DE | FR

C'est officiel: Roman Abramovitch va vendre Chelsea

L'oligarque russe avait acheté le club londonien en 2003.
L'oligarque russe avait acheté le club londonien en 2003.Image: sda
L'oligarque russe a confirmé ce que plusieurs médias avaient avancé ces derniers jours, après le début de l'invasion russe en Ukraine. Il avait acheté le club londonien en 2003.
02.03.2022, 19:4604.03.2022, 07:21

Chelsea est à vendre. Roman Abramovitch l'a confirmé dans un communiqué. L'homme d'affaires russe avait acheté le club londonien en 2003. Chelsea a connu depuis de gros succès.

Le choix d'Abramovitch est lié à la crise en Ukraine. Après le début du conflit, l'homme d'affaires avait été forcé de déléguer la gestion du club.

Une décision «difficile»

Proche de Poutine, Abramovitch avait peur des sanctions économiques, selon les médias anglais. La Grande-Bretagne pourrait en effet bloquer ses comptes, geler ses avoirs et saisir ses biens en réponse à l'invasion russe.

Il a indiqué que la décision était «incroyablement difficile à prendre» et qu'elle lui faisait mal. (asi/ats)

Pourquoi faudrait-il dire «Kyiv» au lieu de «Kiev»?

Plus de mises en perspective sur la guerre d'Ukraine:

Ukraine: comment la cyber-guerre peut tout faire basculer (en Suisse aussi)

Link zum Artikel

L'invasion de l'Ukraine «était écrite»: aurions-nous été aveugles?

Link zum Artikel

Face au drame ukrainien, les vertus, quand même, de la neutralité suisse

Link zum Artikel

Et si la cryptomonnaie sauvait Poutine des sanctions européennes?

Link zum Artikel
0 Commentaires
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
Ukraine: ce n'est pas le bon moment pour négocier avec Poutine
Dans un cadre montagneux idyllique, les puissants du G7 veulent envoyer un signal de fermeté à Moscou et à Pékin. S'ils sont unanimes sur la nécessité de négocier la fin du conflit avec le Kremlin, ils préfèrent attendre une période plus favorable.

En ouverture du sommet du G7 dans le cadre idyllique de la Haute-Bavière, les chefs d'Etat se sont entretenus de manière bilatérale. Le thème dominant: la guerre en Ukraine. Dans la déclaration finale du G7, l'action antidémocratique de la Chine devrait être explicitement soulignée.

L’article