face à Macron

Link zum Artikel

«Ni Macron, ni Le Pen!» La Sorbonne assiégée par des étudiants en colère

Link zum Artikel

Macron contre Le Pen, place au duel télévisé

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Voici la cérémonie d'investiture «quasi monarchique» de Macron
Nous avons résumé en images la cérémonie d'investiture d'Emmanuel Macron. Entre moments tragiques du quinquennat passé, invités de marque et préoccupations écologiques, le 25e président français n'a qu'un seul mot à la bouche «agir» sur tous les fronts.

Emmanuel Macron a fait «le serment» de «léguer une planète plus vivable» et «une France plus forte» en étant investi samedi à l'Elysée pour son second quinquennat au cours duquel il entend «agir sans relâche».

L’article