DE | FR
Une roquette plantée en plein milieu de la rue à Lougansk.
Une roquette plantée en plein milieu de la rue à Lougansk.Image: sda

«C'est une horreur»: les combats font rage au Donbass

Des combats particulièrement intenses sévissent dans la région du Donbass dans l'est de l'Ukraine. Moscou concentre ses frappes à cet endroit sans effectuer d'avancée significative.
14.05.2022, 12:0814.05.2022, 12:46

Depuis vendredi soir, les forces russes concentrent leurs efforts dans le Donbass. Le gouverneur ukrainien de la région de Lougansk a fait état de «combats nourris». La Russie n'a cependant pas effectué d'avancée, selon un responsable américain de la Défense.

«Il y a des combats nourris à la frontière avec la région de Donetsk, près de Popasna», a commenté vendredi soir sur Facebook Serguiï Gaïdaï, gouverneur ukrainien de la région de Lougansk, faisant état de nombreuses pertes en matériel et en personnel du côté russe. Il a relevé que:

«C'est une horreur, mais ils essaient encore de parvenir à leurs fins. Mais d'après les interceptions (de communications téléphoniques), nous comprenons qu'un bataillon entier a refusé d'attaquer car ils voient ce qui est en train de se passer»

Contrecarrés par l'artillerie ukrainienne

Un responsable américain de la Défense, s'exprimant sous couvert de l'anonymat, a confirmé que l'activité russe la plus importante actuellement se déroulait dans le Donbass. Il a indiqué:

«Et, en gros, nous continuons de voir que les Russes ne font pas de prise significative»

«L'artillerie ukrainienne contrecarre les efforts russes pour gagner du terrain, y compris leurs efforts pour franchir la rivière Donest (...) ce qui affecte leur capacité à envoyer des renforts importants dans le nord du Donbass», a poursuivi cette source.

Le ministère britannique de la Défense (MoD) a précisé vendredi que les forces ukrainiennes avaient repoussé «avec succès» une tentative russe pour traverser ce cours d'eau près de Severodonetsk, occasionnant aux troupes de Moscou de lourdes pertes.

Commandants russes sous pression

Le MoD a souligné que l'armée russe n'était «pas parvenue à faire des avancées importantes bien qu'elle y ait concentré ses forces après avoir renoncé à s'imposer à Kiev». Il a estimé que:

Cette opération illustre «la pression sous laquelle se trouvent les commandants russes pour progresser dans l'est de l'Ukraine»

Fin mars, quelques semaines après son invasion de l'Ukraine le 24 février, la Russie s'était retirée de la région de la capitale, changeant de «cible prioritaire» pour tenter de prendre le contrôle de l'est de l'Ukraine.

Personnel, fortifications et bâtiments visés

Un porte-parole de l'état-major ukrainien a relevé samedi au petit matin que:

Les Russes n'avaient «pas interrompu leur offensive dans la zone opérationnelle Est. L'ennemi continue ses frappes de missiles sur des infrastructures industrielles et ses tirs sur des cibles civiles dans toute l'Ukraine».

L'état-major lui-même, dans son communiqué matinal quotidien, a rapporté que dans la région de Donetsk et de Tavriya, l'armée russe avait utilisé «mortiers, artillerie, lance-grenades et moyens aériens pour infliger un maximum de dégâts à l'armée ukrainienne», visant le personnel, des fortifications et des bâtiments.

Dix attaques russes ont été repoussées en 24 heures autour de Donetsk et Lougansk, a-t-il indiqué. (sas/ats)

Les civils évacués de Marioupol

Plus d'articles sur les armes employées en Ukraine

Le char high-tech de Poutine a été détruit en Ukraine

Link zum Artikel

Les tanks T-72 de Poutine ont un point faible et l'Ukraine le sait

Link zum Artikel

Ce que l'on sait du missile Kinjal, nouvelle super-arme de Poutine

Link zum Artikel

Zelensky voulait des armes modernes et offensives, voici ce qu'il a obtenu

Link zum Artikel

Pourquoi le super char T-14 Armata de Poutine ne roule que lors des défilés

Link zum Artikel

Le «Pinocchio» de Poutine: Voilà pourquoi cette arme répand la peur et la terreur

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Comment les «journalistes» de Poutine déforment la vérité
Des influenceurs apparemment indépendants font des reportages de guerre depuis l'est de l'Ukraine. Ils défendent sur les réseaux sociaux la «dénazification» de l'Ukraine comme motif de l'invasion russe.

Peu après le début du conflit en Ukraine le 24 février dernier, le Kremlin a bloqué les plateformes de médias sociaux Facebook, Twitter et Instagram. A l'origine, l'attaque ne devait pas être considérée par la population russe comme une guerre, mais comme une «opération militaire spéciale».

L’article