DE | FR
Emmanuel Macron, le 10 mai 2022.
Emmanuel Macron, le 10 mai 2022.Image: sda
Législatives 2022

En France, le suspens règne encore sur l'identité du nouveau premier ministre

Alors que le premier ministre Jean Castex a déjà bouclé ses valises, on ignore encore qui prendra sa place à Matignon. Fidèle à son habitude, Emmanuel Macron nous fait languir.
16.05.2022, 13:4716.05.2022, 17:34

Alors qu'il affirme déjà connaître le nom de son prochain premier ministre, le président fraîchement élu n'en finit pas d'attendre pour le dévoiler – une «tactique», selon franceinfo qui est allé prendre la température auprès de son entourage. Si certains estiment que Macron tente de «décaler le bénéfice de la victoire», ou de s'éviter un scandale en nommant quelqu'un trop vite, d'autres pensent qu'attendre le dernier moment lui permettra aussi d'élargir son vivier de recrutement.

D'autant qu'il se retrouve dans la confortable situation d'avoir, à ses côtés, une majorité gouvernementale et une majorité parlementaire.

En tout cas, Jean Castex s'apprête à quitter Matignon

L'actuel tenant du poste, Jean Castex, a en effet déjà rédigé sa lettre de démission. «Très simple, très classique», a-t-il résumé au Parisien. Elle sera remise en main propre à Emmanuel Macron pour acter son départ et celle de son gouvernement. Un (ou une?) successeur devrait être nommé dans la foulée, puis le nouveau gouvernement.

Jean Castex a rédigé sa lettre de démission.
Jean Castex a rédigé sa lettre de démission.Image: sda

Nommé au poste de premier ministre en juillet 2020, «Monsieur déconfinement», tel qu'il est surnommé, a déjà des projets dans l'immédiat: «Je vais retourner dans mes Pyrénées, il faut que je repeigne mes volets et ma rambarde qui ont pris un coup pendant deux ans».

Et ensuite, où ira Jean Castex? Mystère. Une chose est certaine, pour lui, «l’aventure de la politique nationale est terminée», a-t-il confié au Monde. Les postes de ministre qui lui ont été suggérés ne l’intéressent pas.

Alors, qui pour prendre sa place?

Les rumeurs vont bon train pour savoir qui remplacera Castex à la tête du gouvernement. Seuls indices, glissés la semaine dernière par le chef de l'Etat, son nouveau premier ministre sera doté d'un profil «social», «écologique» et «productif».

Catherine Vautrin, ancienne ministre du président Jacques Chirac (2005-2007).
Catherine Vautrin, ancienne ministre du président Jacques Chirac (2005-2007).source: twitter

Il se murmure également qu'il s'agirait d'une femme. Un nom revient fréquemment, selon TV5 Monde: celui de Catherine Vautrin, ancienne ministre du président Jacques Chirac (2005-2007), qui a apporté son soutien à Emmanuel Macron avant le premier tour de la présidentielle. Mais on entend aussi celui de Marisol Touraine, ancienne ministre de la Santé de François Hollande, Audrey Azoulay, également ancienne ministre de François Hollande et Elisabeth Borne, actuelle ministre du Travail, spécule La Dépêche.

Quoi qu'il en soit, le choix est extrêmement attendu: il viendra confirmer ou non l'orientation qu'entend se donner le chef de l'Etat, qui a promis de tenir compte de la colère exprimée par de nombreux Français.

Emmanuel Macron, qui vient de déjeuner avec le président du Conseil européen Charles Michel, doit mettre fin au suspens d'ici quelques heures, au plus tard. (mbr)

Copin comme cochon: Les 20km de Lausanne

Video: watson
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Pourquoi Zemmour l'influenceur devrait s'inspirer de Nabilla
Depuis sa naissance politique en 2021, jusqu'à sa chute dimanche dernier, Eric Zemmour s'est dévoilé en parfait influenceur de ce siècle. Mais il a précisément échoué là où, par exemple, Nabilla a réussi: exister au-delà du renflement médiatique. Si le grand perdant de Reconquête! a bien reçu des petits coeurs sur son diagnostic catastrophiste de la France, Internet le sait: liker, ce n'est pas (toujours) partager. Encore moins des idées. Sa carrière et son mouvement peuvent-ils s'en remettre? Analyse.

LinkedIn, Twitter, TikTok, YouTube ou Instagram, pendant six mois, il a presque tout avalé, sans choisir. Du bruit à n’en plus pouvoir, sans aucun pouvoir à la clé. Un certain Donald Trump mis à part, Eric Zemmour s'est assurément inspiré du destin de cette poignée d'influenceurs qui, confortablement assis sur leur audience, ont pu se payer une baraque à L.A. avec trois photos, deux stories et, surtout, une savante tuyauterie où coulent des soutiens et des partenariats fiables. Sa Californie à lui? L'Elysée. Mais, comme souvent dans le bain impitoyable des hashtags, le célèbre polémiste a été naïvement convaincu jusqu'au bout que son seul pedigree allait faire (rapidement) le job. Sans devoir poser de véritables solutions sur la table.

L’article