DE | FR

Grippe aviaire: faut-il s'inquiéter de ce virus au risque «élevé» en Suisse?

En marge de la pandémie de Covid-19, des mesures visant à enrayer la propagation de la grippe aviaire dans le pays ont été prolongées jusqu'à la mi-mars. Voici cinq questions pour y voir plus clair.
28.01.2022, 11:3828.01.2022, 17:44

«Le dispositif sanitaire visant à enrayer la propagation de la grippe aviaire a été prolongé jusqu'au 15 mars 2022», a annoncé, vendredi, l’Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires (Osav) en collaboration avec les services vétérinaires cantonaux suisses.

Quelles zones sont concernées?

Les régions principalement concernées sont les zones de contrôle et d’observation le long des rives des grands cours d’eau et lacs de Suisse.

Dans les régions de contrôle d’un kilomètre le long des rives des cours d’eau et des lacs, la sortie en plein air des volailles est soumise à conditions. Dans les régions d’observation, tout symptôme suspect chez les animaux est à signaler immédiatement au service vétérinaire cantonal, indique l'Osav.

Le virus de la grippe aviaire est-il inquiétant?

La Confédération et les cantons avaient introduit ces mesures, en novembre 2021, après la découverte du virus dans une exploitation dans le canton de Zurich.

Au vu de la situation en Europe et sur la base des enseignements tirés lors des derniers épisodes épizootiques, ils estiment que le risque d’introduction de la maladie reste élevé, raison pour laquelle ils ont décidé de ne pas assouplir les mesures pour le moment.

D'où vient ce virus?

En janvier, les autorités vétérinaires allemandes ont détecté le virus chez une buse variable, à une quarantaine de kilomètres de Schaffhouse.

En France, dans le même temps, les autorités compétentes ont réalisé un test sur un cygne: il s’est révélé positif à la grippe aviaire.

Quels autres pays sont touchés?

La grippe aviaire sévit actuellement dans presque tous les pays d’Europe. Dans les régions côtières de la mer du Nord, on signale une hécatombe chez les oiseaux d’eau sauvages. En Allemagne, la plupart des cas concernent le nord-est du pays, mais il y a aussi des cas isolés dans le Bade-Wurtemberg et en Bavière.

Est-ce dangereux pour l'être humain?

Si le risque de transmission à l’être humain ne peut pas être totalement exclu, c’est un cas de figure extrêmement rare. Les personnes qui trouvent des cadavres d’oiseaux sauvages sont priées de ne pas les toucher et d’en informer le poste de police ou le garde-faune le plus proche. La consommation de viande de volaille ou d’œufs est sans danger, assure l'Osav. (mndl/ats)

19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant

1 / 22
19 animaux qui prouvent que l'Australie est un pays flippant
source: facebook
partager sur Facebookpartager sur Twitterpartager par WhatsApp

Cette biche est une star sur Tiktok et la neige n'y est pas pour rien

Et pour tout savoir de l'actu chaude en Suisse en ce moment...

Voici les sextoys préférés des Suisses (les Fribourgeois sont des coquins)

Link zum Artikel

Pas de Conseil fédéral aux JO: «C'est la solution de facilité»

Link zum Artikel

Bannir la pub pour le tabac: et pourquoi pas le sucre et la viande aussi?

Link zum Artikel

Votations du 13 février: le point sur l'initiative «enfants sans tabac»

Link zum Artikel

Votations sur les médias: d'où vient la méfiance envers les journalistes?

Link zum Artikel
Montrer tous les articles
1 Commentaire
Comme nous voulons continuer à modérer personnellement les débats de commentaires, nous sommes obligés de fermer la fonction de commentaire 72 heures après la publication d’un article. Merci de votre compréhension!
1
Ce que l'on sait de la mystérieuse grippe de la tomate apparue en Inde
En presque quatre semaines à Kerala, en Inde, plus de 80 bébés ont succombé à la très contagieuse grippe de la tomate. Si aucun virologue n'en connaît la cause, certains éléments précis ont tout de même été identifiés. Les voici.

Certains la dénomment «grippe de la tomate». D'autres, «fièvre de la tomate», pendant que les anglophones l'appellent «tomato flu». Quel que soit son intitulé, il s'agit d'une nouvelle maladie observée pour la première fois le 6 mai à Kerala, un Etat extrêmement peuplé, au sud-ouest de l’Inde.

L’article