DE | FR
Bild

Humeur

Allez les p'tits Suisses! Ta g... le Frouze!

Pendant l'Euro, le french-bashing, côté romand, reprendra-t-il, comme d'hab, contre les «Frouzes»? Côté français, on va en manger, du p'tit Suisse. Rendez-vous lundi 28 juin pour un Bleus-Nati qu'on espère grandiose.



On a dit, pas le physique. On a dit, pas les mamans. On a dit, pas les pays. Trop tard. On va parler de la France. Des Frouzes. Tous les deux ans, au rythme des Mondiaux et Euros du ballon rond, ils font leur retour au café du commerce romand. Du quai de gare au vestiaire d’usine en passant par les terrasses, le sujet de conversation vient tout seul.

5-2 dans ta face, lol

C’est généralement très bref. Bien plus court que l'annonce du retard d'un train en trois langues. Court comment? Comme deux soupirs, mon ami: «Ces Frouzes…», «J’te jure…» – le sous-entendu a ceci de pratique qu’il permet de se mettre d’accord sans avoir à taper la discute.

Mais les Frouzes, ça sous-entend quoi, au juste? Ben tu sais bien. Oui, je sais bien, mais quoi? Ben tu sais bien… Voilà: on sait. Ça veut dire 5-2 dans ta face en 2014 au Brésil, chouchou. Tu l’as oubliée, celle-là? Et le 4-0 de 77, tu t’en rappelles? Et le ...-... du 28 juin à Bucarest, le 28 juin qui vient? Vous le voyez venir? C’est sûr, faut reconnaître, y sont bons, ces Frouzes. N’empêche que, n’empêche que…

Les Frouzes, sans rien avec, ça déboule tout seul sur le tapis. La vérité, elle, a plus de mal à sortir. Peut-être parce qu'elle en dit plus sur nous les Suisses que sur eux les Français. Eux, vite vu, c’est des grandes gueules. Nous, non. Vite vu aussi. Les Frouzes (séquence énumération): c’est la vie qu’on n’a pas, la mer qu’on voit pas, le TGV et le Rafale qu’on fait pas. Et c’est pas plus mal comme ça (qu'on ajoute). Quand on voit dans quelle mouise ils sont (qu'on se rassure). Nous, on a la sécurité et l’emploi. Les frontaliers sont bien contents.

2014, annus terribilis

Les Frouzes. Et si on passait un tour? Je sais pas vous, mais moi, j’en ai peu vu, du Frouze, sur les réseaux. Ça peut changer, se réveiller avec le France-Allemagne, faire irruption avec le France-Suisse qui commence à chauffer fort. Mais, pour l’instant, le Frouze, le mot, fait pour dénigrer, est rare. Qui sait? Quelque chose a peut-être changé. Le t-shirt chambreur de mon ami dessinateur Christophe («Je soutiens l’équipe suisse et toute autre qui battra la France») avait fait le buzz en 2014 (oui, oui, la fois du 5-2…). Cette année-là, les drapeaux français n’étaient pas les bien vus aux balcons et dans les fanzones de Genève et Lausanne. Même que deux ans plus tard, la journaliste Marie Maurisse dénonçait dans un livre, je cite, le «racisme anti-français en Suisse romande». L’heure était grave.

L'air semble (ici) plus léger

Est-elle plus légère aujourd’hui? On le dirait bien. Une fraternité d’après-Covid? C’est possible. Et puis, on ne sait jamais, un peu d’admiration, du respect, même, pour cette équipe de France alignant la plus belle attaque du monde avec Griezmann, Mbappé et Benzema.

La lourdeur et l’aigreur, en 2021, seraient plutôt située en France. Chez des Français. Qui n’aiment pas leur équipe. Et le font savoir avec le hashtag #BoycottEquipeDeFrance, en top-tweet sur Twitter France mardi 15 juin. Ils ne l’aiment pas parce qu’ils la trouvent trop basanée. Parce qu'ils ne veulent pas qu'elle mette un genou à terre en solidarité avec Black Lives Matter (un geste qu'elle ne finalement pas fait en ouverture du match, gagné, face à l'Allemagne). Parce qu’ils ne digèrent pas le retour de Benzema, entre-temps auteur d'un doublé face au Portugal.

A lundi alors...

Le french-bashing des supporters romands, c’était pas cool, c’était beauf, mais on savait que ça retomberait (enfin, pas toujours) la compétition terminée. Là, cet appel au boycott, c'est moche, c'est triste. Alors, soutenons-les. Soyons, nous Romands, cette frange de supporters qui manque aux Bleus! Là, vous vous demandez si je ne pousse pas le bouchon un peu loin. Parce que maintenant, c'est chacun pour soi. Hein dit les p'tits Suisses! T'as g... le Frouze.

Plus d'articles sur le thème «Sport»

Le cérémonial des JO de Tokyo aura lieu, mais il faudra se taire

Link zum Artikel

Y'a pas que le sport dans la vie: Bencic, Vekic et la Tour Eiffel

Link zum Artikel

Les Anglais comptent boire 13 millions de pintes pour la finale

Les pubs anglais prévoient d’écouler 13 millions de pintes d’environ un demi-litre durant la finale de l’Euro 2020 dimanche soir. Une manière comme une autre de faire mousser son équipe favorite?

Attention, information hautement sportive: les pubs anglais devraient vendre 13 millions de pintes dimanche pour la finale contre l'Italie. Dont 7,1 millions pendant le match lui-même. C'est une estimation réalisée par la British Beer and Pub Association (BBPA), citée par le Guardian.

Beaucoup de bières d'un seul coup tout ça? Peut-être. Mais les règles strictes concernant le nombre de clients autorisés par établissement font que cette journée de mousse à gogo ne sera quand même pas …

Lire l’article
Link zum Artikel